Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



SOME BIZZARE RECORDS - Some Bizzare Album (1981)
Par WALTERSMOKE le 30 Décembre 2013          Consultée 710 fois

Parmi les noms à retenir dans la new-wave, celui de Some Bizzare Records est à retenir d'office. Cette maison de disques a en effet été un véritable tremplin pour un nombre non négligeable de groupes de new-wave – même si une bonne partie s'est écroulée après lancement. Certains grands noms de la synthpop de l'alternatif sont passés, comme Cabaret Voltaire, Einstürzende Neubauten et par la suite Coil et Swans. Some Bizzare s'est également chargé de jeter un coup de projecteur sur Depeche Mode, ainsi que sur Soft Cell. D'ailleurs, le fondateur de la maison de disques, Stevo Pearce, en était le manager.

Comme tant d'autres, Some Bizzare Records a dû trouver une stratégie afin de se lancer sur le marché de la musique. C'est alors que vient l'idée de génie, à savoir surfer sur la new-wave (hahaha). Pour être plus précis, Pearce comptait promouvoir une musique à l'opposé de ce qui était tendance, et sortir également une musique clairement innovante. Pour le prouver, il a conçu en 1981 le Some Bizzare Album, une compilation montrant de manière concrète ses vues. Le but est double, puisque le public se doit de connaître la new-wave, mais aussi les groupes débutants qui en jouent. Malheureusement pour lui, tous les groupes qui se sont retrouvés sur Some Bizzare Album n'ont pas percé, ou bien continué sur leur lancée. Depeche Mode est devenu le dinosaure synthpop que l'on connait, certains groupes comme Soft Cell, The The ou Neu Electrikk sont encore connus, mais pour le reste, à moins d'avoir vécu l'époque, ont disparu de la circulation bien vite. Ceci dit, cela est normal pour tout genre qui se respecte : pour un groupe qui perce réellement, au moins quatre filent tels des étoiles filantes.

A l'écoute de Some Bizzare, cela est bien dommage, tout de même. Rien qu'en terme de variations du genre, Some Bizzare Album présente des facettes diverses et variées de la new-wave, de la synthpop (Depeche Mode, The Fast Set) au néo-romantisme (B-Movie, Illustration). De plus, certaines graines sont vraiment prometteuses. Ainsi, Neu Electrikk s'impose parmi les meilleurs avec un "Lust of Berlin" aussi byrnien qu'efficace, la reprise osée d'un Marc Bolan par The Fast Set ou encore le dynamique "Moles", avec toutefois une intro lente, inspirée par Froese en solo. Bien sûr, Soft Cell fait donc partie de l'aventure et sort le minimaliste "The Girl with the Patent Leather Face", inspiré d'un morceau de...Daniel Miller, le patron de Mute (le monde est petit). Même si cette chanson tire en longueur, il faut avouer qu'elle tient la route.
A côté des réussites, planent les échecs. Le plus remarquable, et de loin, s'appelle "Photographic", par Depeche Mode. La version présente ici est toutefois différente de ce qu'on retrouvera sur Speak & Spell, mais confirme qu'avec Vince Clarke, DM n'était pas un bon groupe. "I Dare Say It will Hurt" a Little et "Central Park", chantés respectivement par Jell et Blah Blah Blah, sont plus des morceaux expérimentaux, mais sont surtout creux et ennuyeux. Dans le même genre, le morceau de The The, qui n'a pas de titre, leur est préférable.

Some Bizzare Album montre-t-il bien la musique du futur ? Rien n'est moins sûr, surtout au vu de l'évolution de la musique quelques temps par la suite. En fait, d'un point de vue rétrospectif, il faut plus voir cette compile comme un cliché, une image de la new-wave/synthpop au début des années 80. Il n'en reste pas moins qu'il permet effectivement de faire de belles découvertes, et de jeter un bref coup d'oeil sur les débuts de certains groupes qui ne sonnent pas comme de parfaits inconnus.

PS : Some Bizzare Album a été réédité deux fois, la première fois en 1992, en format CD, et la seconde en 1998 avec des morceaux bonus signés Fad Gadget et The Residents. Du point de vue musical, ce n'est pas une mauvaise affaire, mais mieux vaut, au mieux, acquérir les précédentes éditions si l'on veut respecter le côté historique.

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


PULP
Dogs Are Everywhere (1986)
Un EP bien noir




The B-52'S
The B-52's (1979)
Post-punk loufoque et débile


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Illustration
- Depeche Mode
- The The
- B-movie
- Jell
- Blah Blah Blah
- Blancmange
- Soft Cell
- Neu Electrikk
- Naked Lunch
- The Fast Set
- The Loved One


1. Tidal Flow
2. Photographic
3. Untitled
4. Moles
5. I Dare Say It Will Hurt A Little
6. Central Park
7. Sad Day
8. The Girl With The Patent Leather Face
9. Lust Of Berlin
10. La Femme
11. King Of The Rumbling Spires
12. Observations



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod