Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Nick Cave & The Bad Seeds , Arbeit Schickert Schneider
 

 Site Officiel (195)

EINSTüRZENDE NEUBAUTEN - Halber Mensch (1985)
Par WALTERSMOKE le 26 Octobre 2013          Consultée 845 fois

Savoir soigner son entrée n'est pas donné à tout le monde. L'acte de composer une ouverture, de capter l'attention dès le premier morceau d'un album peut devenir un vrai casse-tête. Et gare à l'erreur : même si le reste de l'album est excellent, il suffit d'un incipit raté pour tout foutre en l'air. Dans le cas de Halber Mensch, le quatrième album studio de EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN, c'est plus ou moins l'inverse : l'ouverture est bonne, et le reste est quelque peu inégal.

Quoique... dire que "Halber Mensch" est bon, c'est un euphémisme des plus insultants pour qualifier ce titre. En termes de minimalisme et de musique anxiogène, je mets au défi de trouver plus fort que ce titre à la même époque. Les choeurs répétant inlassablement « Halber Mensch » en soutiennent d'autres assénant des paroles qui ne sont clairement pas réconfortantes. L'arrivée sans fanfare de Blix Bargeld à la fin parachève ce morceau d'exception, où seule la voix humaine occupe tous les postes. Oui, franchement, je pourrais passer des heures à décortiquer ou au contraire à rester pantois devant "Halber Mensch". Il y aurait moyen de parler de chef-d'oeuvre si ce mot n'était pas aussi usité.

Malheureusement, il s'agit de l'arbre qui cache une forêt des plus suspectes. Si "Halber Mensch" déboule tel un ovni, même dans la discographie de NEUBAUTEN, le reste s'aventure dans un terrain conquis qui a bien changé. La puissance et la rage indus du groupe répond présente, mais avec la bride mélodique. Bargeld et ses hommes ordonnent leur musique, un comble pour une figure de l'anarchie musicale diront certains, mais s'y prennent visiblement mal. Le résultat donne un album à la production correcte, voire bonne, mais aux compositions hasardeuses. Autrement dit, c'est un album de transition pur et dur.
Cet état de fait est confirmé par les morceaux présentés comme les piliers centraux de Halber Mensch, j'ai nommé "Yü-Gung (Fütter Mein Ego)" et "Z.N.S". Ces deux titres ont une base vraiment correcte, mais se mettent surtout à furieusement tourner en rond. Bien sûr, toutes les excuses pourront leur être trouvées, comme « il y a un concept  derrière », « c'est fait exprès », et j'en passe. Pourquoi pas, mais je doute très fortement que NEUBAUTEN ait voulu faire chier son auditorat. S'ils avaient été amputés de moitié, la pilule serait bien mieux passée. Et même, la pauvreté de la musique n'assure pas une qualité que la durée aurait plombée.

Il est bien dommage que ces titres entachent sérieusement un disque contenant de très bonnes choses. Outre "Halber Mensch", l'album contient son lot de morceaux vraiment efficaces. L'autre sommet de Halber Mensch s'intitule "Der Tod ist Ein Dandy". Plus bruitiste tu meurs, tellement les sons de métaux qui s'entrechoquent résonnent violemment. Côté chant, Bargeld tente visiblement de refaire un "Armenia", et s'il n'y arrive pas, il offre tout de même une grande performance. D'autres morceaux sont positivement remarquables (le court mais efficace "Trinklied", le désespéré "Seele Brennt"), mais marquent moins que les deux sommets cités plus haut.

Halber Mensch n'est pas parfait, loin de là. Il est par contre suffisamment bon pour empêcher un jeu de mots à la con sur son titre (tant mieux), et propose quelques titres de haute volée, dont le plus gros défaut est finalement d'accompagner le morceau éponyme. Mais il est également rassurant de voir que EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN ne lève pas le pied et se contente de se prendre un peu les pieds dans le tapis. De plus, le meilleur, quoique déjà atteint sur Kollaps, arrive dès le prochain album, le sensationnel Fünf Auf Der Nach Oben Offenen Richterskala.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en INDUS par WALTERSMOKE :


EINSTüRZENDE NEUBAUTEN
Haus Der Lüge (1989)
Le meilleur depuis Kollaps - mais la pochette...




DIE KRUPPS
Stahlwerkrequiem (2016)
Le retour de la symphonie de métal


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Blixa Bargeld (chant, guitares)
- Mark Chung (basse, voix)
- Alexander Hacke (guitare, voix)
- N.u Unruh (percussions, voix)
- F.m. Enheit (percussions, voix)


1. Halber Mensch
2. Yü-gung (fütter Mein Ego)
3. Trinklied
4. Z.n.s
5. Seele Brennt
6. Sehnsucht (zitternd)
7. Der Tod Ist Ein Dandy
8. Letztes Biest (am Himmel)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod