Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 1)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The J. Geils Band , The J. Geils Band , Them
- Membre : Mick Jagger , The Pretty Things , Superheavy, Ron Wood , Sugar Blue, Pretty Things/yardbird Blues Band
- Style + Membre : New Barbarians, Keith Richards
 

 Site Officiel (1540)

The ROLLING STONES - Voodoo Lounge (1994)
Par SASKATCHEWAN le 1er Juillet 2015          Consultée 2077 fois

Le cap des années 80 est passé, l’honnête homme n’a plus à craindre de tomber nez-à-nez avec un clavier dégoulinant et des cuivres braillards en s’aventurant sur les albums tardifs des ROLLING STONES. Tous les membres du groupe ont un peu la tête ailleurs en ce début des années 90. Jagger et Richards ont chacun mené à bien leur projet solo, avec une fortune diverse. Même Ronnie Wood a trouvé le temps de poursuivre son œuvre personnelle, avec Slide on This, un album très moyen sorti en 1992, tandis que Charlie Watts s’est fendu d’un hommage à Charlie Parker. Bill Wyman, lui, a carrément pris la poudre d’escampette. A partir de Voodoo Lounge, il est remplacé par Daryl Jones, qui ne deviendra jamais un membre officiel du groupe. Faire office de Bill Wyman et de Ian Stewart à la fois, c’est quand même très fort.

Les sessions d’enregistrement ont lieu en Irlande, chez Ronnie Wood. Paddy a dû faire son chiffre d’affaires du siècle en 1993. Keith Richards trouve quand même le moyen de se brouiller avec Jerry Lee Lewis à ce moment-là, querelle de quinquagénaires qui a inspiré la chanson « Sparks Will Fly ». Au studio de Dublin, c’est Don Was qui se retrouve chargé de la production, un zélateur du rock simple et sans fioritures. On imagine la déception de Jagger, privé de son grand boa et de ses tam-tams.

L’album s’ouvre sur un single chanté par Jagger, « Love Is Strong », un rock très américain, un peu aseptisé : difficile de dire si c’est raté ou non. Ce qui est un peu le constat que l’on peut faire pour le disque dans son ensemble : ça s’écoute tranquillement, il y a quelques bons moments, mais quel ennui ! On retrouve le big rock clinquant de Tattoo You ou Dirty Work, qui a toujours accouché de morceaux anodins.

On peut tout de suite énumérer les quelques titres où un frémissement se produit. « You Got Me Rocking », un rock de facture très classique, s’avère plutôt entraînant. « The Worst », avec Keith Richards au chant une fois de plus, est une ballade à laquelle on a envie de croire. Le véritable coup de force du guitariste se trouve néanmoins sur « Thru and Thru », le seul morceau véritablement ambitieux sur Voodoo Lounge, avec une guitare minimaliste et des chœurs féminins bien placés. Jagger, lui, signe deux autres réussites : la très remuante « Mean Disposition » et la ballade « Blinded by Rainbows », qui bénéficie d’une mélodie marquante.

Une grosse moitié d’album plutôt agréable, c’est déjà ça de pris. Le reste n’est pas vraiment mauvais, mais part un peu dans tous les sens, entre le funk de « Suck on the Jugular », la traditionnelle ballade-clavecin « New Faces », les cuivres langoureux de « Brand New Car », et « Moon Is Up », qu’on croirait sorti d’un album de U2. Les vrais gros bides sont plutôt rares, à l’exception de « Out of Tears » et « Sweetheart Together », deux ballades d’une mièvrerie confondante.

Tout cela donne Voodoo Lounge, un album mineur dans la discographie des Stones, médiocre pour tout dire, sans être un naufrage comparable à Undercover ou Emotionnal Rescue. En 1994, les quatre rockeurs semblent enfin avoir repris le contrôle de leur carrière, avec pour seule ambition de sortir un disque moyen tous les 4 ou 5 ans. L’urgence créatrice de la fin des années 60 appartient déjà à une autre vie...

A lire aussi en ROCK par SASKATCHEWAN :


The CRANBERRIES
No Need To Argue (1994)
Pop-rock mélancolique de bonne facture

(+ 2 kros-express)



The ROLLING STONES
The London Years (singles Collection) (1989)
Rock


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Mick Jagger (chant, guitare, harmonica)
- Keith Richards (chant, guitare, piano)
- Ronnie Wood (guitare, choeurs)
- Charlie Watts (batterie, tambourin)
- Darryl Jones (basse)
- Chuck Leavell (invité, claviers)
- Bernard Fowler (invité, choeurs)
- Bobby Womack (invité, choeurs)
- Frankie Gavin (invité, flûte et violon irlandais)
- Mark Isham (invité, trompette)
- Luís Jardim (invité, percussions)
- Flaco Jimenez (invité, accordéon)
- Lenny Castro (invité, percussions)
- Phil Jones (invité, percussions)
- David Mcmurray (invité, saxophone)
- Ivan Neville (invité, choeurs, orgue)
- Benmont Tench (invité, claviers)
- Pierre De Beauport (invité, guitare sèche)
- David Campbell (invité, arrangements de cordes)


1. Love Is Strong
2. You Got Me Rocking
3. Sparks Will Fly
4. The Worst
5. New Faces
6. Moon Is Up
7. Out Of Tears
8. I Go Wild
9. Brand New Car
10. Sweethearts Together
11. Suck On The Jugular
12. Blinded By Rainbows
13. Baby Break It Down
14. Thru And Thru
15. Mean Disposition



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod