Recherche avancée       Liste groupes





Messages de l'équipe :  1 2 3 4 5 6 7 8 ...>...>>... 15
Le 28 Juin 2017 - Mr Âmeforgée reprend la plume !

Je voulais vous faire part d'un heureux événement : après quelques années de gestation, qui expliquent en partie pourquoi je ne suis plus très présent sur FP, je suis l'heureux géniteur d'un bébé de 448 pages.

Il est né aujourd'hui et s'appelle l'Éveil des Chimères.
C'est de la fantasy, comme la couverture permet de le deviner (dans une veine à la Jaworski, avec des spécificités tout de même).

Le quatrième de couverture :
Qui a dit que les monstres n'avaient pas d'âme ?
Dans un monde dominé par les humains, où la magie est à peine plus qu'un soupir, les créatures mythiques de l'ancien temps (sphinx, minotaure, manticore, hydre, faune...)essaient tant bien que mal d'exister.
Dans cet univers imaginaire et extraordinaire, quand elles ne sont pas simplement considérées comme de pures fictions, elles passent désormais aux yeux des hommes pour des monstres.
Le sont-elles toutes vraiment ?

Pour vous procurer l'ouvrage, n'hésitez pas à aller voir votre libraire favori ou à vous rendre sur les sites d'achat en ligne.

Amazon : https://www.amazon.fr/Léveil-chimères-Eric-Amon/dp/B0718T1CBV

Le 25 Juin 2017 - Une semaine B.O pour la fête du cinéma !

Le cinéma a près de 120 ans... déjà ! S'il a été muet tout d'abord, les inventeurs les plus aguerris n'ont eu de cesse de lui adjoindre le son, de sorte que le premier film "chantant" demeure Le Chanteur de Jazz en 1927, avec le chanteur blanc grimé en noir Al Jolson.

La musique est un média si puissant qu'elle n'a pas pour autant attendu que le son se révèle au cinéma pour intégrer les projections, quand le pianiste présent dans la salle accompagnait en direct les actions du film. C'est ainsi que le pianiste Gaston Paulin, qui composait des partitions pour les films qu'il accompagnait, passe aujourd'hui pour le premier compositeur de Bandes Originales de Films.

La musique au cinéma est devenu un art complet au point que le compositeur est souvent considéré, après le réalisateur, comme l'auteur du film. Plusieurs évolutions ont été nécessaires avant que cet art n'atteigne sa vraie maturité.

Au départ, la musique n'avait pour vocation que de souligner, en les amplifiant, les scènes d'action ou sentimentales. Par définition, elle se voulait donc pléonastique, n'apportant rien de plus au film qu'un surcroît d'émotion. Elle venait suppléer ainsi aux insuffisances du montage pour en décupler la dimension émotionnelle.
Puis, les compositeurs ont compris que la musique pouvait se dissocier des images et trouver son rythme interne sans qu'elle ait besoin de répéter ce que dit déjà l'image. C'est ainsi que les BO ont gagné en autonomie pour atteindre peut-être le point subliminal du film, exprimer sa couleur ou son humeur générale, suivre le film sur un chemin parallèle tout en restant connectée à lui.

A l'occasion de la fête du cinéma qui nous comblera d'aise jusqu'à mercredi prochain, l'équipe de Forces parallèles est fière de vous proposer une semaine entièrement consacrée aux musiques de films. Le choix des chroniques a épousé comme d'habitude l'intérêt personnel de leurs auteurs. Vous aurez donc l'opportunité de découvrir des films et des musiques connus ou moins connus, des références incontestées comme des œuvres mineures, des chefs-d'œuvre comme des nanars.

A Forces Parallèles, nous revendiquons l'éclectisme musical comme la subjectivité incorrigible de nos chroniqueurs. Que cette semaine soit pour vous un festival de découvertes ou de confirmations, de nostalgie ou d'étonnements.

aigle blanc

Le 8 Mai 2017 - BONFIRE - Gagnez le nouvel album !

Le nouvel album de BONFIRE, Byte The Bullet, est sélection de la semaine sur Forces Parallèles. Nous vous offrons votre chance de remporter deux exemplaires de ce nouvel opus, accompagnés de quelques goodies !

Comment participer ? Il vous suffit de laisser un commentaire sur l'album (via le bouton "abc" situé au-dessus de la pochette) avec vos coordonnées complètes (nom + adresse), qui ne seront bien sûr pas publiées. Les deux gagnants feront l'objet d'un tirage au sort et recevront leur exemplaire par courrier. Vous avez jusqu'à dimanche 14 à minuit pour participer.

Bonne chance à tous !

Le 19 Mars 2017 - Chuck n'est plus

Chuck BERRY, grand pionnier du Rock'n'roll, que nombre des plus grandes rock stars - Angus Young ou Keith Richards âr exemple - considèrent comme leur plus grande idole vient de quitter ce monde. Il avait 90 ans, un bel âge pour une vie plus que remplie ! IL laisse derrière lui des morceaux de bravoure : "Johnny Be Good" "Roll over Beethoven" "Maybelline" "Sweet little sixteen" "Ding a ling" "Memphis Tennessee" ou "You never can tell" pour ne citer que les plus célèbres. Personnage controversé, parfois attachant, parfois insupportable, il laisse une trace indélébile aux cotés des grands créateurs Eddie COCHRAN, Buddy HOLLY et Elvis PRESLEY. Désormais ne demeurent plus que Little RICHARD, protégé des dieux, et l'inusable Jerry Lee LEWIS, qui survivra à tout le monde... RIP.

Le 13 Mars 2017 - Concours CELKILT

Le nouvel album de CELKILT, Stand, est sélection de la semaine sur Forces Parallèles. Nous vous offrons votre chance de remporter deux exemplaires de ce nouvel opus !

Comment participer ? Il vous suffit de laisser un commentaire sur l'album (via le bouton "abc" situé au-dessus de la pochette) avec vos coordonnées complètes (nom + adresse), qui ne seront bien sûr pas publiées. Les deux gagnants feront l'objet d'un tirage au sort et recevront leur exemplaire par courrier. Vous avez jusqu'à dimanche 19 à minuit pour participer.

Bonne chance à tous, en kilt ou pas !

Le 10 Février 2017 - Metal Blabla : Le Podcast !

Le Canard du site d'à côté (NIME, mais si vous savez...) vient de monter un podcast 100 % Blabla Metal dans lequel il dit rien que des méchancetés entre autre sur DEEP PURPLE. Si vous voulez aller jeter une oreille, c'est ici :

www.metalblabla.com

On vous aura prévenu, ce type n'est pas fréquentable. Et son copain, encore moins.

Le 19 Juillet 2016 - Canard needs you !

Canard parle aux musicophiles !

Bonjour à tous,

Un édito en cinq jeux de mots pour une démarche à trois Euros. Tout un programme.

Kindle Come !

Je vais bientôt fermer définitivement PGC et ai de ce fait commencé à vider le site de sa substantifique moelle. Hein ? PGC. Pas grand-chose. Mais si, « Les chroniques d’un Pas Grand-chose », mon blog où que je raconte que ma rondelle est plus belle que vos nuits. Vu qu’une partie de mon lectorat provient d’ici, je me fends du présent édito pour vous faire part de son prochain acte de décès et aussi pour remercier NIME de m’avoir permis d’en causer ici même de temps à autre. Comme un être s’en va et que tout est dépeuplé, pour ceux que ça intéresse, j’ai prévu une porte de sortie.


Kindle Bueno, Kindle Maxi.

Donc PGC participe au concours des « Plumes francophones » jusqu’au 31 aout 2016 qui était selon bibi un bon moyen de laisser l’œuvre « quelque part » après la fermeture imminente du blog. Quelque chose, quelque part. Disponible pour qui veut. Pour des raisons X et Y, c’était important pour moi. J’ai donc « Kindle-iser » l’essentiel de mes chroniques en un temps records et c’est en ligne depuis le 1er juin pour un résultat « Kindle » Maxi (ah ah), soit 678 pages et plus d’un million de signes espace non-compris. Bref, pour ceux que ça intéresse, vous en aurez pour votre argent. Argent, oui, parce que ça coute 3€ (le prix minimum pour respecter les conditions du concours). Donc si le cœur vous en dit, vous pouvez participer à cette espèce de Canard-thon jusqu’au 31 aout prochain (je me répète) et me faire grimper ainsi vers les sentiers de la gloire, en l’occurrence les mains moites de Guillaume Durand. Oui, je sais, ça fait rêver.


Breakindle the Law

Imaginer le jury et le sieur en question feuilleter mon recueil et prendre un air dégouté en voyant les mots « Slayer » et autres « Iron Maiden » toutes les deux lignes et cette idée m’amuse sans trop savoir pourquoi. Si en fait, je sais un peu pourquoi. Parce que le Metal et la Littérature font deux. C’est tout du moins un sujet qui n’inspire peu – voire pas du tout - les écrivains actuels. Peut-être le phénomène est-il encore trop précoce, trop « vulgaire » au sens premier du terme ? Ou plus simplement trop difficilement transposable à l’écrit ? Trop prosaïque, donc pas de prose tout court, je ne sais pas. Je me souviens m’être posé cette question à l’adolescence (une réflexion qui apparait d’ailleurs de façon sibylline dans ma chronique « Nico des Savanes ») et déjà à l’époque j’avais dû me rendre à l’évidence : il n’existe pas de littérature pour hardos. Pas à proprement parler.


Kindle dit mot, consent.

Car il existe tout du moins des auteurs, beaucoup de mes références personnelles, dont la part d’ombre, la violence et l’acidité de leur plume pourraient s’accorder de loin en loin à notre musique et donc plaire à son public (oui, vous en l’occurence). Bukowski bien sûr, ma principale inspiration pour PGC : profond et dégueulasse à la fois, sombre, désespéré, violent et outrancier. Mais je pense aussi à la méchanceté d’un Montherlant, la désespérance d’un Céline ou encore la fureur de Fante pour les plus « illustres ». Si on penche du côté des « conteurs », vers l’imaginaire et ses vertus fantastico-horrifiques, on est obligé de citer le King (mais aussi Barker) puis, pour les plus anciens, Poe, Gautier et Lovecraft bien sûr. Certains agiteront Palahniuk ou Despentes (de par chez nous), pourquoi pas. Mais, par le feu de la passion qui se cache entre les lignes, parmi les auteurs contemporains, seul Hornby et son « High Fidelity » reste finalement le roman qui pourrait le plus parler aux fans de Metal. Car bien qu’il ne parle que de Pop Rock, finalement lui et nous, on se « comprend ».


It’s a Kindle of Magic

Le fait est qu’aucun de ceux que je viens de citer ne cause « vraiment » Metal pour autant. La littérature ne semble pas prête à glisser un petit Manowar ou le titre d’un album de Megadeth dans une phrase « prixnobelisable ». En attendant que ça arrive, je me suis amusé à essayer d’écrire un « truc » qui va dans ce sens. Une prose qui parle du choc des premiers grands albums, qui parle des concerts ratés, des moments d’extase et de déception. J’ai essayé à ma façon et je me suis amusé à le faire. Finalement, je crois que c’est l’essentiel. S’amuser, prendre du plaisir. Avec un album de Motörhead, c’est encore mieux. Parler « passion » à des passionnés en somme. Finalement, la passion est peut-être cette bonne passerelle entre les deux mondes, tiens. Parce qu’il y a quelque chose d’absurde dans le fait d’écouter des milliers d’albums presque identiques, quelque chose de l’ordre de la folie, d’irraisonnée, quelque chose de pas si loin d’une Madeleine de Proust, de Sisyphe et autre Cervantès.

Par avance merci à tous ceux qui me soutiendront et m’ont déjà soutenu.

Une petite bannière pour soutenir cette cause nationale va prochainement apparaître sur NIME et ce, jusqu’au 31 aout prochain puisqu’après si vous avez bien tout lu ça servira plus à grand-chose.

Et le lien : https://www.amazon.fr/Chroniques-dun-Pas-Grand-chose-Souvenirs-ebook/dp/B01GF44E4W/ref=pd_rhf_se_p_img_1?ie=UTF8&psc=1&refRID=09DS76267HWFVV844RKC%3Cbr%20/%3E

Bye Canard Coin Coin

Le 7 Mai 2016 - Chroniqueuse !

Mais oui, vous avez bien lu ! Une jeune femme a rejoint notre brillante mais néanmoins très masculine équipe. Enfin, un peu de douceur dans ce monde de brutes ! Il s'agit de MK ULTRA, dont vous pouvez lire la première chronique dès aujourd'hui, il s'agit de la BO de Sherlock !!


Messages de l'équipe :  1 2 3 4 5 6 7 8 ...>...>>... 15






1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod