Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO/POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



YELLO - Motion Picture (1999)
Par WALTERSMOKE le 13 Octobre 2016          Consultée 287 fois

Deux ans après Pocket Universe (1997), Motion Picture voit Yello inscrire pour la dernière fois un album dans le deuxième millénaire. Voilà donc de quoi marquer les esprits pour le 10e album du duo suisse, qui affiche alors 19 ans de carrière, ce qui n'est pas rien. Pour rappel, Yello a plus que bien marqué son époque jusqu'en 1985, et a depuis un statut de groupe culte, doté de singles marquants. En 1999, cela fait quand même un moment que Dieter Meier et Boris Blank n'ont plus sorti d'album franchement marquant, mais au vu de leur contribution aux musiques électroniques, doit-on encore attendre d'eux de nouvelles révolutions sonores ?

En premier lieu, Motion Picture doit surtout faire mieux que Pocket Universe, qui a été, pour être franc, une déception. L'album respectait son fil directeur, mais au prix d'une musique parfois trop froide et loin d'être captivante. Cette fois, Yello sort de nouveau sa banque de samples pour un résultat plus classique et hétérogène, mais qui a le mérité d'être plus réussi. Ce qui marque particulièrement, c'est la solidité du son, assurée par une production toujours aussi remarquable tant elle rend la musique quasiment intemporelle. Voilà de quoi enjoliver encore plus des compositions qui sont pour le moins honnêtes et agréables. On trouve un peu de tout, du moins dans les limites de Yello, sur Motion Picture : des chansons au parfum mystérieux ("Get On", "Time Freeze"), des titres plus pop-friendly ("Croissant Bleu", "Prisoner of his Mind"), et d'autres voyant Blank s'amuser avec ses samples, en particulier dans la seconde moitié du disque.

Un joli petit cocktail, qui débouche parfois sur des curiosités. Croissant Bleu est ainsi une chanson à haute teneur humoristique, comme Yello en a le secret, et qui a la particularité d'être interprétée en français – rappelons que la Suisse est un pays propice au multilinguisme. "Shake and Shiver" croise la techno d'époque avec une musique latino, ce qui n'est pas sans rappeler les antécédents de Yello une décennie plus tôt, sans pour autant sonner comme une redite. Ce n'est pas vraiment le cas de "Squeeze Please", rappelant quasi-directement "S.A.X.", présent sur Zebra (1994). Ceci étant, à défaut d'être entièrement original, le morceau se tient bien, en dépit d'un titre risible.

Le souci de Motion Picture, ceci étant dit, c'est qu'il n'est pas marquant. Comme dit plus haut, cela fait longtemps que Yello n'a pas publié d'album réellement impressionnant (on doit remonter à Stella, rien que ça), et ce n'est pas son 10e album qui va changer la donne. Sans pour autant parler de « papys de l'électro », Yello est déjà entré dans une phase où le simple fait de faire carrière serait déjà vu comme formidable par bien des auditeurs. Ceci étant, il serait insultant d'insinuer que le duo vivote (artistiquement parlant, j'entends), puisqu'il se dégage toujours une sorte de magnétisme musical empêchant leurs œuvres d'être franchement chiantes ou « inutiles ». Et rien que ça... c'est énorme.

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


Mylene FARMER
Music Videos (1997)
Laurent le prétentieux




Mylene FARMER
Live à Bercy (1997)
Le meilleur live de Mylène


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Dieter Meier (chant)
- Boris Blank (tout le reste)
- +
- Gino Todesco (piano électrique sur 5 et 11)


1. Get On
2. Houdini
3. Prisoner Of His Mind
4. Distant Mirror
5. Time Freeze
6. Croissant Bleu
7. Liquid Lies
8. Squeeze Please
9. Shake And Shiver
10. Bubbling Under
11. Point Blank
12. Cyclops



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod