Recherche avancée       Liste groupes



      
PROTO GRUNGE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



HüSKER Dü - Land Speed Record (1987)
Par NOSFERATU le 30 Mai 2015          Consultée 670 fois

Rien que le titre ! On s’attend évidemment à une déflagration sonique bien abrasive. La pochette donne le ton aussi : un photogramme extrait du film “moins que zero”, des cercueils de soldats américains… Un vinyle qui enterre encore le rêve ricain, une machine de guerre qui ne fera visiblement pas de quartier.
Et c’est vraiment le cas…

A l’origine de ce tsunami sonore, trois individus qui crèvent d’ennui, originaires de Minneapolis au début des années “reaganiennes” et rêvent d’en découdre avec la terre entière… De véritables “beatnicks” complètement perdus dans les sinistres “eighties”, qui trouvent rapidement dans l’explosion punk hardcore le carburant nécessaire pour foutre le feu. C’est la préhistoire du grunge qui s’écrit là…

Bob Mould (fasciné par les RAMONES) prend la gratte, Gregg Norton (l’homme à l’étrange moustache) s’empare de la basse, Grant Hart (qui ne jure que par BOWIE) la batterie jouant les pieds nus... C’est largement suffisant. En effet, l’histoire du rock “noisy” le prouve, les plus bruyants furent bien souvent des hydres à trois têtes : BLUE CHEER, MOTORHEAD, VENOM, BIG BLACK, MELVINS, UNSANE…

D’abord les singles bien brulants arrivent, puis en 82 sort ce disque mythique pour des générations de post-hardcoreux (demandez un peu l’impact qu’il a eu auprès des membres de NIRVANA, de THERAPY ?, des FOO FIGHTERS et de DAILY PLANET from Cahors City!).
Pour un budget de trois cents dollars, le concert de Hüsker Dü a été enregistré directement en quatre pistes (comme le premier BLACK SABBATH, tiens…). Une fois enregistré, nos trois “speed freaks” ont réalisé qu'ils ne disposaient pas des moyens financiers pour sortir l'album. C’est un autre allumé notoire, leur pote Mike Watt alors membre des déviants MINUTEMEN qui les fait signer sur son label “New alliance”. C’est effectivement l’époque de l’esprit "Do it yourself" (au sens libertaire) qui prédomine alors dans le circuit underground. L'album sera réédité en 1987 sur SST Records (le label de Greg Gin le guitariste givré de BLACK FLAG).
D’apparence, le disque live enregistré durant un concert local le 15 aout 1981 sonne comme un bouillonnement énergique à ranger entre le “No Sleep till Hammersmith ” de MOTORHEAD, le “Kick out the jams” du MC5 et le “It’s alive” des RAMONES.

Le titre a une double connotation, démontrant à la fois la capacité de la bande à jouer aussi vite que possible (il y a dix sept chansons entassées dans 26½ minutes) et leur penchant pour les pilules amphétamines (loin donc des préceptes “straight edge” d’un Ian Mc Kaye de MINOR THREAT !).
Les titres sont bien sûr hyper rapides. Ce sont des missiles qui embrasent tout sur leur passage et laissent KO debout l’écrasante majorité des gangs de la période jouant au RGV (Rock à Grande Vitesse). BIP BIP… L’un d’eux s’appelle même “ultracore” et il pourrait définir sans problème le sous-genre pratiqué par ce tiercé galopant. Mould affirmera plus tard que l’intention était “d’arracher les oreilles”…

Mais, car il y a un mais… Derrière ces speeds songs, des squelettes de chansons semblent émerger. On y discerne, en effet, ici et là, des bribes de mélodies qui seront la marque postérieure du groupe (cf. leur chef d’œuvre “Zen arcade”). Elles sont, bien entendu, partielles mais présagent d’une riche discographie.
Ne vous attendez donc pas à un séisme sonore “crusty” que pratiquait à la même époque un DISCHARGE (que Bob Mould ne cautionna jamais), ou même aux furieuses cavalcades à la MINOR THREAT. L’esprit y est (quoique!), mais les fondamentaux du courant sont personnalisés. HÜSKER DÜ, même dans son hyper violence, se démarque des clones de cette zique de sauvages. En gros, on assomme mais avec style.

Des accès de lourdeur se font aussi entendre, quasi métal (on parlera alors de proto grunge). Ainsi, un morceau ultime comme le féroce “Data control” (aux paroles paranoïaques) qui finit le set apocalyptique ralentit le tempo frénétique pour finir par un carnage métallique du plus bel effet. N’évoquez pas cependant le speed/thrash métal de leurs contemporains METALLICA, les HÜSKER DÜ produisaient une autre sorte de bruit.
Il y a aussi une caractéristique certainement garage rock sixties derrière ce magma sonore, rien d’étonnant de la part d’un BOB MOULD qui écoutait régulièrement ce style tout comme les BYRDS et HENDRIX.
A priori, du hardcore sans compromis mais qui se révèle être ainsi après plusieurs écoutes attentives beaucoup plus délié qu’il ne parait, s’échappant un peu des canons du genre…

A lire aussi en PUNK-ROCK par NOSFERATU :


SUICIDE
A Way Of Life (1988)
Pas loin de l'"o mind"




The LORDS OF THE NEW CHURCH
The Lords Of The New Church (1982)
Entrez dans une nouvelle église, oubliez daesh !


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Bob Mould (guitare, chant)
- Greg Norton (basse, voix)
- Grant Hart (batterie, chant)


1. All Tensed Up
2. Don't Try To Call
3. I'm Not Interested
4. Guns At My School
5. Push The Button
6. Gilligan's Island
7. Mtc
8. Don't Have A Life
9. Bricklayer
10. Tired Of Doing Things
11. You're Naive
12. Strange Week
13. Do The Bee
14. Big Sky
15. Ultracore
16. Let's Go Die
17. Data Control



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod