Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1969 2 Monster Movie
1971 3 Tago Mago
1972 1 Ege Bamyasi
1973 2 Future Days
1974 1 Soon Over Babaluma
1975 1 Landed
1976 1 Flow Motion
1977 1 Saw Delight
1978 Out Of Reach
1979 Can
1989 Rite Time

B.O FILMS/SERIES

1970 2 Soundtracks

ALBUMS LIVE

1995 The Peel Sessions
1999 Music Live (1971/1977)
2021 Live In Brighton 1975

COMPILATIONS

1976 Unlimited Edition
1978 Cannibalism
1981 Delay 1968
1992 Cannibalism 2
1994 Cannibalism III
2012 The Lost Tapes
2017 The Singles

ALBUMS TRIBUTE

1997 Sacrilege
 

- Style : Heldon
- Membre : Traffic
 

 Spoon Can (2883)

CAN - Music Live (1971/1977) (1999)
Par WALTERSMOKE le 9 Février 2015          Consultée 1685 fois

Si The Peel Sessions a été accueilli avec un enthousiasme non feint, il faut cependant noter que cet album ne satisfaisait pas entièrement, étant donné que les morceaux qu'il contient sont des prises en direct, certes, mais retravaillées et jouées pour la radio. Et quid de véritables prises live ? À quand des extraits de la véritable folie de CAN ?

Si les plus impatients n'ont eu de cesse de fouiller partout pour trouver des bootlegs, les autres ont la chance de voir débarquer en 1999 Can Box, un coffret en série très limitée, qui propose des morceaux live enregistrés dans les années 70 ainsi qu'un documentaire et un extrait vidéo du groupe sur scène. Pour les malheureux qui n'ont pas pu obtenir ce coffret sans doute très intéressant, Spoon Records a fait acte de bonté en éditant la même année la partie audio de ce coffret, au sein de l'album Can Music (Live 1971/1977). Chouette initiative, donc, que d'offrir à un public plus large l'opportunité d'écouter CAN en concert.

Malheureusement, Music Live (pour faire court) est une déception. Et pourtant, il est doté de bien des qualités : deux CD pour accueillir deux heures de musique, des jams à gogo ("Jynx", "Fizz", "Colchester Finale"...), la présence de Damo Suzuki sur deux morceaux, assurant ainsi de se farcir des transes musicales intenses. Sauf que Music Live n'est pas un indispensable dans la discographie de CAN, à cause d'un élément des plus fatals : la production. Épouvantable, elle dessert au maximum tous les morceaux, au point que certains préfèrent à l'album d'autres bootlegs sur le plan qualitatif. À ses côtés, Soon Over Babaluma donne l'impression d'avoir été produit par Conny Plank ou George Martin. On peut rétorquer que ces enregistrements ont au moins le mérite d'être honnêtes contrairement à d'autres, mais il faut avouer que cela reste encore faible.

C'est d'autant plus dommage que les morceaux en eux-mêmes ne sont pas mauvais. En terrain connu, "Dizzy Dizzy" perd de son charme exotique pour se proposer en moment plus rock et tendu, ce qui est une réussite ici. On peut en revanche se montrer plus réservé en ce qui concerne "Yoo Doo Right" dont la performance est signée par le line-up de 1974-1976, qui ne peut être bien jouée que dans une optique planante, mais dans l'ensemble, il n'est pas désagréable. Le meilleur se trouve à la fin, avec un "Spoon" à la longueur exagérée, certes, mais concluant l'album sur une note folle et déchaînée.

Les morceaux les plus excitants, à savoir les improvisations, ne sont pas en reste. La plus grosse pièce, "Colchester Finale", reste de loin le pivot de Music Live. Ce jam tout bonnement monstrueux est à négocier comme un véritable direct dans la face à pleine puissance brute. Les cinq musiciens se lâchent, y compris dans la dernière partie qui reprend un extrait de "Halleluhwah". Comme regret, encore et toujours ce son abominable. "Jynx", qui ouvre l'album, l'emporte au niveau de la production (et on y entend mieux Schmidt), mais le côté jam délirant laisse la place à un ensemble un peu foutraque quoique fort efficace. On est en revanche en droit d'être dubitatif devant "Kata Kong", composition un peu étiolée et peu fameuse, ayant de plus le malheur d'être coincée entre "Colchester Finale" et "Spoon".

Avec une production et/ou une remasterisation plus rutilantes, nul doute que Music Live (1971/1977) serait devenu une pierre angulaire de la discographie. Ce n'est pas le cas, il faut se contenter d'un son en carton entravant les qualités diverses et variées d'un groupe redoutable et puissant qui, sur tous les plans, n'a pas démérité son statut de groupe culte du rock.

A lire aussi en KRAUTROCK par WALTERSMOKE :


A.R. & MACHINES
Die Grüne Reise (1971)
Matrice lysergique




FAUST
Punkt. (2022)
Point final ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Holger Czukay (basse, effets sonores sur 1-4 et 1-6)
- Michael Karoli (guitare, chant)
- Jaki Liebezeit (batterie, percussions)
- Irmin Schmidt (claviers)
- Damo Suzuki (chant sur 2-1 et 2-3)
- Rosko Gee (basse sur 1-4 et 1-6)


1. Jynx
2. Dizzy Dizzy
3. Vernal Equinox
4. Fizz
5. Yoo Doo Right
6. Cascade Waltz

1. Colchester Finale
2. Kata Kong
3. Spoon



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod