Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL FUSION  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1991 Sailing The Seas Of C...
1999 Antipop
2011 Green Naugahyde
 

- Membre : Guns N' Roses
 

 Site Officiel (2693)

PRIMUS - Frizzle Fry (1990)
Par TARTE le 9 Juin 2014          Consultée 2025 fois

La scène alternative/underground est un bien curieux univers. Véritable cabinet de curiosités échappant à la structure pyramidale du marché, elle réunit des spécimens tour à tour étranges, dérangeants, souvent obscurs et toujours originaux. La liste est interminable et chaque groupe d’exception semble en appeler un autre dans la face cachée de la Pop et du Rock.

Mais trêve de lieux communs, car ce n’est pas le genre du présent quidam. PRIMUS est un trio de polka psychédélique fondé en 1984 par Leslie Edward (dit Les) Claypool, Todd Huth et Vince Parker. La formation a très fréquemment changé de batteurs jusqu’à l’enregistrement de leur premier album : « Frizzle Fry ». La poétique de l’image et du nom du disque ne laisse aucun doute. Finesse, élégance et raffinement sont les mamelles de nos trois maestros. Empruntant au romantisme ses modes chromatiques et au foxtrot ses ruptures syncopées, Primus marie à merveille échelle diatoniques et contrepoints dans d’inénarrables éclatements sonores.

Soyons sérieux cinq secondes. Puisqu’il faut parler de Primus, commençons par Les Claypool. Bassiste prodigieux dont le jeu en « slap » est reconnaissable à un parsec. Sa voix suave possède également le pouvoir de faire fuir les moins enclins à l’étrange. Larry Lalonde et Tim Alexander cultivent une précision d’exécution virant à l’outrance ainsi qu’un goût pour les mélodies rêveuses. Les trois musiciens écorchent, déforment, personnalisent tout ce qu’ils touchent. Rock, Metal, Pop aussi, sans oublier Country et folklore inca, on vous aura prévenu.

Fils de Zappa et des Residents, Primus reste un objet difficilement identifiable malgré les quelques indices qu’il laisse çà et là. L’intro braconnée d’« YYZ » de Rush sur « To Defy The Laws Of Tradition » (repris de « John The Fisherman » de leur live Suck On This), de petits coups de cymbales rappelant directement le « Lark’s Tongues in Aspic » de King Crimson sur « Too Many Puppies » ainsi que leur indécrottable goût pour le bizarre et l’étonnant (« You Can’t Kill Michael Malloy », dont je vous conseille plus-que-fortement d’aller en lire l’hallucinante histoire).

Frizzle Fry, enfin, distribue les cartes qui feront de Primus un groupe d’exception. Motifs mélodiques torturés et pourtant virtuoses, dialogues fous entre les instruments, fulgurance d’exécution et univers de barge présenté par la voix de Claypool. Bienvenue à l’asile.

Malgré ces qualités, Frizzle Fry souffre néanmoins d’une constance sonore, il manque encore un peu de folie expérimentale, d’une patte véritablement créatrice. Mais le groupe ne tardera pas à corriger ça sur les albums suivants. Une belle mise en bouche avant le fromage !

A lire aussi en FUNK :


MANDRILL
Composite Truth (1972)
Un disque qui sent bon l'été!




PRINCE
Dirty Mind (1980)
Sex symbol delight en pleine new wave


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
  N/A



- Les Claypool (basse, chant)
- Larry Lalonde (guitare électrique, guitare acoustique)
- Tim 'herb' Alexander (batterie)


1. To Defy The Laws Of Tradition
2. Groundhog's Day
3. Too Many Puppies
4. Mr. Knowitall
5. Frizzle Fry
6. John The Fisherman
7. You Can't Kill Michael Malloy
8. The Toys Go Winding Down
9. Pudding Time
10. Sathington Willoughby
11. Spegetti Western
12. Harold Of The Rocks
13. To Defy



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod