Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1995 Foo Fighters
1997 The Colour And The Sh...
2007 Echoes, Silence, Pati...
2011 Wasting Light
2014 Sonic Highways
 

- Membre : Nirvana, Them Crooked Vultures, Queens Of The Stone Age, Teenage Time Killers, Alanis Morissette

FOO FIGHTERS - There Is Nothing Left To Lose (1999)
Par CHIPSTOUILLE le 5 Février 2014          Consultée 1906 fois

La génèse de There Is Nothing Left To Lose aura été marquée par un ravalement de line-up. La défection de William Goldsmith suite au réenregistrement de la quasi-intégralité de l’album sans sa participation était plus que compréhensible. Il fut remplacé par l’énergique Taylor Hawkins, alors batteur d’Alanis MORISSETTE, désireux de rejoindre un groupe de rock. A peine ce remplacement effectué, Pat Smear, l’ami de toujours, l’ancien guitariste des tournées de NIRVANA, annonce lui-aussi vouloir quitter le navire, lassé des tournées. Dave Grohl parviendra à le convaincre de démarrer la tournée suivant la sortie de The Colour and the shape, le temps de lui retrouver un remplaçant. C’est finalement Franz Stahl, le guitariste de SCREAM, dont Dave Grohl lui-même est également issu, qui sera convié à rejoindre les rangs. Un remplacement qui ne durera malheureusement que le temps de la tournée, les premières sessions studio pour la composition du troisième album tournant au vinaigre. Stahl, habitué à être le maître à bord, reste discret au sein des FOO FIGHTERS et ne trouve pas sa place. Sa relation de 18 ans avec Dave Grohl marquant une sérieuse différence en comparaison du line-up encore frais. La mort dans l’âme, le leader décide finalement de se séparer de son second guitariste.

Cette succession d'événements n’entame pas le succès du groupe grandissant, Dave Grohl ayant prouvé avec ses deux albums précédents, qu’il y avait une vie après NIRVANA. Encaissant l'échec de ce premier enregistrement avorté, celui-ci va s’en retourner vers sa Virginie Natale, ou il décide d’aménager sa maison en studio. There is nothing left to lose, il n’y a plus rien à perdre, s’enregistrera finalement sous forme de trio. Un élément qui explique peut-être la tournure amaigrie des guitares sur cet album, peut-être également le manque d’un apport d’idées côté mélodies. Il est difficile d’expliquer dans cette succession de mauvaises nouvelles, ce qui a bien pu clocher.

Pourtant l’album démarre fort. "Stacked Actors" et son riff gras presque stoner ajoute un tube de plus à la collection remarquable des FOO FIGHTERS, "Breakout" est un second couteau très efficace dans la lignée de l'album précédent. "Learn to fly" parvient presque à réitérer l'exploit une troisième fois. Un démarrage en force qui ne fait que renforcer l’amertume qui suit. Le reste manque de ces coups de poings percussifs, et l’intensité s’étiole au fil de l’album. There is nothing left to lose cristallise le rock 90ies générique, sacrifiant la production ultra léchée et les prises de risque à la volonté de vouloir plaire à tout le monde. Tout est lisse, sans risque et sans ambition. On sent ici un Dave Grohl désabusé, sans hargne, volonté ou réelle envie. Le syndrome du rocker qui se coupe les cheveux (1) aurait-il encore frappé ?

Alors on réécoute, on cherche. "Headwires" a un petit balancement sympathique, une section rythmique granuleuse, un titre à écouter de nuit en voiture. Et… non, on a beau retourner cet album dans tous les sens, s’il faut trouver des choses marquantes, comme le gimmick 60ies de "Ain’t it the life" ou le refrain de "M.I.A.", ce sont des choses très convenues. Tout s’écoute, bien entendu, très facilement, mais les FOO FIGHTERS ont signé ici leur album le plus plat. Album qui faillit être le dernier, la genèse de One By One n’ayant pas été plus simple. Mais un événement important va survenir dans la carrière du groupe. Dommage que cet électrochoc soit survenu si tard, There is nothing left to lose n’en a pas profité.

(1) C’est bien Dave Grohl qui expose sa nuque tatouée sur la pochette de ce troisième album.

A lire aussi en ROCK par CHIPSTOUILLE :


ARMENS
Six Différents (1998)
Rock français sauce accordéon et violon




FOO FIGHTERS
Live At Wembley Stadium (2008)
The best of them


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Dave Grohl (chant, guitares)
- Taylor Hawkins (batterie)
- Nate Mendel (basse)


1. Stacked Actors
2. Breakout
3. Learn To Fly
4. Gimme Stitches
5. Generator
6. Aurora
7. Live-in Skin
8. Next Year
9. Headwires
10. Ain't It The Life
11. M.i.a.



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod