Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ PROG EXPéRIMENTAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : John Zorn
 

 Le Zornographe (227)

The SUITE UNRAVELING - The Suite Unraveling (2014)
Par TEEMO le 3 Mars 2015          Consultée 790 fois

Le label Tzadik créé par John Zorn a pris des proportions gargantuesques depuis sa création, tant grâce aux productions signées de la main de son créateur que par les groupes qui se produisent sous son nom. Il faut savoir que plusieurs séries divisent ce label, parmi lesquelles Radical Jewish Culture, New Japan, Film Music, Spectrum... Souvent reconnaissable par un design particulier, chaque série comprend de multiples groupes et artistes qui ont tous un ou plusieurs points communs : citons en exemple la série Oracles qui est dédiée à la scène musicale féminine.
The Suite Unraveling fait son entrée chez Tzadik dans cette nouvelle série nommée « Spotlight », initiée en 2011 par le groupe américain (de Washington plus précisément) nommé Les Rhinocéros et mettant en lumière de jeunes musiciens talentueux et avant-gardistes.
A la fois formée par son père, Steve Maase, et diplômée de l'université de North Texas, Lily Maase est vraiment une artiste atypique : jazz, country, musique classique, rock, voilà quels sont les genres qui lui tiennent à cœur. Mais, contrairement à ses autres projets (citons Rocket Queen, groupe de filles reprenant du Guns'N'Roses), The Suite Unraveling est à la fois un projet expérimental et avant-gardiste. Ayant déjà sorti deux albums, Unbind sorti en 2007 et Music For Robots en 2010, en 2014 la bande de Maase retourne dans son laboratoire et nous sort un album plutôt... barré !

Avec leur album éponyme, le groupe prend une direction bien différente de celles empruntées auparavant. Réduite à un simple trio, l'équipe de Maase allie à la fois lourdeur et élégance dans sa musique. Les influences sont multiples : Ornette Coleman, l'une des figures de proue du free jazz, Morbid Angel, icône incontournable du death metal, mais aussi les grands guitaristes tels que Rory Gallagher (à qui elle dédie le titre d'ouverture « Gallagher Walks In »). Bien qu'étant la compositrice de tous les morceaux, Lily Maase affirme que chaque titre est le résultat d'un travail acharné de la part des trois membres. Cela n'a rien d'étonnant, car on constate ce grand équilibre entre les trois musiciens : à la fois dans la distribution des tâches, qu'en termes de feeling, où on sent une vraie synergie.

Difficile de définir l'esthétique développée par The Suite Unraveling... c'est d'ailleurs ce qui fait un peu sa force. S'imposant dès le premier titre avec un morceau qui tombe comme un marteau piqueur, le groupe sait nous proposer des ambiances variées et contrastées. Ce qui est magique, c'est cette manière de glisser d'une ambiance à une autre sans préavis. « Riocochet » est un bon exemple, puisqu'il démarre sur une introduction violente et brutale, enchaîne sur une tirade planante jouée au saxophone, puis nous installe confortablement dans une sorte d'ambiance indescriptible à moitié teintée d'électro... On n'est qu'à la moitié du morceau. Entre ce leitmotiv joué aux harmoniques qui vient chatouiller vos oreilles de temps à autres, ce saxophone paré d'un lyrisme poignant, ces claviers impassibles, en neuf minutes, les trois musiciens vous racontent une histoire passionnante.

L'album ne contient que six compositions, pourtant, chacune a son intérêt. La première minute de « Applying Leeches : Materials Needed » déboussole un peu par ses cœurs parlés qui semblent tirés d'une cérémonie de sacrifice. Mais finalement cela s'inscrit bien dans le style expérimental de The Suite Unraveling ! « Life at Stylus Point » joue sur les contretemps tout en nous tricotant un riff et un thème fort charmant. Lorsque que le morceau commence à s'emballer en une sorte d'improvisation d'accords, cela rappelle beaucoup le style de Rory Gallagher. Le plus jouissif reste l'enchaînement pont/conclusion où Kammers explose et révèle ses influences jazz. Du plaisir à l'état pur.
« (my melodie lies) Elsewhere », ou comment exploiter un thème sur plus de dix minutes, le faire rebondir, le déposer délicatement sur nos oreilles ou nous l'envoyer en pleine face, l'interpréter au saxophone, à la guitare, y ajouter des variations, des effets... D'ailleurs, il faut souligner que Maase fait un usage assez important de pédales d'effets ce qui, tout comme les claviers, définit le son « The Suite Unraveling ».

The Suite Unraveling n'est pas vraiment facile d'accès. Plus spontané que les albums précédents, ce nouvel opus envoie du lourd, part dans tous les sens, vous tabasse puis vous caresse, vous transporte... A conseiller à un public ouvert.

A lire aussi en JAZZ par TEEMO :


Nat King COLE
After Midnight (1957)
Blame it on my youth




Kenny GARRETT
Pushing The World Away (2013)
Un album sincère, profond, personnel... superbe


Marquez et partagez





 
   TEEMO

 
  N/A



- Lily Maase (guitare)
- Michael Kammers (saxophone/claviers)
- Curt Garey (percussion/claviers)


1. Gallagher Walks In
2. Applying Leeches : Materials Needed
3. Riocochet
4. Life At Stylus Point
5. (my Melodies Lies) Elsewhere
6. Made To Be Broken



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod