Recherche avancée       Liste groupes



      
BIG BEAT  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Fatboy Slim, The Prodigy

The CHEMICAL BROTHERS - Exit Planet Dust (1995)
Par CHIPSTOUILLE le 21 Mars 2006          Consultée 4027 fois

C'est le grand soir, l'excitation est à son comble, vos parents viennent de vous autoriser à sortir en "boîte de nuit" pour la première fois de votre existence. Vous allez enfin pouvoir faire comme les grands, profiter d'une ambiance joviale et festoyer sous les étoiles synthétiques. Vos parents vous déposent chez votre ami Jimmy, dont le grand frère a le permis, lequel va vous amener, vous, Jimmy et 2 filles, Esther et Sandy, au visage auguste pâté de rouge, parfum cocote, dans la boîte de pandore, au Heavenly Sunday Social Club du pub Albany, à Londres.

Après vous être copieusement ennuyé pendant quelques fuseaux horaires, guettant le début de soirée, l'aîné de Jimmy vous conduit enfin à la fiesta. Trois bons quarts d'heure de file d'attente plus tard, vous entrez enfin, non sans mal, dans l'asile. Une chape de plomb sonore vous recouvre, l'obscurité complète se fait, vous êtes aux portes de l'enfer, ou du paradis. Un beat envahit l'espace, une jungle de bras se devine entre des halos de lumière épileptiques, vous profitez de votre jeunesse, ou au moins de ces quelques heures. Au menu de cette acclamation dansante, les "Dust brothers", habitués des remix de titres de PRODIGY ou LETFIELD et bien d'autres qui vous sont inconnus. Cette nuit ils joueront un set de leur composition, le premier, et se sont renommés les "CHEMICAL BROTHERS" pour l'occasion.

Vous perdez vite de vue Jimmy et vos deux copines. Le grand frère a précisé qu'il passerait vous chercher à minuit sonnant et trébuchant, de quoi bien vous divertir en attendant. Mais qu'importe, la musique est délicieuse, vous vous laissez aller à des rythmes cassés, surmenés par une basse continue enivrante et cyclique, quelque peu saturée, mais toujours en évolution: le tout donne plus qu'envie de trémousser son derrière.

Pas encore tout à fait couvert de sueur, vous décidez de vous désaltérer grâce à votre "ticket boisson", pas de veine vous n'avez pas encore l'age pour l'alcool, c'est donc une limonade qui devra faire son effet. Au bout de quelques tours de disques, l'atmosphère sonore finit par vous pénétrer, et le groove vous envahit, votre corps se meut à l'appel d'un "Song for the siren" au champ féminin tournoyant, et aux sirènes bien familières de modernité, pas aussi mythologiques qu'on aurait pu le deviner.

Les titres défilent et vous ne vous sentez plus bouger, la lassitude prend le pas assez vite, l'annonce d'un "Fuck up beats" à la rythmique envahissante et à la mélodie inexistante ne fait que confirmer ce fait, d'autant que votre corps réclame du repos. Vous ne savez pas tout à fait combien de morceaux ont été joués par les animateurs de service, difficile d'identifier les pistes lorsque celles-ci sont toutes liées les unes aux autres. La mode qui veut ça, très certainement, on espère que ça leur passera d'ici quelques années. Finalement le titre "Chemical Beats", vous relève, vous le connaissez, il fait partie des titres présents sur ce superbe jeu de course futuriste du nom de WipeOut. Le titre est excellent et vous remet d'aplomb sur la piste, le coté planant de celui-ci jouant en sa faveur, finalement vous ne regrettez pas d'être venu.

Puis c'est de nouveau l'inconnu, des titres moins brutaux, avec un rythme plus cassé, la basse reprend ses droits et "Chico's groove" vous laisse dans une atmosphère planante inhibée. Visiblement le titre fait effet sur la foule, même chose pour "One too many mornings" et son chant féminin envoûtant, mais vous n'y êtes plus, la longueur des mix vous épuise, le coté plus mou vous déçoit, vous décidez de vous poser. La fatigue vous envahit, vous êtes régulièrement harassé par quelques ères ayant visiblement abusé du liquide prohibé. La basse rêche et le chant très sympathique de "Life is sweet" vous redonnent la motivation nécessaire pour bouger, vous décidez de retrouver Jimmy, chose qui s'avère difficile dans toute cette pagaille. L'ami fidèle a visiblement bravé l'interdit et est d'une humeur beaucoup plus à la fête que vous, il est saoul...et vous saoule au même titre qu'un "Playground for a wedgeless firm" faisant dans la musique de film d'horreur, avec ce même "broken" beat léthargique, il vous tarde d'avoir de nouveau l'usage de vos cordes vocales pour exprimer votre lassitude.

Mais minuit sonne et le "grand frère" refait son apparition, vos prières ont été entendues, vous allez enfin pouvoir quitter cette atmosphère étouffante, répétitive, inhumaine de laquelle vous vous sentez prisonnier. Derrière vous un "Alive alone" plus calme débute, où Beth Orton y va de sa voix chaude. Vous regretterez presque de ne pas rester plus longtemps, le changement de style amorcé en fin de soirée est plaisant. Mais il est temps de rentrer au bercail, vous êtes livide, la tête lourde, l'estomac gonflé, la gorge amère, les esgourdes meurtries, une envie de sommeil inassouvie s'étiole en longueur et ces fameux "CHEMICAL BROTHERS", au même titre que cette soirée, ne vous auront pas laissé un souvenir si impérissable. Gageons qu'ils en sont encore à leurs débuts, et qu'ils sauront apporter un peu plus de variété à leur soupe musicale. Tout le monde n'est visiblement pas de votre avis, et il est vrai que les progrès musicaux effectués depuis la première partie des années 90 sont déjà gigantesques. Mais cette soirée fut bien longue, vivement la prochaine?

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


SQUAREPUSHER
Hello Everything (2006)
Voyage spécial, préparez-vous à l'embarquement




ASTRAL PROJECTION
The Astral Files (1996)
Exceptionnel mais générique, tout un paradoxe


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
   SEIJITSU

 
   (2 chroniques)



- Tom Rowlands (presque tout)
- Ed Simons (presque tout)
- Tim Burgless (chant)
- Beth Orton (chant)


1. Leave Home
2. In Dust We Trust
3. Song To The Siren
4. Three Little Birdies Down Beats
5. Fuck Up Beats
6. Chemical Beats
7. Chico's Groove
8. One Too Many Mornings
9. Life Is Sweet
10. Playground For A Wdgeless Firm
11. Alive Alone



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod