Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE-ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Pink Floyd, Coast, Children In Paradise, Steeleye Span, Iona, Karnataka, Mermaid Kiss, The Reasoning , Panic Room

MOSTLY AUTUMN - Still Beautiful - Live 2011 (2011)
Par MARCO STIVELL le 10 Juin 2012          Consultée 1660 fois

Rarement un nom de live de MOSTLY AUTUMN n'aura si bien illustré un live de MOSTLY AUTUMN. Elle est déjà nombreuse la liste des prestations concert enregistrées du combo anglais, et celle-ci se présente comme l'une des meilleures, indubitablement.

Nous sommes en 2011, Heather Findlay est partie depuis un an et l'album Go Well Diamond Heart a pu montrer à quel point Olivia Sparnenn l'a remplacée au pied levé. C'est donc le même groupe qui se produit sur scène et qui donne l'impression d'être la formation la plus solide et durable que MOSTLY AUTUMN ait jamais connue. L'album est comme souvent assez copieux puisqu'il est double et dignement rempli, avec de préférence de longs morceaux. Prog'n'roll quoi !

Bien entendu, les nouvelles chansons occupent une bonne partie du temps. Le groupe a retenu les meilleurs extraits de son dernier album et qui passent fichtrement méga bien en live. Il faut dire que l'ensemble est très joliment servi par un son à la hauteur : même s'il y a cette tendance à mettre en avant les guitares et en particulier celle de Bryan Josh, on entend plutôt bien tous les instruments malgré une Anne-Marie Helder un peu lointaine au niveau des choeurs. Mais côté interprétation, le groupe envoie du lourd dès l'hymne «Hold the Sun». «Something Better» est très communicatif grâce à un «Here we go !» lancé par un quelconque membre juste avant le refrain, et musicalement Gavin -à sacrer définitivement meilleur batteur de l'histoire du groupe- ponctue magistralement avec ses breaks. Le travail des voix est mieux géré sur le refrain de «Deep in Borrowdale», les guitares apportant un énorme plus sur le final auquel le groupe enchaîne «Something Better» sans laisser le temps au public de reprendre son souffle. Le très féminin «Forever Young» voit Olivia prendre des accents findlayiens et Anne-Marie réalise des choeurs sensuels à croquer (ce qui se retrouvera sur le fragile «Evergreen» notamment). Le mur de guitares de «Go Well Diamond Heart» ainsi que le lyrisme de «Ice» sont encore des points forts de cette prestation. Et puis vient la petite curiosité, «Questioning Eyes» reprise du groupe Breathing Space du claviériste Iain Jennings et Olivia, trop typé MOSTLY AUTUMN pour que la confusion ne soit pas de mise. Etiré sur plus de dix minutes, on y ressent toute la force de l'interprétation d'Olivia sur la première partie slow et de celle de l'inévitable lamentation de la guitare ensuite.

Dire que les anciens morceaux étaient ceux que l'on attendait le plus serait mentir. Moi-même j'ai abordé ce disque en me disant un peu benoîtement «Allez, encore de nouvelles versions des classiques qu'on a sur tous les lives...» Et pourtant c'est là où ce double concert est à marquer d'une pierre blanche, car j'oubliais un peu vite que Heather n'est plus présente et que donc c'est l'occasion d'entendre Olivia en lead sur ces pièces d'orfèvre que l'ancienne compagne de Fish avait tant portées. La voix d'Heather est indéniablement belle, mais Olivia rivalise d'émotion et, c'est peut-être encore plus flagrant, de technique avec elle. «Caught in a Fold» n'a jamais été exécuté avec autant de précision et de puissance, pas uniquement du côté vocal. «First Thought» est merveilleux de sensualité. «Passengers» sonne plus sobre et gagne en luminosité. Sur «Evergreen», peut-être le morceau qui collait le plus à la peau de Heather, Olivia fait durer les fins de phrases de façon irrésistible. Et les autres morceaux connaissent de très judicieuses modifications qui renforcent le plaisir. «Heroes Never Die», bien que ce ne soit en revanche pas la meilleure version, n'est pas introduit comme d'habitude mais par une esquisse musicale très proche du début de «Shine on You Crazy Diamond» ; ne sont pas enfants spirituels de Pink Floyd qui veulent. Les choeurs à la fin de «Answer the Question» forment une trouvaille géniale, tout comme le solo du début de «Nowhere to Hide» où là aussi les voix excellent. «The Dark Before the Dawn» pêche un peu du côté de la flûte, trop en arrière hélas, ce qui ne sera pas le cas pour la petite cerise sur le gâteau : «The Last Climb». Enfin un morceau peu joué, le groupe met le paquet sur l'interprétation et donc particulièrement l'éblouissante Anne-Marie qui réussit sans crainte à nous faire oublier le violon.

En fait, ce qui m'empêche de considérer ce disque comme un nouveau chef-d'oeuvre, ce sont une ou deux versions moins convaincantes mais aussi et surtout le fait qu'à mon avis MOSTLY AUTUMN gagnerait à inclure plus de respirations acoustiques à ses sets. Mais c'est du très bon, oh que oui !

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


FISH
Internal Exile (1991)
A la croisée des chemins




Steve HACKETT
Highly-strung (1983)
Meilleur album chanté des années 80 de steve


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bryan Josh (guitares, chant)
- Olivia Sparnenn (chant, tambourin)
- Iain Jennings (claviers)
- Liam Davison (guitares)
- Anne-marie Helder (flûte, choeurs, claviers, guitares)
- Andy Smith (basse)
- Gavin John Griffiths (batterie)


1. Hold The Sun
2. Deep In Borrowdale
3. Something Better
4. Forever Young
5. Ice
6. The Dark Before The Dawn
7. The Last Climb
8. Questioning Eyes

1. Heroes Never Die
2. Distant Train
3. Answer The Question
4. Caught In A Fold
5. Nowhere To Hide
6. Go Well Diamond Heart
7. Passengers
8. First Thought
9. For All We Shared
10. Evergreen
11. And When The War Is Over...



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod