Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
7 commentaires notés  
[?]



Daft Punk
Random Access Memories
Page   1 | 2 |

le 01 Septembre 2016 par VIV


Y'a à boire et à manger dans cet album !
On passe du tout au tout dans cette sphère électro funky, tantôt pop tendance "radio friendly" tantôt électro teintée de jazz, voire plus complexe dans un esprit progressif.

Je me souviens avoue été très agréablement surpris à la première écoute de ce RAM, partant avec des à priori vu le bassinage médiatique de l'époque. Il était agréable de remarquer que c’est musical, ça sonne, ça groove, et c'est propre. Ce n'est pas uniquement du numérique avec vocoder et gratte funky, y'a aussi du rhodes, du piano, de la batterie acoustique et j'en passe. Quelques année plus tard : même constat, cet opus est toujours un plaisir pour les cages à miel.

Ce qui est plaisant avec ce groupe, c'est la diversité. Chaque album a son âme particulière, même en gardant leur identité sonore, ils se renouvellent à chaque album.
Bonne surprise avec "Giorgo by moreder", un véritable ovni de leur part.

le 12 Septembre 2013 par BAAZBAAZ


Immense album. Rien à jeter. Un équilibre parfait entre des morceaux doux et planants, un funk doré à l’or fin, de la pop délicieuse et quelques réminiscences electro-rock. Rarement, après tant d’années d’existence, un groupe aura su renouveler ainsi sa créativité.

Et surtout, ce disque est une leçon d’éclectisme et d’ouverture d’esprit. Une gifle au snobisme musical et à l’élitisme. Cette musique s’enracine dans tous les courants populaires que les critiques rock méprisent rituellement depuis longtemps : le soft rock californien, le disco, la pop symphonique, le mainstream 80s… Voir aujourd’hui les Inrocks ou Pitchfork avaler la pilule DAFT PUNK est jubilatoire.

J’irai même plus loin : on tient ici le disque qui symbolise un état d’esprit, une façon de penser la musique à l’écart des bien-pensants ou des prescripteurs de bon goût.

C’est leur meilleur album. Un cadeau inespéré pour un début de décennie désespérant.

le 02 Septembre 2013 par AZER


Venons tempérer l'enthousiasme un bon coup. En tant que grand fan des Dafts, cet album à la promotion gargantuesque me faisait un peu plus peur au fur et à mesure (Get Lucky ? Et puis quoi encore). Et bien c'est gagné, DAFT PUNK se plante un bon coup et nous balance un album inégal et surtout, mou du genou. Bien plus proche de Discovery que des deux autres albums, il n'en atteint ni la qualité ni l'efficacité (meilleur que Tron cependant , y'a pas de comparaison possible).
Allez, ça commence avec un pompeux "Give Life Back To Music" au vocodeur popisant insupportable, et on poursuit par deux titres qui ne m'accrochent pas, bien que je leur concède une certaine qualité. "Within", en revanche, c'est de la daube de compétition avec un piano assez mièvre et un vocodeur DÉGUEULASSE, pas d'autre mot pour ( ou éventuellement "vomitif"). "Instant Crush" est cependant un très bon morceau, quoiqu'on aurait pu se passer, encore une fois, de vocodeur. Suivent alors 2 tubes en carton (merci Pharell WILLIAMS), et un morceau anecdotique, "Touch". Le reste oscille entre le gentillet (MotherBoard) et le pourri (Contact), comme sur tout l'album au final. Bref, une bonne grosse douche froide.

le 10 Juillet 2013 par ANGEL D


Un seul commentaire pour ce qui est sûrement un si ce n'est le meilleur album de l'année ?
Quand on vous dit que c'est la crise ...

Franchement, qu'est ce qu'on peut lui reprocher à ce "random access memories " ?
On peut lui reprocher sa promo abusive et d'avoir mis du temps à sortir... ça c'est clair.

Mais musicalement, où est le souci ?

On à reprocher à « daft punk » l'utilisation des vocoders, c'est un peu comme si on demandait à iron maiden d’arrêter de jouer des solos de guitare ,,,

On à reprocher à daft punk d'avoir écrémé leur son , quel artistes n'a pas un jour fait un album plus soft que les autres ?

Bon, par contre musicalement, c'est du daft punk et l'album est assimilé trop rapidement, ce qui peut sembler un peu dommage par moment.
Mais, encore une fois, c'est ça daft punk.

Et cette matière accessible va faire justement qu'on à quand même très souvent envie d'y revenir, donc on l'écoute à plein régime ce nouveau daft punk tant l'album est addictif (à noter qu'il porte bien son nom ce disque) .

L'apport de véritable instruments apporte un peu de neuf au son de daft punk, surtout qu'il ne sont pas allez chercher les premiers zicos venus (Nile rodgers, Omar Hakim, Nathan East, Giorgio Moroder ,,, la liste est longue).
Musicalement, je ne trouve pas qu'on soit à des année lumières de « discovery », et qu'il y a une continuité avec les albums précédents.

Des titres comme "the game of love ", " motherboard " ou encore " beyond " sont proches des "veridis quo "ou autre "something about us ".

On peut même voir dans ce même " beyond ", ou alors dans " contact " ou " touch " un parallèle au sonorité de la B.O du film « tron ».

Le groupe avait également prévenu que le disque serait plus lumineux, plus tendre que les précédents, qu'on aurait du nostalgique et qu'il y aurait une « vibes » west coast à l'ancienne.
Personne n'a été pris en traître et Daft punk à réussi son pari.

Il y a de tout dans ce disque, superbement produit, très très loin du son sursaturée et pauvres des productions actuel...
Il faut bien insisté la dessus.

Maintenant, parlons un peu des titres.

Il suffit d'écouter « giorgio by moroder », et ses 9 minutes de bonheur,
L'histoire de l'électronique, en passant par le disco, le jazz rock et les débuts du hip hop ?
Écoutez les breaks, les orchestrations, le final avec la batterie et les giclées de guitares ?
Qui peut dire que c'est de la merde ?

Pareil pour « motherboard »,
Titre atmosphérique d'envergure avec un sens du rythme hallucinent, les percussions sont d'une précision à tomber.
Après cela, vous êtes sur qu'il ne savent pu faire de l'instrumental les gars ?

« instant crush » nous ramène à une fusion entre le rock et l’électronique tout juste parfaite.
Le riff nous fait penser à du « alan parsons project », le chant est mélancolique mais personne n'attendais ce petit solo harmonisé ...


« fragment of time », c'est la pop qu'on aime.
Daft punk nous la joue fleetwood mac et il est difficile de résister à un titre aussi lumineux, solo de piano électrique de grande classe.

"the game of love" sorte de ballade avec un groove qui se veut proche de ce que Michael jackson fesait avec Quincy Jones.
Ca fonctionne très bien et on aimera en voir plus souvent des ballades comme ça aujourd'hui, là ou on se contente souvent de sortir toujours la même boucle de piano et nous gavés d'effets un peu partout pour masquer la pauvreté musicales...

"doin't right ", minimaliste comme à l'époque d'homework avec un chant façon beach boys par moments.

Et les cocottes de guitare de Rodgers sur les funky "get lucky", un des titres les plus enjoué du disque..ou encore le plus robotique "loose yourself to dance".

On pourrait parle aussi du symphoniques et progressif « touch » avec la superbe voix de Paul Williams mais je ne vais pas tous citer les titres...

Comme tous les disques long (75 minutes), il y a un petit coté hétérogène" quelques titres sont un peu moins dispensables mais il n 'y a rien a jeter.
Chaque titre à du potentiel et l'album mérite bien un petit 5 étoiles pour ma part au vue du boulot réalisé.








le 18 Juin 2013 par TOLL DESTRO


Très agréable surprise que ce nouveau disque de nos français casqués. Plus orienté Funky, le duo réussit son coup !













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod