Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Maxime Le Forestier , Georges Brassens

Francis CABREL - Elles Chantent Cabrel (2012)
Par GEGERS le 4 Juillet 2012          Consultée 2531 fois

« Elles Chantent Cabrel »... Tu parles d'un scoop ! C'est une évidence, tout le monde chante Cabrel ! Chacun a en lui un petit quelque chose du chanteur moustachu : un texte, une mélodie...Tous les francophones ont, à un moment ou un autre, fredonné un morceau composé par le poète musical. Riche d'une carrière longue de 35 ans, le discret chanteur ne se vante aucunement d'être tributaire d'un patrimoine foisonnant. Seulement voilà, nombre d'hommages fleurissent régulièrement et témoignent de l'impact profond et durable de Cabrel sur les auditeurs. Aujourd'hui, on chante Cabrel comme on chante Brassens ou Ferré, on rend hommage avec respect à l'un des plus grands talents de la francophonie.

Au Québec aussi, Cabrel est une institution, un artiste fédérateur dont la musique universelle touche les coeurs de la même manière. Ainsi, lorsqu'un producteur décide de mettre sur pied le projet d'un album-hommage uniquement féminin au moustachu, une douzaine de chanteuses de la Belle Province répondent présentes. Des vocalistes Québécoises, jeunes pousses ou artistes reconnues, qui interprètent chacune une pièce issue du répertoire du chanteur. Ne cherchez pas ici de nom connu, puisque les participantes à cet album ne bénéficient pas d'une exposition médiatique en France. Et à l'écoute de certaines des reprises ici présentes, on ne peut que regretter cet état de fait.

A douze chanteuses, douze ambiances. Forcément, l'album se fait hétéroclite et inégal. Aux titres interprétés de manière fidèles, « à la Cabrel », s'opposent des relectures audacieuses de quelques pièces majeures ou plus confidentielles tirées du répertoire du chanteur. C'est bien entendu cette deuxième catégorie qui constitue l'intérêt principal de l'album. Pour s'en convaincre, trois morceaux suffisent à notre bonheur : citons ainsi « C'était l'hiver », chanté par Marie-Chantal Toupin, une voix puissante et rugueuse façon Bonnie Tyler. Ce titre, originellement intimiste, se voit ainsi transformé en une pépite folk-rock, avec accords acoustiques et solo électrique. Si l'essence du morceau est respectée, il faut reconnaître que ce nouvel habillage conserve, voire décuple, l'émotion qui s'en dégage. Du grand art, tout comme cette reprise de « Je l'aime à mourir », qui voit Ariane Brunet, dont la voix vous rappellera Cœur de Pirate, œuvrer avec douceur sur ce morceau qu'un piano délicat transforme en tendre ballade. A nouveau, l'émotion du titre original est conservée, même si les moyens de la stimuler sont différents. « Encore et encore », enfin, connaît la mutation la plus originale, puisque ce titre déjà fort énergique devient une pièce modern-rock marquée par la présence de guitares électriques affûtées. Malheureusement, la voix d'Anik Jean manque légèrement de piquant, et peine à confirmer l'énergie mélodique qui se dégage du morceau.

Les autres titres se font bien plus fidèles aux versions originales, et n'offrent qu'un intérêt limité. En effet, plutôt qu'un copier-coller, l'auditeur préfèrera toujours, et à juste titre, se tourner vers les versions chantées par Cabrel. Néanmoins, reconnaissons un charme certain à « Je t'aimais, je t'aime, je t'aimerai », chanté de manière sobre mais convaincante par Annie Villeneuve. Emilie Lévesque réussit pour sa part à reproduire la délicatesse folk de « Le reste du temps », morceau originellement paru sur l'album Hors Saison. « Petite Marie », « Il faudra leur dire » ou encore « Saïd et Mohamed », bien qu'interprétés par des chanteuses fort compétentes, souffrent nécessairement de la comparaison, et ne parviennent pas à tirer cet album vers le haut, au contraire des reprises plus audacieuses précitées.

Néanmoins, voici un hommage original et globalement convaincant à la musique de Cabrel. Agrémenté de la présence de quelques titres surprenant (« Le reste du temps », « Tourner les hélicos », cet album donne envie de se replonger à corps perdu dans le répertoire foisonnant du chanteur moustachu. Toujours ça de pris !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


CALI
L'âge D'or (2015)
De violence et de tendresse.




Georges BRASSENS
La Mauvaise Réputation (1952)
A la redécouverte de brassens

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Gordon Wood Jr (batterie)
- Guy Tourville (basse)
- Kaven Girouard (guitare)
- Jean-françois Beaudet (guitare)
- Martin Bachand (guitare)
- Philippe Turcotte (guitare)
- Annie Villeneuve (chant)
- Marie-Élaine Thibert (chant)
- Andréa Lindsay (chant)
- Marie-chantal Toupin (chant)
- Ariane Brunet (chant)
- Émilie Lévesque (chant)
- Nathalie Choquette (chant)
- Annie Blanchard (chant)
- Joe Bocan (chant)
- Linda Racine (chant)
- Anik Jean (chant)


1. Je T’aimais, Je T’aime, Je T’aimerai
2. Petite Marie C’est écrit
3. C’était L’hiver
4. Je L’aime à Mourir
5. Le Reste Du Temps
6. Il Faudra Leur Dire Répondez-moi
7. Saïd Et Mohamed
8. Tourner Les Hélicos
9. Encore Et Encore



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod