Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK AMBIENT  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Tangerine Dream, Brian Eno , Klaus Schulze , Harold Budd & Brian Eno

Steve ROACH - Mystic Chords & Sacred Spaces (volume 2) (2003)
Par AIGLE BLANC le 23 Mars 2017          Consultée 267 fois

Le volume 2 de Mystic Chords & Sacred Spaces, comme son prédécesseur, est un double album. Etant donné la perfection du volume 1, on pouvait craindre que Steve ROACH ne tienne pas la distance. Soyons rassuré : le volume 2 soutient sans difficulté la comparaison avec son aîné. C'est d'autant plus méritant qu'il poursuit dans la même veine en explorant des climats voisins.

Le CD 3 intitulé RECENT FUTURE évolue en un flux continu qui enchaîne les pistes imperceptiblement par un effet de morphing très réussi. Cependant, RECENT FUTURE se voit segmenté de 13 pistes (contre 5 pour MYSTIC CHORDS & SACRED SPACES), le climat de l'une à l'autre variant davantage cette fois, ce qui atténue la dimension extatique au profit d'un voyage évolutif traversant diverses contrées et couleurs, autant d'humeurs et de courants transportant mystère et beauté avec un sens inné du secret. Le voyage se veut apaisant autant que pénétrant. Le musicien sculpte les sons, qui se fondent les uns dans les autres, à coups de nappes ondoyantes aux textures bourdonnantes qui s'étalent et se superposent, arrivent et repartent, animées par un rythme organique interne. RECENT FUTURE est une merveille d'inspiration rêveuse, musique qui transcende le temps et l'espace, qui nous ouvre les portes d'un au-delà enchanté. Musique bannissant le silence (tout l'espace sonore étant constamment comblé) mais ouvrant au silence des mots, au silence de la révélation. Quelques pistes s'imposent pour leur profondeur émotionnelle. J'ai craqué pour "Subtle Body Current" avec sa délicatesse si poignante ainsi que pour la fascinante "The Spiral of Time's Five Burns On" qui nous transporte loin, très loin, vers des contrées majestueuses et infinies.

Le CD 4, PIECE OF INFINITY, adopte une forme plus classique qu'initiait Brian ENO à l'époque de Discreet Music (1975) et qu'il avait poussée à son aboutissement avec Thursday Afternoon (1985). Il s'agit donc d'une piste unique de 73 minutes qui s'écoule sans discontinuer et sans aucune progression thématique. Le voyage auquel elle nous convie est sans doute infiniment moins séduisant au premier abord en raison de la raréfaction des climats et des textures. Elle ne se prête pas à une écoute aussi aisément attentive que la précédente, sa forme minimaliste intrinsèque mettant l'auditeur au défi d'en soutenir l'absence de rythme et de respiration.
En revanche, et comme l'avait édicté Brian ENO en son temps, PIECE OF INFINITY autorise l'auditeur à exercer une autre activité pendant son écoute : l'écriture ou la lecture dans le meilleur des cas. Cette musique exerce tout son pouvoir pour disparaître, sa seule exigence semblant être de se faire oublier, de se fondre dans l'opacité de l'instant présent. Chacun y plaquera les images ou les sensations de son humeur du moment. Cette Pièce de l'Infini m'évoque des couloirs sans fin traversés de courants d'air asphyxiants comme si je déambulais dans un vaisseau à la dérive et sans pilote, quelque part dans l'espace. Selon mon humeur, je peux trouver l'expérience reposante ou au contraire fort anxiogène.
Il est important, je crois, pour goûter au mieux l'expérience, d'écouter cette longue piste à un faible volume sonore.

Les 2 volumes de Mystic Chords & Sacred Spaces livrent une pièce maîtresse de Steve ROACH. Leur pouvoir incantatoire défie les 280 minutes qui le diffusent. Même s'ils se vendent séparément, il serait dommage de ne se contenter que d'un seul. L'expérience sera plus complète, plus puissante, si vous faites l'effort de la vivre dans son intégralité.
Etant donné la radicalité de PIECE OF INFINITY, ultime chapitre de l'oeuvre, le volume 2 n'atteint pas complètement la beauté de son aîné, d'où la note qui lui est attribuée, au demeurant excellente, cela va de soi.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par AIGLE BLANC :


Eric SERRA
Atlantis (1991)
L'oeuvre la plus ambitieuse d'Eric Serra




Julee CRUISE
Floating Into The Night (1989)
Une ode synthétique à la nuit des amours défuntes


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Steve Roach (tous les traitements du son)


1. Cd 3 Recent Future
2. Open Heart
3. Turn To Light
4. Shift The Dimension
5. This Moment Is A Memory
6. This Moment Is Another Memory
7. Slightly Below
8. Essence Of Phaedra
9. Left Perfectly Alone
10. Subtle Body Current
11. Personal Nature
12. Grounding Place
13. Turning Back
14. The Spiral Of Time's Fire Burn On

1. Cd 4 Piece Of Infinity
2. Piece Of Infinity



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod