Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Trust No One, Blackmore's Night, Bernard Benoit
- Membre : Gtr, Hiromi, 801
 

 Site Officiel (2054)
 Tubular.net (2053)

Mike OLDFIELD - Discovery (1984)
Par MR. AMEFORGEE le 22 Mai 2006          Consultée 9081 fois

1984 est une année plutôt productive pour Mike Oldfield, qui concrétise d’une part sa première bande originale pour le film The Killing Fields (la Déchirure) et qui d’autre part nous propose un album régulier. Discovery reste dans la continuité des précédents, mais, chose notable, laisse pour la première fois la prévalence aux chansons, ce qui en fait un album plus pop-rock que prog. On trouvera toutefois un instrumental, « The Lake », quoique court pour du Oldfield (une douzaine de minutes), et qui se trouve, chose nouvelle, en fin d’album, signe que les chansons ne font définitivement pas office de bouche-trou ici.

Il y a une forme de grâce (au sens mesuré du terme : une élégance) qui plane sur ce disque. Les synthés, placés à l’arrière-plan avec la basse, confèrent une profondeur et une atmosphère veloutée à l’ensemble, presque planante. La guitare se partage entre arpèges à la finesse cristalline (« To France ») et riffs tranchants (« Poison Arrows », « Tricks of the Light »). Enfin, Maggie Reilly, qui officie au chant en alternance avec Barry Palmer, finit de contribuer à l’impression de douceur qui s’exhale de l’album. Cela dit, on ne baigne pas non plus dans l’éther le plus total, la batterie de Simon Phillips nous offrant une assise solide et terrestre à laquelle nous rattacher, sans oublier de dire que Palmer constitue une bonne alternative à son pendant féminin, avec une voix plus impulsive et légèrement écorchée.

De manière plus précise au niveau des chansons, on ne peut manquer le fameux « To France » qui ouvre Discovery et qui synthétise à lui seul ce que j’expose au paragraphe précédent : une pièce de pop-rock élégante, mesurément épique, portée par Maggie Reilly et aux arrangements bien pensés, croisement d’arpèges cristallins à la guitare et à la mandoline. Cela dit, s’il s’agit de l’argument de vente pour le grand public, le reste tient parfaitement la route. Que ce soit les titres les plus rock, chanté généralement par Barry Palmer : comme « Poison Arrows », qui commence néanmoins de manière très posée et retenue, le balançant « Discovery », ou encore l’excellent (et hélas seul) duo, « Tricks of the Light », avec son riff caractéristique en dents de scie. Ou que ce soit les titres les plus pop, chantés par Maggie Reilly : comme « Crystal Gazing » qui exploite judicieusement les synthés avec une ligne de guitare raffinée ou bien « Talk About Your Life » qui reprend pour une grande part la mélodie de « To France », mais pourvue de nouvelles harmonies vocales. Inutile de dire que l’ensemble est bien meilleur que la plupart des chansons présentes sur les précédents albums !

Enfin, l’instrumental « The Lake » se paie le luxe d’être très intéressant également, misant beaucoup sur les atmosphères tissées par les synthés. Où l’on retrouvera d’ailleurs les accents d’un Vangelis, sur la progression épique qui suit l’introduction, très planante, et les accents d’un Jean-Michel Jarre, le temps d’un break aux sonorités orientalisantes. Le reste appartient à la thématique habituelle de Oldfield, comme par exemple les réminiscences celtiques à la guitare ou l’alternance de passages héroïques et calmes. Ce morceau de clôture, en somme, c’est un peu comme si les trois compositeurs susnommés s’étaient donnés rendez-vous pour un pique-nique fictif et musical dans les hauteurs d’une montagne au nom oublié.

D’un point de vue créatif, Discovery n’est assurément pas le sommet de la discographie de Mike Oldfield et subira peut-être les foudres des amateurs des longues épopées progressives du bonhomme, mais il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un opus très homogène, nanti de bonnes chansons pop, ce qui fait toute la différence avec les albums qui le précèdent. Les arrangements aux synthés auraient pu rendre l’ensemble très daté, mais contre toute attente, ce n’est pas le cas et contribuent au contraire à son charme particulier. Une réussite.

A lire aussi en POP par MR. AMEFORGEE :


Freddie MERCURY
Barcelona (1988)
Concubinage insolite de la pop et de l'opéra




BELLE AND SEBASTIAN
Girls In Peacetime Want To Dance (2015)
La thérapie de l'insouciance


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
   MARCO STIVELL
   WALTERSMOKE

 
   (3 chroniques)



- Mike Oldfield (guitares, basse, synthé, etc.)
- Simon Phillips (batterie)
- Maggie Reilly (chant)
- Barry Palmer (chant)


1. To France
2. Poison Arrows
3. Crystal Gazing
4. Tricks Of The Light
5. Discovery
6. Talk About Your Life
7. Saved By A Bell
8. The Lake



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod