Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  TRIBUTE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 Fresh Fruit For Rotti...
 

- Style : Black Flag, Bad Brains

DEAD KENNEDYS - Virus 100 (1992)
Par NOSFERATU le 24 Mars 2015          Consultée 925 fois

Généralement, les tributes sont souvent inégaux, voire décevants. Beaucoup de groupes reprennent platement leurs dieux copiant le modèle en fanatiques un peu bétas… Ou carrément peuvent trahir les compositions originelles… Pourtant, la compilation Virus 100 fait exception à la règle. Sortie en pleine explosion nirvanesque en 92, cette anthologie de haute volée fit son petit effet dans le monde underground des scènes post hardcore. En effet pas mal de combos de ces scènes rendent hommage aux gigantesques DEAD KENNEDYS sur le label de JELLO BIAFRA leur chanteur cinglé : Alternative tentacles.

On rappellera que ces californiens dégénérés ont allumé la méche du « punk hardcore » en 79 mais, en dehors d’un message vindicatif et libertaire commun, ne se contentaient pas comme la plupart de leurs contemporains (les groupes de la cote est, MINOR THREAT et compagnie) d’accélérer sur la pédale de vitesse. On y discernait dans leur riche discographie du post punk, des sonorités psychédéliques, du « surf sixties » et une violence stoogienne à la Raw power, voire du proto noise qui faisaient la différence avec les crachats décibeliques de leurs compatriotes rasés de la période et des oieries de leurs alter egos les "créteux" à l’anglaise …

La pochette annonce le contenu...Avec la chauve souris, animal fétiche détruisant à la fois un missile et une croix, l’esthétique symbolique illustrant l’idéologie du groupuscule. Gothique et libertaire … C’est ainsi que les différents gangs emblématiques des courants cités plus haut marqués par le hardcore donnent leur version des classiques du quatuor destroy. Certains suivent leurs maitres pratiquement à la lettre. Ainsi, les DIDGITS admirent à la note près leurs grands frères. De même, la reprise de "Let ‘s lynch the landlord" par les "grungettes" de L7 qui manque un peu de hargne. VICTIM FAMILY dont certains membres ont accompagné récemment BIAFRA dans ses derniers concerts se contentent du minimum mais çà vaut quand même son pesant d’or (surtout le refrain très volontairemnt caricatural).

Les autres apportent leurs propres versions. DISPOSABLE HEROES OF HIPOCRISY transmute l’hymne "California uber elles" en un fabuleux rap vitriolé, samplant le refrain original. Dans ce registre, la palme de la meilleure reprise est, sans conteste, remportée par nos THUGS… Le "Moon over martin" est quasiment transcendé, la portée mélodique y étant incroyable. Allez avouons le, nos compatriotes surpassent leurs idoles emportant ce hit punk vers des contrées hardcore pop du plus bel effet avec de magnifiques chœurs et un final gigantesque visiblement influencé par SONIC YOUTH, rajouté par des notes de synthé emportant le tout dans un élan épique de toute beauté. Chapeau bas messieurs les froggies …

D’autres chansons sont littéralement déjantées. Les dérangés ALICE DONUT paraissent révérencieux sur le délirant "Halloween" sauf que des trompettes décalées interviennent à la fin. Le rayon neo metal fusion est représenté par FAITH NO MORE et leur resucée fendarde de "Let’s lynch the landlord" en une sorte de polka rockabilly qui se termine par une accélération vocale quasi grindcore... Quelle voix ce MIKE PATTON ! Dans le rayon frénétique on notera aussi la version a cappella de NOMEANSNO. Les STEEL POLE BATHTUB rajoutent, eux, une touche noise sur l’hallucinant "Chemical warfare". MOJO NIXON AND THE TOAD LIQUORS transforment "Winnebogo" en rockabilly countrysant. L’interprétation du célèbre "Holiday in cambodia"» par SISTER DOUBLE HAPPINESS a une connotation post punk accentuée, du moins au début car ensuite le chanteur prend des postures ironiques presque AOR… KRAMER donne dans une sorte de pop symphonique sixties pratiquement éthérée avec l’étrange "Insight" qui aurait presque des tonalités ambient. EVAN JOHNS AND HIS H BOMBS jouent sur l’utilisation d’un saxo hystérique pour le désopilant "Too drunk to fuck".

Et puis il y a ceux qui s’amusent à l’ultra brutalité… En parlant de grindcore, il fallait bien que les maitres du genre NAPALM DEATH soient présents avec le furibard "Nazi punk fuck off". SEPULTURA fait dans le thrash metal jusqu’au boutiste (farouche retouche de "Drug me" !). Les fous furieux de NEUROSIS importent leurs violence viscérale sur le cauchemardesque "Saturday night holocaust" : basse inquiétante, growl effarant, vocaux à l’arraché puis carrément démoniaques, dissonances noises, rythmique post metal de plomb, samples d’un manège fou et d’effets cosmiques effrayants qui vous donnent la chair de poule se déroulent progressivement. Une fin sabbatienne et des notes de piano ferment cet élan apocalyptique. Certainement une des meilleures pièces…

L’ensemble est hautement recommandable et le culte bien rendu.

A lire aussi en PUNK-ROCK par NOSFERATU :


The DAMNED
Black Album (1980)
Space punk en perspective




POISON IDEA
Confuse And Conquer (2015)
Pour foutre le bordel dans une soirée bobo


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Voir Tracklist !


1. 1. Sister Douple Happiness - Holiday In Cambodia
2. 2. L7 - Let's Lynch The Landlord
3. 3. Kramer - Insight
4. 4. Sepultura - Drug Me
5. 5. Mojo Nixon & The Toadliquors Winnebago Warrior
6. 6. The Disposable Heroes Of Hiphoprisy - Californi
7. 7. Victims Family - Ill In The Head
8. 8. Les Thugs - Moon Over Marin
9. 9. Neurosis - Saturday Night Holocaust
10. 10. Steel Pole Bath Tub - Chemical Warfare
11. 11. Nomeansno - Forward To Death
12. 12. Napalm Death - Nazi Punks Fuck Off
13. 13. Faith No More - Let's Lynch The Landlord
14. 14. Alice Donut - Halloween
15. 15. Evan Johns & His H-bombs - Too Drunk To Fuck
16. 16. The Didjits - Police Truck



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod