Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



Frank OCEAN - Nostalgia, Ultra. (2011)
Par JEREM le 16 Mars 2016          Consultée 444 fois

Avant de sortir sa première mixtape en 2011, Frank Ocean n’a pas chômé. Originaire de la Nouvelle-Orléans, il déménage à Los Angeles après l’ouragan Katrina, pensant y rester seulement quelques mois, le temps de se retourner un peu. Il restera finalement dans la cité des anges, et commence alors à devenir auteur-compositeur pour des grands noms de la scène urbaine. En 2010, il intègre le collectif « Odd Future », qui est une grande porte d’entrée pour signer chez le mythique label Def Jam. Mais la relation entre l’artiste et la maison de disques n’est pas vraiment au beau fixe, ce qui empêche la sortie de ses premiers travaux. Frank, lassé, sort sur internet une mixtape qui, vu la qualité, aurait clairement pu faire office de premier album studio. Un opus ambitieux et mélancolique, qui se trouve être radicalement différent de tout ce qui se fait à l’époque en matière de r’n’b contemporain.

Le style de Frank est reconnaissable entre mille. Une voix grave et sensuelle, des textes souvent très soignés et spirituels, et surtout un univers ultra affirmé. L’opus s’ouvre sur un très court interlude sans grand intérêt. On entre dans le vif du sujet avec « Strawberry swing », un morceau aérien et particulièrement épuré. Un pur bonheur pour les oreilles mais ce n’est rien par rapport à ce que nous réserve la suite du projet. « Novocane » est le premier single officiel de l’artiste, sa carte de visite en quelque sorte. L’artiste nous raconte ses névroses et décrit - non sans ironie - son histoire foireuse avec une actrice porno. Le texte est fort, la prod’ ingénieuse et le refrain rentre dans la tête à la vitesse de la lumière. Le titre parfait en somme. Plus en douceur, le spirituel « We all try » tire son épingle du jeu grâce à son refrain tout en douceur et en subtilité. Frank exploite pleinement sa voix, avec quelques montées du plus bel effet. Les morceaux sont entrecoupés d’interludes, qui pour le coup, n’ont aucun intérêt. Soit, on ne lui en tiendra pas rigueur.

Dans un style un peu plus jazzy, le chanteur met encore tout le monde d’accord avec « Songs 4 women » où il devrait sans mal se mettre le public féminin dans la poche, même s’il s'y défend justement d'être un simple serial lover à midinettes. Autre morceau fort avec « Lovecrimes », l’instru puissante se marie parfaitement à la douceur de la voix de Frank, qui rend ce morceau très planant. On s’imagine très bien au volant d’une voiture roulant vers le soleil couchant avec une telle track. L’univers de Franky nous ouvre grand les bras. Et que dire du slow langoureux « There will me tears » ? Musicalement, l’artiste se diversifie avec une première partie presque acoustique avant de retomber sur une instru de pur hip-hop. A noter un texte particulièrement émouvant, où Frank parle de son père, et surtout de son absence.

La qualité ne chute pas avec la dernière partie de l’opus. « Swim good » est un incontournable pour les fans du chanteur. Plein de mélancolie, à la fois puissant et extrêmement spirituel. Un autre grand morceau. Trop linéaire, « Dust » est peut-être le titre le moins fort du projet, tout en étant toujours de grande qualité. Et il y a le fameux « American wedding » qui a valu quelques problèmes de plagiat à Frank Ocean. Le mec s’offre quand même le luxe de reprendre ce morceau mythique des Eagles en changeant complètement le texte de la chanson. Et pourtant, ce morceau tellement entendu, on semble le redécouvrir tant il s’approprie le titre. Le texte s'interroge sur les valeurs des mariages d'aujourd'hui et, vocalement, c’est, bien évidemment, toujours parfait. L’une des perles de l’opus. Et c’est avec le morceau plus rythmé « Nature feels » que s’achève l’opus. Un ultime morceau peut-être plus accessible, mais toujours aussi intéressant et abouti.

Bref, Frank Ocean touche déjà à la perfection dès son premier projet, qui deviendra un « simple » E.P. Tout est déjà là. Le style, un univers marqué et une voix qui met tout le monde d'accord. La relève du r'n'b est définitivement assurée.

A lire aussi en SOUL par JEREM :


Frank OCEAN
Channel Orange (2012)
Le petit prince de la soul.




Frank OCEAN
Blonde (2016)
Frank, la soul vibrante.


Marquez et partagez





 
   JEREM

 
  N/A



- Frank Ocean (chant, choeurs, composition)
- Tricky Stewart (production)
- Mr Hudson (production)
- Happy Perez (production)


1. Street Fighter
2. Strawberry Swing
3. Novocane
4. We All Try
5. Metal Gear Solid
6. Songs 4 Women
7. Lovecrimes
8. Goldeneye
9. There Will Be Tears
10. Swim Good
11. Dust
12. American Wedding
13. Soul Calibur
14. Nature Feels



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod