Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Genesis, Ray Wilson , Guaranteed Pure

STILTSKIN - She (2006)
Par MARCO STIVELL le 4 Août 2012          Consultée 880 fois

Et voilà. Ca devait bien finir par arriver. Il était devenu évident que Ray ait, au fil des années, ressenti de plus en plus de regrets quant à la fin de l’aventure STILTSKIN, une décennie plus tôt.

Petit retour en arrière. 1994 voit la sortie du premier et dernier album du groupe STILTSKIN (The Mind’s Eye), groupe bien ancré dans la tendance grunge de l’époque, et devenu culte pour avoir crée cet unique tube qui a servi à l’illustration d’une pub pour marque de jeans, "Inside". Hymne qui, comme on le sait, est devenu un des moments favoris de Ray en live - sans parler d'autres chansons -, mais aussi en studio (voir The Next Best Thing). Accuser le chanteur d’avoir essayé de profiter au maximum de ce succès, même éphémère, n’est pas de mon rayon. Mais on sentait bien que Ray ne s'était jamais remis de la fin du groupe après ce succès, et que l’aura de STILTSKIN lui manquait, même si sa dernière tournée était une sacrée réussite en la matière. Et puis on retient le fait que certains signes avant-coureurs laissaient présager un tel retour : outre "Inside", après Change, l’album à dominante acoustique, certains morceaux du dernier album étaient assez chargés en "gros son". Ce n’est pas si surprenant que cela donc.

Seulement les temps ont quelque peu changé depuis dix ans. D’abord en ce qui concerne les musiciens : à part Ray, le nouveau STILTSKIN n’a de commun avec l’ancien que le nom, Peter Lawlor (ex-guitariste et compositeur du premier album entier) ayant apparemment accepté de céder les droits au chanteur. A ses côtés on retrouve Nir Z, qui suit curieusement toujours Ray en studio depuis dix ans (Genesis) mais jamais ou rarement en live, ainsi qu’une paire de guitaristes accomplis, Scott Spence (qui avait déjà joué sur The Next Best Thing) et surtout Uwe Metzler, dont le rôle va être déterminant quant à la composante de ce She. Quant à la musique, eh bien en 1994, l’époque était celle de Nirvana, et l’esprit du premier album de STILTSKIN en était très imprégné, alors qu’aujourd’hui la formule convient plutôt mieux aux groupes de rock US. Ce n’est pas pour rien si j’emploie ce nom, car rien qu’en tournant les pages du livret de She, on s’attendrait presque à se trouver en terre gothique !

Que l’on se rassure cependant, et je ne parle que pour ceux que ce style dérange (ce qui n’est pas mon cas). La musique de STILTSKIN en 2006 se fait très proche de son temps et n’hésite pas à se baser sur certains clichés, c’est vrai, notamment à grands coups de batterie plombante et de grosses guitares. Mais Ray, dont le travail reste surtout centré au niveau des paroles (à part "Show me the Way" qu’il a écrit seul), s’est bien entouré, et c’est notamment ce brave Uwe qui s’exprime au moyen d’un certain potentiel mélodique. Mais pas toujours… En fait, il y a une ambivalence. Certains titres sont très lourds. En résulte des passages que je n’apprécie que très moyennement, comme la partie rappée de "Sick and Tired" -je préfère la prendre avec le sourire, c’est Ray quoi !- et aussi "Taking Time", très chargée à cause de son refrain, de son "I must be crazy in the head", là aussi plutôt risible, et de sa fin (une lecture d’un verset de la Bible... dans le milieu du rock, c'est ce que c'est).

On remarque surtout que ce qui fait la, hum... beauté et la, hum hum... solidité du projet, ce sont d’abord les refrains ("Fly High", "Constantly Reminded", et aussi "Better Luck Next Time"). Sans parler du single ("Lemon Yellow Sun") dont la force mélodique rappelle les deux albums précédents de Ray, et qui, en bon single paru antérieurement à l'album, nous laissait présager le meilleur quant à ce She. Du reste, on remarque ça et là une ou deux chansons plus originales, comme ce "Summer Days" qui renvoie aux riches heures de Calling All Stations, le morceau-titre aux tendances racoleuses et ses parties efficaces de mellotron, ou même "Fame" qui demeure le plus rigolo (dans le bon sens cette fois), notamment grâce aux interventions de la starlette en herbe.

Et puis il convient de parler de l’instrumentation, notamment une fois de plus du rôle d’Irvin Duguid. Sur The Next Best Thing par exemple, "Pumpkinhead" était un morceau sympathique, mais moins que le reste, et son intérêt était encore relevé par le solo de Moog. Ici, c’est un peu la même chose. Les guitares acoustiques de "Lemon Yellow Sun" entre autres nous aident un peu à souffler au milieu de tout cet emballage gras, mais ce qui fait encore plus dresser les oreilles, ce sont les rares fois où les claviers sont mis en avant, et il n’y en a pas une seule qui ne soit pas réussie. Pêle-mêle, le mellotron de "She" dont j’ai déjà parlé, ainsi que le petit piano de "Show me the Way", et pour finir, la conclusion éthérée de l’album (fin de "Better Luck Next Time"), courte, mais un OVNI dans l’ensemble.

Bref, à réserver aux amateurs de la facette la plus rock de Ray, sachant qu’une diversité moindre que sur un The Next Best Thing la rendra plus dure à digérer. D’autant plus que selon les dires du chanteur, ce dernier compte désormais séparer sa carrière en deux parties, dont l’une sera représentée par STILTSKIN (donc la plus rock) et autres projets du même style. Ca promet, dans le cas où tout serait similaire à cette oeuvre décevante... Toujours selon Ray, c’est la meilleure musique qu’il ait faite dans sa carrière, mais on n’est pas obligés de le croire.

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


BLUEHORSES
Thirteen Fires (2007)
Vous avez aimé Eluveitie ? Vous adorerez Bluehorse




HOWARD
Moan (2017)
Rock


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Ray Wilson (chant, guitare, basse)
- Uwe Metzler (guitares)
- Alvin Mills (basse)
- Irvin Duguid (claviers, arrangements des cordes)
- Nir Z (batterie)
- + Scott Spence (guitare lead)
- Henrik Mueller (batterie)
- Peter Hoff (programmations, claviers additionnels)
- Adonis, Rayla, Garcia (choeurs)
- Kllaus Marquardt, Andrea Langenbacher, J (violons)
- Carolin Kriegbaum (alto)
- Felix Brade, Nane Kalb (violoncelles)


1. Fly High
2. Taking Time
3. She
4. Lemon Yellow Sun
5. Wake Up Your Mind
6. Sick And Tired
7. Constantly Reminded
8. Show Me The Way
9. Fame
10. Some Of All My Fears
11. Summer Days
12. Better Luck Next Time



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod