Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK HARDCORE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Discharge, The Exploited , Bad Brains
 

 Site Officiel (542)

GBH - City Baby's Revenge (1984)
Par RED ONE le 22 Mai 2013          Consultée 1173 fois

Si l'on en croit la pochette (hideuse, mais assez marquante) et le titre de cet album, l'opus 1984 de GBH ne serait rien de moins que la digne suite de leur génialissime album de 1982, City Baby Attacked By Rats. Enregistré au fait de la popularité du groupe en Grande Bretagne (la vague UK 82 atteint alors le pic de sa gloire), City Baby's Revenge se veut la confirmation du succès des Anglais, et l'aboutissement des progrès fantastiques de l'un des meilleurs line-ups punk de cette mouvance ...

Pourtant City Baby's Revenge n'est pas réellement une suite de City Baby Attacked By Rats. La principale raison, c'est bien évidemment le son, qui a quand même pas mal changé en deux ans. La raison principale semble en être le changement de producteur, puisque bien que GBH soit toujours produit par Clay Records, Mike Stone n'est plus aux commandes ici. Si la musique de GBH reste cependant foncièrement speed et agressive, force est quand même d'admettre que City Baby's Revenge présente un son plus poli et plus travaillé que son prédécesseur. Encore une fois, l'esprit GBH originel est toujours là : ça tabasse à toute berzingue, les rues de la ville sont bel et bien en flammes et les sonorités GBH speed et sales, inspirées par MOTÖRHEAD, sont toujours d'actualité.

Mais les tempos semblent plus maîtrisés (à défaut d'être ralentis), le groupe joue quand même de façon très carrée et surtout, se permet certaines fantaisies que ses confrères DISCHARGE et The EXPLOITED ne se permettraient pas. Ainsi le début de "Vietnamese Blues", avec son intro à l'harmonica, surprendra par son raffinement, totalement inattendu de la part d'un groupe estampillé UK 82. Idem sur le morceau suivant, "Womb With A View", avec son intro mélodique groovy, là encore très surprenante. Il n'est alors pas étonnant de comprendre en quoi GBH fut l'un des groupes anglais qui influencera le plus la scène hardcore mélodique qui naîtra quelques années plus tard aux Etats Unis. Là où DISCHARGE vociférait son inhumanité à coups de charges au plutonium, là encore où The EXPLOITED crachait son venin textuel à l'aide d'un accent écossais à couper au hachoir, GBH se posait en partisan d'un hardcore plus raffiné et plus élaboré, même si quand même foncièrement agressif par rapport à la concurrence.

Les titres sonnent donc éminemment rock'n'roll, aux accents mélodiques affirmés : en témoigne "Forbidden Zone", titre hardcore au riff d'une beauté punk rarement vue, à l'élégance épique inégalée. GBH réussit sur ce titre à nous faire frissonner, ce que The EXPLOITED ne réussira malheureusement jamais. La messe est dite, GBH est un immense groupe, et mérite sans doute aucun sa place au panthéon des légendes du punk. "City Baby's Revenge", le titre éponyme, se présente en revanche comme une sorte de titre sans inspiration réelle, et voulant habilement profiter du succès de l'album précédent. Mais la chanson envoie du lourd, quand même. "Pins And Needles" se présente comme un titre de punk classique, à l'ancienne, avec un tempo quand même très acceléré. Le groupe s'y fait là aussi raffiné, avec des riffs apaisés et très classieux.

La fin de l'album sonne comme un retour aux valeurs sûres pour GBH, avec des titres puissants et speed, dans la veine du précédent album. Et même une nouvelle tentative de fin bordélique sous produits stupéfiants, avec le titre "Skanga", dans la veine du titre "Alcohol" sur l'EP/LP de 1981.

Si tout n'est pas parfait sur cet album (certains morceaux font quand même un peu office de remplissage, et on ne peut s'empêcher de trouver l'album assez décousu), City Baby's Revenge se révèle être un opus très efficace. Pas forcément le plus emblématique de la discographie des Britanniques, mais assurément l'un des plus classiques.

On notera également, pour la petite histoire, que cet album sera le dernier à arborer le sigle "Charged GBH", et que l'album suivant rendra définitive la simple appellation "GBH" pour désigner le groupe britannique.

Titres fétiches : "Vietnamese Blues", "Forbidden Zone" ...

Note finale : 3,75/5

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


La SOURIS DéGLINGUéE
Une Cause à Rallier (1982)
"C'est là qu'on est né en France !"




BLACK FLAG
My War (1984)
A trop expérimenter, Black Flag invente le sludge


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Colin Abrahal (chant)
- Colin Blyth (guitare)
- Ross Lomas (basse)
- Andrew Williams (batterie)


1. Diplomatic Immunity
2. Drugs Party In 526
3. See The Man Run
4. Vietnamese Blues
5. Womb With A View
6. Forbidden Zone
7. Valley Of Death
8. City Baby's Revenge
9. Pins And Needles
10. Christianized Cannibals
11. Faster Faster
12. High Octane Fuel
13. I Feel Alright
14. Skanga (herby Weed)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod