Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Blues Pills

RADIO MOSCOW - The Great Escape Of Leslie Magnafuzz (2011)
Par PINHEAD le 16 Mai 2012          Consultée 1130 fois

Depuis une demie décennie, les jeunes américains de RADIO MOSCOW nous alimentent avec du bon blues psychédélique à grands renforts de fuzz et de wah-wah. A peine une vingtaine d'année aux potards, et pourtant une grande maîtrise de leurs instruments, sous la tutelle du guitariste/chanteur/batteur/percussionniste/harmoniciste/compositeur Parker Griggs, leader de la formation (accessoirement). Le genre de mec au cheveux longs à la Gilmour et à la Stratocaster assassine héritée d'Hendrix, amplis Marshall en guise de matelas.

Car conformément à son habitude, RADIO MOSCOW se refuse à l'innovation, mais regarde vers le passé avec une certaine nostalgie, et une volonté de sonner comme les groupes de l'âge d'or du rock où l'on saturait le blues fondu dans un moule hard saupoudré de psychédélisme estival.
Déployant une foultitude d'effets vintage, le groupe est définitivement hors de son temps, à l'image des bucherons puristes des BLACK KEYS. Coïncidence ou non, c'est Dan Auerbach, guitariste du duo de l'Ohio qui produit les albums de RADIO MOSCOW depuis son premier effort en 2007. La Radio de Moscou apparaît comme une alternative plus psychédélique aux Notes Noires, et au tempo bien plus rapide, sorti du trou du cul des MC5.

La déferlante commence des le début de l'album: un furieux bordel sonore millimétrée ou la guitare de Griggs se place comme centre gravitationnel, soutenu par une batterie primitive et un orgue Hammond complémentaire. Solo de guitare meurtrier à la clé, ce "Little Eyes" est un aller sans retour vers les 70's, planté devant la scène d'Osaka en cible des postillons de Ritchie Blackmore un soir brûlant d'août.
Ça s'annonce bien, et la suite est du même calibre.

Alors dans l'absolu alors, comment considérer ce nouvel album ?
La réponse est peut-être la plus décevante au monde, et je suis sur que vous la connaissez si vous avez lu la note avant la chronique bande de petits coquins ! Je n'aurai donc ni la joie de descendre la formation Américaine, ni le plaisir (sexuel) d’encenser le trio de gros manches. En effet, ce disque est un bon album de rock psychédélique à tendances garage, point barre. Je sais, ça fait chier.
C'est pas qu'on a pas envie de leur donner une chance, mais le contenu de The Great Escape Of Leslie Magnafuzz sonne déjà entendu des millions de fois dans le passé, sans avoir de morceaux assez marquants pour en garder un souvenir inoubliable. Oui, tous les titres sont sympathiques, bien exécutés, bourrés de feeling, mais manque un truc. Prenez le blues "Speedfreak" par exemple: énergique, technique, rythmé... Et pourtant un poil ennuyeux. Bizarre non ? A croire que jouer de la guitare comme un Dieu pour remplir trois minutes ne suffit pas à faire un grand morceau. Le morceau suivant "Creepin" s'écoute aussi très bien, mais sonne comme une énième interprétation déguisée de "Red House" (si vous ne connaissez pas, vous n'avez rien à faire sur cette chronique, dégagez ! Ou cherchez sur Google, merde !).
C'est là le principal problème de Radio Moscow, qui semblait pourtant moins évident sur son premier album. On leur pardonnera cependant ce manque de personnalité devant la qualité objectivement impeccable de leur jeu. Les excités de la vie prendront bien sûr leur pied en écoutant les furieux "No Time", "I don't Need Nobody" ou "Turtle Back Rider" tandis que les détraqués de la tête s'exploseront le crâne à coup de "Misleading Me" ou d'instrumenteaux bizarroïdes comme "Densaflorativa".


3/5


Coup(s) de cœur: "Misleading Me"

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par PINHEAD :


The DANDY WARHOLS
Thirteen Tales From Urban Bohemia (2000)
Le groupe le plus détestable des etats-unis




The Jimi HENDRIX EXPERIENCE
Axis: Bold As Love (1967)
Poésie, Technique, et L.S.D


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



- Parker Griggs (chant, guitare, harmonica, batterie, basse, percus)
- Zach Anderson (basse)
- Cory Berry (batterie)


1. Little Eyes
2. No Time
3. Speedfreak
4. Creepin'
5. Turtle Back Rider
6. Densaflorativa
7. I Don't Need Nobody
8. Misleading Me
9. Summer Of 1942
10. Insideout
11. Deep Down Below
12. Open Your Eyes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod