Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (10)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Used

MY CHEMICAL ROMANCE - Three Cheers For Sweet Revenge (2004)
Par CHIPSTOUILLE le 30 Mai 2005          Consultée 3832 fois

Contrairement à beaucoup de monde, je n’aime pas le punk. Je ne sais pas d’où me viens cette animosité, j’aime pourtant les styles qui s'en rapprochent, mais ce style-là, avec ses guitares crades, sa non-mélodicité, sa soi-disant efficacité et ses « yeah yeah » et autre cris de guerre, ça ne m’a jamais branché. Enfin ça, c’était il y a encore quelques mois, avant que je ne découvre My Chemical Romance…
Voilà un album au design soigné, me suis-je dit, on me le présente comme un mélange de punk, de gothique et d’émo-rock, pourquoi pas ? Un quart d’écoute plus tard, j’étais scotché à mes écouteurs. Le disque ne m’a pas quitté pendant plus de deux semaines. Je suis en pleine cure de désintoxication avec de l’opéra. Il me faut bien ça, sinon je n’aurai jamais lâché ce « Three cheers for sweet revenge » ou « Sweet revenge » pour les intimes.

Analysons un peu plus en profondeur le chérubin. Au premier abord, celui-ci ne paye pas de mine, amusé je me dis qu’il s’agit là du énième groupe de punk-rock voulant singer Avril Lavigne ou le générique de Buffy contre les vampires (ouai, je sais, en punk, j’ai des références à deux centimes). « Helena » nous offre une entrée en matière efficace, les ‘yeah yeah’ et autres ne tardent pas à faire leur entrée de quoi nous laisser duper sur le premier titre et lorsque sur le second l’impression de tourner en rond fera son apparition, il ne me restera plus qu'à balayer le disque d'un revers de la main (balèze hein!) et de persister à déclâmer: "le punk? caca boudin berk!". Facile, il est malin le Chipstouille, mais là il vient de se prendre une baffe sur le refrain quand même… C’est pas rien, une baffe, surtout pour du punk… Après tout ce premier morceau est plus émo-rock que punk au final… Mais c’est que je viens d’écouter un truc efficace et poignant, quand même !

Arrive le second titre, « Give’em hell kid » et là, la face du monde en sera changé à tout jamais… Euh non, je plaisante bien entendu, mais là, ça y est, vous êtes conquis, le second titre s’éloigne suffisamment du premier pour attiser la curiosité (chose que Green Day ou Offspring ont encore du mal à faire). L’introduction laisse une guitare effectuer des distorsions bizarres, le tout reprend de plus belle, façon punk écorché, avec un refrain une fois de plus qui déchire tout. Je commence à me dire que le mélange émo-rock, gothique et punk précité était on ne peu plus juste, et la sauce prend, petit à petit.

A l’écoute du solo court mais incisif de « To the end », vous serez définitivement persuadé que ces jeunes garçons ne sont pas dépourvus de talent. Et si jamais vous aviez une quelque once de réticence, l’énergie dévastatrice de ce qui constitue certainement la meilleure chose qu’il m’ait été donné de découvrir cette année, à savoir le titre « You know what they do guys like us in prison », vous délivrera son lot de frissons garantit. Le titre est à rendre fou, j’ai du mal à me retenir de sauter partout en entendant ce truc.

Petit à petit, on se laisse immerger dans cette ambiance révoltée, dépressive, rageuse et vengeresse. My Chemical Romance réussit là ou tout le monde avait échoué, on m’a cité les Misfits comme référence, j’ai donc été écouter ce que ce groupe avait offert. My Chemical Romance pourrait s’en rapprocher par leur aspect varié (contrairement aux Sex Pistols, par exemple) mais s’en éloigne énormément de par sa redoutable facilité à créer une atmosphère émotionnellement tendue, chose dont l’aspect festif des Misfits est pour le moins dépourvue.

L’album ne relâche la pression que sur « The ghost of you », balade Emo-rock très sympatique, et permettant de reprendre la montée en puissance depuis zéro et offrir la même dose d’adrénaline sur la seconde moitié de l’album. Celle-ci repart tout de même plus en douceur, avec un ton plus gothique que sur la première moitié. Ainsi après un « The jetset life is gonna kill you » peut être un peu trop mou du genou, « Interlude » introduit plus en douceur une nouvelle suite de morceaux qui pulvérisent tout sur leur passage. Rien à déplorer sur le reste de l’album, si ce n’est peut-être un « It’s not a fashion statement, it’s a deathwish » justement dans le ton de ce que je m’imaginais trop entendre avant d’insérer le CD dans le lecteur… Un peu trop convenu, et cumulant malgré lui trop de clichés punk pour être honnête. Heureusement des titres comme « Thank you for the venom » ou encore « Cemetary Drive » ne nous laissent pas au dépourvu.

Notez que ceci est la seconde offrande de ce jeune groupe du New Jersey et qu’ils avaient déjà sortit un album du nom de « I brought you my bullets, you brought me your love » que votre humble serviteur n’a pas eu le loisir d’écouter (ça ne saurait tarder). Et s’ils n’ont pas de pareille pour trouver des noms à rallonge pas très pratiques pour nous autre chroniqueurs (ça va, l’honneur de Bal-Sagoth, groupe de black métal…épique, reste sauf) il faut tout de même avouer que musicalement parlant, My Chemical Romance a su toucher là où ça fait mal, là où je ne m’y attendais pas. Bien sûr, il est encore difficile de qualifier leur musique de Punk, si ce n’est de par sa violence et son efficacité, les conservateurs du genre risquent de crier au scandale. Si toutefois comme moi vous êtes encore réticents au genre, et ce à cause de tous les défauts précités, tentez votre chance, vous ne devriez pas être déçus.

A lire aussi en PUNK-ROCK :


BABYSHAMBLES
Shotter's Nation (2007)
Spécial boîte à demandes !




The RAMONES
Brain Drain (1989)
Punk-rock


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Franck Iero (guitare)
- Mikey Way (basse)
- Gerard Way (chant)
- Ray Toro (guitare)
- Matt Pelissier (batterie)


1. Helena
2. Give'em Hell, Kid
3. To The End
4. You Know What They Do To Guys Like Us In Prison
5. I'm Not Okay (i Promise)
6. The Ghost Of You
7. The Jetset Life Is Gonna Kill You
8. Interlude
9. Thank You For The Venom
10. Hang'em High
11. It's Not A Fashion Statement, It's A Deathwish
12. Cemetary Drive
13. I Never Told You What I Do For A Living



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod