Recherche avancée       Liste groupes



      
BANDE ORIGINALE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Bande Originale De Film

François DE ROUBAIX - La Scoumoune (1972)
Par BUDDY le 5 Avril 2006          Consultée 9701 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

1972 sera l’année de sortie du film « La Scoumoune », interprété par les stars du cinéma français de l’époque, Jean-Paul Belmondo qui sera accompagné de la succulente Claudia Cardinale, ainsi que de l'inoubliable Michel Constantin. La bande originale de ce film, sera signée par un précurseur en matière de musique électronique et d’utilisations d’instruments de percussion en tous genres. Ce grand monsieur de la musique française, c’est François de Roubaix, qui nous a quitté prématurément lors d’une tragique plongée sous-marine en 1975 à l’âge de 36 ans. Il allait même recevoir à titre posthume l’année suivante, le César de la meilleure musique de film pour « le Vieux Fusil ». François de Roubaix, le saltimbanque autodidacte de la musique, laisse derrière lui un héritage musical, et une richesse incomparable de merveilles, qu’il a composées pendant les 10 années de sa trop courte carrière artistique.

« La Scoumoune » n’est pas à proprement parler un chef d’œuvre. C’est un film policier qui se laisse regarder. Mais il est réellement mis en valeur par la fresque musicale que François de Roubaix avait su peindre autour des images du réalisateur José Giovanni.
Le thème principal éponyme du film vous prend aux tripes et ne vous lâche plus. François, en multi-instrumentiste qu’il était, avait su aussi innover avec audace, au niveau du mélange des sonorités, et se servait tour à tour de limes, de crécelles, de ressorts, de tubas de plongée, et intégrait tout cela, à son univers. Le son de l’orgue « FARFISA Professional » de 1969, reconnaissable entre mille, ainsi que l’orgue de barbarie revient assez souvent dans le thème, car le réalisateur lui avait demandé de travailler autour de ses sonorités de barbarie. La guitare étincelante de François souligne avec bonheur et clairvoyance, les accents principaux de ce morceau.

Les années d’après-guerre sont marquées avec le second titre « Pigalle 44 » où le jazz est omniprésent, que ce soit dans le rythme, ou dans l’instrumentation. Un quintette de trompettes et de tubas donnent le ton de ce morceau, ou l’ambiance « charleston » règne, avec son piano bastringue et sa guitare jazzy.
Le 3ème titre met en scène une boîte à musique que répare Roberto Borgo (Jean-Paul Belmondo) dans la chambre de Georgia (Claudia Cardinale), et c’est cette boîte à musique que l’on entend dans ce morceau. Un titre enfantin et tendre.
« Avant-guerre » est le 4ème titre, et donne vraiment l’impression d’être une improvisation jazz avec un piano désaccordé, comme on les entendait beaucoup dans les temps anciens. François de Roubaix se servira également d’un de ces pianos bastringue pour composer un de ses thèmes musicaux, qui aura marqué toute une génération : Le dessin animé « Chapi-Chapo ».

Le thème principal est repris dans le 5ème titre et complète à merveille l’introduction, avec toutefois, quelques variantes différentes dans l’instrumentation.
« L’intrusion des racketteurs noirs dans les maisons closes» est un medley qui démarre sur un piano bastringue, puis on enchaîne avec un rythme afro-cubain où la basse est très présente, ainsi que la guitare acoustique. Tout cet enchevêtrement montre une pièce d’une modernité étonnante. Il y a également, à 1 min 39, le fameux passage du film où Roberto Borgo (Jean-Paul Belmondo) au moment de riposter face à son agresseur, s’assoit sur une chaise et attends… En même temps, démarre une sorte de riff musical joué au « Farfisa » et passé dans une chambre d’écho. Ce passage monte crescendo, jusqu’au moment où Borgo abat son ennemi. Et le passage afro-cubain reprend du service jusqu'à la fin du titre, entrecoupé par deux bossa-novas rythmées par « l’EMS VSC3 », (synthétiseur utilisé, en autres, par Jean-Michel Jarre pour la musique du film « Les Granges Brûlées", ainsi que pour d'autres de ses albums : Oxygène, Equinoxe...)

La 7ème composition uniquement interprétée à l’orgue de barbarie est empreinte d’une grande émotion, et reprend le thème principal du film. On retrouve ce titre en début de film, et à la fin.
Le dernier titre est interprété par Lucie Arnold au chant et François de Roubaix au piano dans un titre minimaliste et nostalgisque à souhait.

Une bande originale de film ou tout le talent de cet homme orchestre éclatera, et la musique de « La Scoumoune » est aujourd’hui encore considérée comme une pièce maîtresse de la carrière artistique de François de Roubaix.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE :


Jerry GOLDSMITH
Alien (1979)
Dans l'espace personne ne vous entendra crier




Dimitri CHOSTAKOVITCH
Symphonie N°11 L'année 1905 (mravinski) (1957)
La meilleure symphonie à programme


Marquez et partagez





 
   BUDDY

 
  N/A



- François De Roubaix. (tous instruments)


1. La Scoumoune (thème Principal)
2. Pigalle 1944
3. Georgia Et Roberto
4. Avant-guerre
5. Xavier à La Maison D'arrêt (thème Principal)
6. Intrusion Des Racketteurs Noirs Dans Les Maison Cl
7. L' Orgue De Migli
8. Quand Les Amours Se Meurent



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod