Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1749 Missa A Due Soprani (Preston)
1756 Concerto Pour Clavier Et Violo...
1757 Symphonie N°1 (Hogwood)
1758 Symphonie N°37 (Hogwood)
1759 Symphonie N°18 (Hogwood)
1760 Symphonie N°19 (Hogwood)
Symphonie N°3 (Fischer)
1761 Symphonies De La Journée 6-8 (...
1762 Symphonie N°9 (Hogwood)
1763 Symphonie N°72 (Hogwood)
1764 Symphonie N°22 Le Philosophe (...
1765 Concerto Pour Violon N°1 (Tet...
Symphonie N°30 Alléluia (Harno...
Symphonie N°31 Appel De Cor (H...
Concerto Pour Violoncelle N°1 ...
1766 Symphonie N°34 (Hogwood)
1767 Concerto Pour Violon N°3 De Me...
Stabat Mater (Harnoncourt)
1768 Symphonie N°59 Le Feu (Solomon...
Symphonie N°49 La Passion (Koo...
1769 Missa In Honorem Beatissimae V...
Symphonie N°41 (Hogwood)
1770 Concerto Pour Clavier N°4 (Sta...
1771 Symphonie N°44 Funèbre (Pinnoc...
1772 Symphonie N°45 Les Adieux (Koo...
1773 Sonate Pour Clavier N°38 Hob X...
1774 Symphonie N°55 Le Maître D'éco...
1775 Symphonie N°68 (Harnoncourt)
Symphonie N°67 (Kraemer)
1776 Symphonie N°69 Laudon (Harnonc...
1778 Sonate Pour Clavier N°34 Hob X...
1779 Symphonie N°53 L'Impériale (Ha...
1780 Concerto Pour Clavier N°11 (St...
1781 Symphonie N°62 (Hogwood)
Quatuors à Cordes Op. 33 Russe...
Symphonie N°74 (Hogwood)
1782 Symphonie N°73 La Chasse (Harn...
1783 Concerto Pour Violoncelle N°2 ...
1784 Armida (Harnoncourt)
1785 Symphonie N°83 La Poule (Harno...
1786 Symphonie N°82 L'Ours (Harnonc...
1787 Symphonie N°88 (Bernstein)
1788 Symphonie N°90 (Rattle)
1789 Symphonie N°92 Oxford (Szell)
1790 Quatuors à Cordes Op. 64 Tost ...
1791 Symphonie N°96 Le Miracle (Hog...
Symphonie N°95 (Jochum)
Symphonie N°93 (Szell)
Symphonie N°94 La Surprise (Ha...
1792 Symphonie N°98 (Jochum)
Symphonie N°97 (Harnoncourt)
1793 Quatuors à Cordes Op. 71 Appon...
1794 Symphonie N°102 (Harnoncourt)
1795 Symphonie N°104 Londres Ou Sal...
1796 Les Sept Dernières Paroles Du ...
Missa Sancti Bernardi Von Offi...
Missa In Tempore Belli - Pauke...
1797 Quatuors à Cordes Op. 76 N°2-4...
1798 Missa In Angustiis - Nelsonmes...
La Création (Harnoncourt)
1799 Theresienmesse (Marriner)
Quatuors à Cordes Op. 77 Lobko...
1800 Te Deum N°2 - Pour L'Impératri...
1801 Les Saisons (Jacobs)
Schöpfungsmesse (Harnoncourt)
1802 Harmoniemesse (Harnoncourt)
1803 Quatuor à Cordes Op. 103 Inach...
2007 Delirium (Coin)
2016 Symphonies 78, 79, 80 & 81 (Da...
1777 Il Mondo Della Luna (Camerling...
 

- Style : Wolfgang Amadeus Mozart , Ludwig Van Beethoven , Carl Philip Emmanuel Bach , Johann Baptist Vanhal , Anton Fils
 

 Le Forum Encyclopédique De Joseph Haydn (473)

Joseph HAYDN - Symphonie N°41 (hogwood) (1769)
Par CHIPSTOUILLE le 21 Juin 2014          Consultée 1064 fois

La brute épaisse avide d’éclaboussures de sang qui sommeille en tout metalleux entre rapidement en conflit avec son soi intérieur lorsqu’une musique lui apporte l’apaisement. Malgré ses nombreux défauts, la symphonie n°41 de HAYDN possède en son sein ce pouvoir magique, cette capacité à faire atteindre la félicité. Tel le chant des sirènes, encore aurez-vous ce goût ferreux du riff en acier trempé en bouche que les volutes musicales de l’andante auront tôt fait de calmer la rage qui sommeille en vous. Car il faut bien l’admettre, si l’on s’intéresse en premier lieu à l’époque Sturm Und Drang de Joseph HAYDN, c’est avant tout pour les larmes, les pleurs, la mélancolie, la violence et la dramaturgie. Cette avidité pour le macabre n’a ici pas tout à fait disparu, mais la symphonie n°41 n’est pas de celles qui impressionnent à la première écoute par leurs coups de scalpel et autres tirades romanesques.

Ici le coup de génie est bel et bien la félicité de ce petit andante, subtilement ciselé. « Arabesque de flûte sur cantilène de hautbois et des tenues de cors », pour citer le biographe Marc Vignal. L’exercice est subtil, délicatement porté par des cordes qui angulent légèrement cette amourette d’un temps éculé. Les hautbois suppliants y sont touchants de pertinence, et les volutes de flûte n’en finissent plus de nous charmer. Ce mouvement qui reste en tête, permet d’identifier la symphonie en quelques secondes, avec sa belle signature. La sérénité qui s’en dégage lui donne des allures de paradis terrestre. Certains évoquent d’ailleurs un comparatif avec les champs Elysées de GLUCK.

S’il est évidemment plus question ici de passion (Drung) que de tempête (Sturm) dans ce mouvement caractéristique, les autres ne dépareillent pas quand à le tenue plus exaltée de la période. Dans la moyenne supérieurement qualitative, la symphonie ne souffre pas de lacune majeure, mais on ne sera pas aussi enthousiaste concernant le reste. De façon générale, sa rythmique plus appuyée lui donne des allures plus baroques qu’à ses contemporaines. C’est en particulier vrai dans le menuet, qui rappelle presque la façon de faire française du début du XVIIIe siècle, donnant des réminiscences de suite orchestrale à l’œuvre.

Les premiers et derniers mouvements, traditionnellement plus incisifs dans leur démarche, se dotent de quelques idées sympathiques que les amateurs du compositeur sauront apprécier à leur juste valeur. Le dernier est l’une de ses nombreuses sorties de piste frénétiques bourrées d’humour, que le compositeur a su parfaire par la suite. Le premier, plus particulier, possède de nombreuses idées thématiques, avec un certain sens du rebondissement. Les trompettes qui y figurent ne l’étaient pas dans les premiers manuscrits retrouvés de 1769, elles sont évoquées dans des commentaires datant de l’année suivante et des partitions de 1771. En outre, suivant les interprétations, on pourra découvrir un audacieux violon concertant qui poursuit judicieusement le phrasé de l’ensemble. La teneur complexe du mouvement empêche peut-être qu’on en retienne une partie suffisamment forte pour qu’il ne rivalise avec le second.

Du côté des interprétations, c’est avide de tourments que l’on s’est penché initialement sur les symphonies du Sturm und Drang. La symphonie n°41 contraste cependant quelque peu avec l’ensemble (on retrouvera d’autres exercices tout aussi charmants, chacuns à leur manière, dans les symphonies 51 ou 45 par exemple). La version de Trevor Pinnock fait donc le job sans toutefois émerveiller. C’est chez Adam Fisher, qui sait réussir de jolies surprises dans les symphonies moins connues comme ici, qu’il faut aller chercher ce fameux violon audacieux. On aura une légère préférence pour la version de Christopher Hogwood, qui réussit parfaitement l’exécution de ce Jardin d’Eden.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Joseph HAYDN
Symphonie N°53 L'impériale (harnoncourt) (1779)
Impérial, c'est le mot.




Johann Sebastian BACH
Concertos Pour Violon Bwv 1041, 1042 & 1043 (hilary Hahn) (1723)
La musique baroque à son apogée

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- The Academy Of Ancient Music
- Christopher Hogwood (direction)


- haydn Symphonies Vol5 : Cd2
- symphonie N°41 En Do Majeur
1. Allegro Con Spirito
2. Un Poco Andante
3. Menuet
4. Finale. Presto
- symphonie N°58 En Fa Majeur
5. Allegro
6. Andante
7. Menuet Alla Zoppa. Un Poco Allegretto
8. Finale. Presto



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod