Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Allan HOLDSWORTH - Atavachron (1986)
Par ERWIN le 9 Juin 2012          Consultée 917 fois

Il existe des pans musicaux difficiles à explorer. Personnellement lorsque je pense complexité en matière musicale, un nom me vient immédiatement à l’esprit : Allan HOLDSWORTH. Célébrissime dans la communauté des gratteux, ce pur esprit âgé aujourd’hui de 65 printemps, inclassable et incontrôlable, bénéficie de l’admiration de ses pairs malgré une carrière un peu en retrait si on la compare à celles d’un John MCLAUGHIN par exemple. Mais Eddie VAN HALEN Joe SATRIANI et Steve HOWE le citent volontiers comme le meilleur guitariste au monde, ZAPPA le trouve "le plus innovant", cela situe un brin le niveau. Il faut dire qu’il ne fait rien pour vendre des disques, il se contente tel un professeur nimbus, d’explorer les possibilités de son instrument, et continuera tant que ses doigts agiles le suivront dans ses raisonnements mathématiques insensés.

Pourquoi débuter par cet album ? Son quatrième ? Je suis incapable de faire autrement, c’est celui avec lequel j’ai découvert le bonhomme. Un petit mot sur l’instrument de la pochette : la syntaxe est - en énorme car on pourrait en parler des heures - une mi-guitare mi-synthé dont il est le principal utilisateur avec Pat METHENY. Son style est d’une fluidité apocalyptique, il utilise à merveille les possibilités du Delay pour Créer un son très pur, et sa technique est ahurissante.

Vous constatez l’aspect science-fictionnaire de la pochette : "All our yesterday" seul titre en partie chanté, fait directement référence à Star Trek comme l’uniforme de la pochette le laisse deviner ; il tient son syntaxe en main, tout ceci plante un décor adéquat. "Non brewed condiment" ouvre le skeud. Il s’agit d’un titre éminemment représentatif d’Allan. Des solis de guitare et de syntaxe comme s’il en pleuvait. On note immédiatement une facilité extraordinaire à jouer legato – une attaque du médiator, pour plusieurs notes jouées- avec une rapidité déconcertante. La structure du morceau est scientifique, pas d’autre mot. Quand au titre il évoque sa passion pour la bière, en bon angliche, Allan a même crée une bière, la "Fizzbuster"…Son autre passion est le cyclisme… Rien à voir avec la choucroute, je sais ! Toujours est-il que la guitare est au premier plan en permanence, de quoi donner des envies de se couper la main gauche…

« The dominant plague » est ensuite drivé par un son de synthé, mais entrecoupés de soli de très haute volée. Le morceau titre "Atavachron" nous plonge dans des abimes proches du free jazz. Il faut voir Allan jouer ce type de morceau en live, le rayonnement intérieur est intense, et sans doute incompréhensible pour la majorité des gens. "Looking glass" est dans ce même registre avec une batterie très en avant, c’est le moment de signaler son passé de membre de GONG ou du TONY WILLIAMS LIFETIME, partenaire de Bill BRUFFORD… Ca calme. Signalons le joli solo de "Funnels", mais le titre de gloire de cet album est probablement "Mr Berwell", qui présente un travail mélodique passionnant, un son limpide et des digressions pharaoniques. C’est épique et carrément impressionnant de maîtrise.

Pas de la musique à placer entre toutes les oreilles cela dit, mais pour les guitaristes de tous poils et les amateurs d’originalité, voila qui ne pourra pas laisser indifférent. En conclusion, un mot sur la modestie de l’artiste qui dit ne pas du tout comprendre l’intérêt dont il fait l’objet. Gulp… !

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Tommy EMMANUEL
Live At Sheldon Concert Hall (2000)
Admiration béate




Bebel GILBERTO
All In One (2009)
Paradisiaque et envoûtant


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Non Brewed Condiment
2. Funnels
3. The Dominant Plague
4. Atavachron
5. Looking Glass
6. Mr Berwell
7. All Our Yesterdays



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod