Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 0)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : A-ha, Depeche Mode
 

 Site Officiel (416)

OMD - Architecture And Morality (1981)
Par WALTERSMOKE le 29 Juin 2013          Consultée 2355 fois

OMD était décidement un groupe très productif. En 1981, le groupe sort son troisième album, Architecture and Morality, alors que le groupe n'a que trois ans à peine. Mais pour le plus grand bonheur du public, Andy McCluskey et Paul Humphreys concilient rapidité d'écriture et talent pour créer ni plus ni moins que le meilleur album qu'ils n'aient jamais fait. En effet, Architecture and Morality est l'album qui pose définitivement OMD comme un grand groupe, une grande figure de la synthpop. Il s'agit clairement du meilleur album du groupe, rien de plus.

McCluskey et Humphreys se sont surpassés et donnent ici le meilleur d'eux-mêmes, soutenus par Malcolm Holmes, Martin Cooper et un certain Michael Douglas (pas l'acteur). Architecture and Morality montre bien le croisement réussi entre une idée de la modernité technologique et la simplicité si efficace (et décriée par l'intelligentsia musicale) de la pop easy-listening relativement positive. En effet, d'autres groupes ont adopté la même démarche, mais en assombrissant le tableau – cf. Depeche Mode.

Architecture and Morality se fait surtout remarquer pour trois tubes en puissance, redoutables et géniaux. A tout seigneur tout honneur, "Souvenir" est le premier d'entre eux, non seulement de manière chronologique, mais aussi pour la qualité. Les mots ne manquent pas pour qualifier ce tube en puissance : émouvant, larmoyant, redoutablement triste...un bien bel hommage au chanteur Ian Curtis. L'ombre du leader de Joy Division planait déjà sur le groupe dès le premier album, avec toutefois un Statues assez fade. Au passage, le chant principal est dévolu, une fois n'est pas coutume, à Paul Humphreys, la voix de McCluskey ne pouvant bien sûr ne pas coller. Bizarrement, "Souvenir" s'est effacé dans l'histoire au profit de "Enola Gay", alors que c'est le single qui a le mieux marché. Quant aux deux autres grands succès, je fais bien sûr référence aux deux "Joan of Arc". Le premier est une réussite totale, avec notamment les faux choeurs qui symbolisent les voix de notre Jeanne d'Arc nationale. La mélodie cristalline en arrière-plan est également savoureuse, sans compter le chant de McCluskey. L'autre Joan (non, je n'ai pas bu), à savoir "Maid of Orleans", paraît plus « classique », mais reste magnifique. Il s'agit ni plus ni moins que d'une idée du Beau en musique. Et en version pop, s'il vous plait.

Pour le reste de l'album, tout est tout aussi, voire meilleur que ces trois tubes. Passer sous silence "The New Stone Age" serait criminel. McCluskey s'énerve et panique au chant, et présente un riff de tueur à la guitare, aussi simple soit-il. Le faux violon y est redoutable. Impossible aussi de faire l'impasse sur "Sealand", véritable pièce centrale (mais pas maitresse) de l'album. Du haut de ses 7 minutes 44, ce splendide morceau de synthpop ambient se déploie lentement, avec quand même une légère sensation de monotonie, et offre une certaine idée de la mélancolie. "Architecture and Morality" en est le pendant court, instrumental (encore que "Sealand" est peu garni en paroles) et sombre, avec cette mélodie cristalline accompagnée de sons divers et variés rendant une ambiance assez anxiogène. A la limite, le seul titre un peu bancal serait "She's Leaving", jetant un pont avec les deux précédents albums. Et encore, il ne choque pas dans la construction d'Architecture and Morality, tout juste faut-il ne pas aimer les ballades new-wave pour la rejeter.

OMD frappe un grand coup avec Architecture and Morality, soit son meilleur album. Ce qui rend cet album encore plus éclatant est son incontestable succès, le public a suivi et a adhéré à une musique à la fois peu simple et facile d'accès. Ce ne sera pas le cas, en revanche, de l'album suivant, le fameux Dazzle Ships.

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


CHVRCHES
The Bones Of What You Believe (2013)
Parier sur Chvrches ? Une bonne idée !

(+ 1 kro-express)



YELLOW MAGIC ORCHESTRA
Solid State Survivor (1979)
Essai transformé


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Andy McCluskey (chant, guitares, basse, claviers, percussions, cor)
- Paul Humphreys (chant, choeurs, claviers, percussions)
- Malcolm Holmes (batterie, percussions, synthé)
- Martin Cooper (saxophone)
- Michael Douglas (claviers)


1. The New Stone Age
2. She's Leaving
3. Souvenir
4. Sealand
5. Joan Of Arc
6. Joan Of Arc (maid Of Orleans)
7. Architecture And Morality
8. Georgia
9. The Beginning And The End



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod