Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Peter Baumann , Manuel Göttsching , Ashra, Dennis Young
- Style + Membre : Tangerine Dream

Edgar FROESE - Dalinetopia (2005)
Par ARP2600 le 3 Octobre 2011          Consultée 1010 fois

La carrière solo d'Edgar Froese est loin d'être anecdotique. En parallèle de la plus grande époque de Tangerine Dream, il avait livré six albums entre 74 et 83, dont certains sont des incontournables de la musique électronique. Je me demande toujours pourquoi il n'a pas publié ces albums solo avec le groupe, d'ailleurs. Il n'y a pas une raison unique. Le premier était une démo pour Virgin, Stuntman expérimentait avec génie les premiers instruments numériques, tandis que Macula Transfer et Ages étaient sans doute plus simplement des sujets trop personnels pour être partagés. Après vingt ans pendant lesquels le groupe lui a suffi, Edgar Froese a décidé de publier un album de plus dans cette catégorie.

En effet, Edgar Froese a connu personnellement Salvador Dali, dans les années 60. Alors qu'il était un jeune artiste étudiant, à la fois peintre et musicien, il a eu la chance de rencontrer son idole, qui, dit-on, avait beaucoup aimé ses idées musicales. Il y avait déjà un hommage dans Stuntman, « A Dali-esque sleep fuse », mais Dalinetopia est entièrement dédié au peintre catalan. L'album, d'une durée d'environ septante minutes, se constitue de dix plages d'entre cinq et neuf minutes. Toutes ont un titre commençant par «Dal» et se terminant de manière incongrue. De «Daleroshima» à «Dalinetopia» en passant par «Dalerotica» ou «Daluminacion», le concept a le mérite d'être tout-à-fait clair.

Tout ceci étant dit, la musique n'est pas vilaine, mais n'est pas très variée ni originale. Je m'attendais à quelque chose de plus surréaliste, d'un peu inattendu, mais je me trompais. Tout ceci n'est pas très différent du style de Tangerine Dream au milieu des années 2000, ce qui prouve, si c'était nécessaire, que le groupe se résume depuis bien longtemps à Edgar Froese accompagné de faire-valoir. C'est peut-être méchant de dire ça, mais personne n'était dupe de toute façon.

Donc, je ne vois pas très bien en quoi ça parle de Dali. Il y a bien quelques motifs un peu espagnolisants par-ci par-là, c'est vrai, mais ça reste vague. La musique est bien entendu fort séquencée, avec les habituelles mélodies lentes et lyriques. A part un tout petit peu de guitare et de piano, il n'y a rien ici que des instruments électroniques, l'ensemble étant très doux, l'ambiance feutrée et délicate.

A vrai dire, cette musique fait bien penser aux anciens albums de Froese, en particulier Stuntman et Pinnacles, ainsi qu'à la période Schmoelling de Tangerine Dream. Ceci est à mettre en parallèle avec une tendance comparable dans l'album Jeanne d'Arc du groupe, paru cette même année 2005. Et à plus forte raison que celui-ci, Dalinetopia manque de passion. On n'est pas tout-à-fait assez immergé dans la musique, le séquençage ne suffit pas à modifier la conscience de l'auditeur à la manière des grandes réalisations du compositeur. Je ne peux que penser que Froese avait ce projet très à cœur pourtant, mais voilà, il manque quelque chose.

Allons, pointons tout de même les moments que je trouve les plus forts ici. Il y a bien entendu l'ouverture «Daleroshima», agréablement mystérieuse, sans doute le morceau le plus prenant de l'album. J'aime aussi assez le séquençage rapide et cristallin de «Daliesquador», ainsi que le suivant, le posé «Daluminacion». Le morceau-titre offre quant à lui un curieux mélange d'ambiance sombre et de mode majeur, avec une vocalise, c'est plutôt joli. Le reste est assez anecdotique, on se passerait bien d'un «Dalagalor», par exemple.

On l'aura compris, je ne considère absolument pas ce Dalinetopia comme une franche réussite. Si je ne conteste pas un tel hommage, et trouve même qu'il s'agit d'une excellente idée, sa réalisation me semble un peu ratée. Pas assez d'émotion décidément, pas assez d'onirisme non plus. Dans la pratique, il s'agit donc d'un album dispensable, il vaut encore mieux investir dans quelques Tangerine Dream récents plus réussis que ceci.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par ARP2600 :


The ART OF NOISE
In Visible Silence (1986)
The art of casual noise




TANGERINE DREAM
Rubycon (1975)
Un des chefs-d'oeuvres des sources de l'électro

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Edgar Froese (synthétiseurs, guitares, piano, claviers…)


1. Daleroshima
2. Dalozapata
3. Dalamuerte
4. Dalerotica
5. Daliesquador
6. Daluminacion
7. Dalagalor
8. Daluna
9. Dalysisiphus
10. Dalinetopia



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod