Recherche avancée       Liste groupes



      
SHOEGAZE/PSYCHé  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Guide Shoegaze (150)

The TELESCOPES - The Telescopes (1992)
Par PINHEAD le 14 Décembre 2015          Consultée 859 fois

La brutalité du shoegaze, le fuzz qui te fait t'écrouler sur le plancher alors que ta copine crie dans la chambre d'à-côté, poussiéreuse. La décadence violence où tu perds connaissance, happé par une brume spectrale de je-m'en-foutisme sadomasochiste. Taste, sorti en 1989, c'était un peu tout ça à la fois. Un disque extrême, violent, unique en son genre, et totalement dépravé. Une ode nihiliste à l’évanouissement et aux bras lacérés par des clous un peu rouillés. C'était un chef-d'oeuvre écorché vif. Quand le groupe mené par Stephen Laurie signe sur Creation Records, le label est presque ruiné par le colossal Loveless de MY BLOODY VALENTINE. Est-ce pour cela que THE TELESCOPES s'est décidé à contrebalancer toute sa furie noisy pour enregistrer un disque bien plus accessible, un disque pop ? (Oh le vilain mot). Peut-être que oui, peut-être que le groupe a voulu vendre son disque... Les salauds !

"Splashdown" ouvre le disque dans une douceur langoureuse. Piano, guitare acoustiques, légères percussions placées ça et là... Mais où est la violence ? Il n'en sera ici pas question. Parce qu'en trois ans, la groupe anglais a appris à composer au-delà du standard rock n roll "quatre accords" (la formule diablement efficace de Taste). Où placer les chœurs ? Sur quelle tonalité développer les harmonies du refrain ? Sur quel temps mettre le tambourin ? A l'image du premier titre, on parle d'un album où l'orchestration est au chœur de la démarche artistique, malgré la simplicité des accords. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

Et là en tant que grand fan de rock psyché tu te dis "Hum hum, l'utilisation énorme du tremolo sur "Flying" me rappelle quelque chose..." Je ne me fais pas prier, voici l'idée : ce disque est le pont qui manquait entre la musique minimaliste des Spacemen 3 et la pop aérienne du Brian Jonestown Massacre. Plus de vrombissements distordus ? Pas grave : on entend le batteur jouer avec des BALAIS, on entends les discrètes harmonies au PIANO, on tremble sur les CHŒURS réverbérés ou des intros ACOUSTIQUES... Une musique de l'errance rimbaldienne, mais pas de l'égarement. Si Taste pouvait s'approcher d'Une Saison en Enfer, décharné, direct et foncièrement grave, alors cet album s'apparente aux Illuminations: pudique, lumineux et synesthésique. Clean, coloré, parfait.

Les singles "Flying" et High on Fire" sont d'évidentes démonstration de ce qu'on peut faire avec un petit peu d'inspiration, un petit peu de pédales d'effets, et beaucoup de drogue. Des flash vous pètent au visage comme un stroboscope multicolore. Les guitares acoustiques sont tellement bien mixées qu'elles fusionnent naturellement avec le déploiement de phaser et de vagues de delays. La couleur, tout aussi présente dans les autres chansons sera tempérée à volonté dans les nuances sonores. La mélodie est un autre maître mot ici: ça surgit à-droite-à-gauche en stéréo. L'oreille est constamment interpellée par une nouvelle idée. Ça fourmille dans tous les sens sans perdre cette linéarité cohérente et chère au psychédélisme. Et Stephen Laurie prouve qu'en plus de gueuler dans un micro avec une hargne admirable (Taste), ce mec sait composer de magnifiques lignes de chant qu'il balade d'un bout à l'autre de sa voix grave et ténébreuse, ou bien légère et dotée d'une amplitude étonnante.

A mes yeux, ce deuxième album ne symbolise pas forcément le renoncement à une musique extrême, et sans concession. Il est plutôt le manifeste d'un shoegaze plus orchestré, le prolongement sublime d'un psychédélisme aux mélodies primaires mais aux sonorités éclatantes. Et il n'est qu'une parenthèse dans la carrière du groupe, entre un brûlot punk noisy et un revirement électronique, à l'aube d'une plongée dans les abysses du drone. Si vous avez la chance de voir THE TELESCOPES en live, alors foncez vers vos boules quiès et oubliez cette magnifique parenthèse mélodique dans leur discographie.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par PINHEAD :


The DOORS
Strange Days (1967)
Merveille mélancolique, mais jamais mièvre...




The BRIAN JONESTOWN MASSACRE
Give It Back! (1997)
Un groupe de psychedelic revival à son apogée


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



Non disponible


1. Splashdown
2. High On Fire
3. You Set My Soul
4. Spaceships
5. The Presence Of Your Grace
6. And
7. Flying
8. Yeah
9. Ocean Drive
10. Please Tell Mother
11. To The Shore



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod