Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ALTERNATIF/PUNK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

 Site Officiel (208)

La SOURIS DEGLINGUEE - Une Cause à Rallier (1982)
Par RED ONE le 4 Mars 2015          Consultée 973 fois

La SOURIS DEGLINGUEE, fleuron du rock alternatif parisien, continue sa route en ce début de décennie 1980. Le premier album éponyme de 1981 a été plutôt bien accueilli par le public, mais le groupe continue de galérer. Tai Luc ne va pas tarder à partir faire son service militaire, et le groupe est alors dans l'expectative. Plutôt que de sortir sur un nouvel album longue durée, qui serait plus risqué à défendre pendant l'absence de Tai Luc, c'est donc à un simple EP 6 titres que le public a droit en 1982.

Si tous les titres de cet EP ne sont pas forcément mémorables, on a toutefois affaire ici à quelques classiques du L.S.D. "première époque". On attaque le morceau de fromage, c'est parti...
Comme un écho aux évènements qui secouent l'Europe de l'Est depuis le début des années 1980, L.S.D commence les hostilités par une reprise de "La Varsovienne", ici revisitée dans une version punk/garage qui sonne assez sympathiquement. Pas de quoi révolutionner la Pologne entière pour autant, mais le tout se laisse écouter. Néanmoins c'est un peu faiblard comme début.
On attaque heureusement les choses sérieuses avec le deuxième titre, "Banlieue Rouge", titre de garage punk énervé, dans la continuité logique des meilleurs moments du premier album de 1981. On continue la baston sur "Allez les gars !", dernier titre de la face A du vinyle et superbe moment de street punk incitant à la fête et au pogo sans interruption. Tai Luc fait d'ailleurs presque peur lorsqu'il se met à chanter "Lalalaaa" en grognant comme un ours.
La SOURIS DEGLINGUEE nous brosse encore ici un portrait sous amphétamines d'une banlieue parisienne prolétaire et fortement marquée par les luttes politiques de tout poil. 30 ans plus tard il faut admettre que cela sonne un poil daté, mais l'ensemble conserve un cachet fort savoureux, typique du rock alternatif parisien de ce début de décennie.

"Ils ne veulent pas de toi dans leur surprise party, car ton père est communiste, et ton frère est garagiste !"

La seconde face du vinyle commence toutefois sur un tempo plus apaisé, avec "Une fille dans la rue", sympathique reggae à l'anglaise, où La SOURIS semble commencer à assumer ses amours pour la fusion et l'éclectisme musical. La basse de Rikko groove à merveille, on a même droit à un peu de slap, c'est délicieux, c'est velouté et rond, et on plane pendant que résonnent les sirènes d'une guerre lointaine. Les paroles cyniques et désabusées de Tai Luc collent ici parfaitement à l'ambiance douce-amère du titre.
Les hostilités rock redémarrent ensuite avec "En France", magnifique moment de punk violent, aux guitares lorgnant presque sur le punk hardcore alors naissant. Les paroles réalistes du titre sont une vraie merveille, démontrant encore une fois toute la justesse du propos de La SOURIS DEGLINGUEE, qui savait déjà parfaitement concilier rock et conscience sociale.
Le titre éponyme enfin, qui clôt l'EP, est un agréable brûlot rock'n'roll sympathique, toujours dans la veine de ce que L.S.D. nous a pondu sur son premier album quelques mois plus tôt. Ses paroles évoquant l'armée semblent évidemment liées au départ de Tai Luc pour le service militaire, mais elles évoquent aussi ces bandes de jeunes que La SOURIS DEGLINGUEE aime à dépeindre dans ses textes. Une vraie tendresse émaille de ce titre, qui nous conte une jeunesse sauvage et révoltée, mais qui n'a pourtant rien perdu de sa joie de vivre.

Bien que cet EP soit culte pour les fans du groupe, il ne faut pas non plus y voir le grand chef d'oeuvre oublié de la discographie de L.S.D. En l’occurrence, il ne s'agit au final que d'un simple EP transitoire entre deux albums studio. Mais il serait vraiment dommage de se priver de l'écoute de ce véritable document historique, qui sonne comme un complément indispensable à l'excellent premier album éponyme de 1981, et qui annonce évidemment déjà la tonitruante suite des aventures vinyliques de nos rongeurs rockers préférés.

"C'est là qu'on est né en France, c'est là où on vit en France, c'est là qu'on rest'ra en Fraaaaance !"

Note finale : 3,5/5

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


Didier WAMPAS
Comme Dans Un Garage (2013)
Le disco ça pue et ça puera toujours




Les WAMPAS
Les Wampas Sont La Preuve Que Dieu Existe (2009)
Si ce n'était pas le cas, ce serait trop triste !!


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   NESTOR

 
   (2 chroniques)



- Tai Luc (chant, guitare)
- Jean-pierre Mijouin (guitare)
- Rikko (basse)
- Jean-claude Dubois (batterie)


1. La Varsovienne
2. Banlieue Rouge
3. Allez Les Gars !
4. Une Fille Dans La Rue
5. En France
6. Une Cause à Rallier



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod