Recherche avancée       Liste groupes



Le 19 Septembre 2019


Serge GAINSBOURG - AUX ARMES ET CAETERA

Hey toi!

Sais-tu pourquoi "Aux armes et caetera" a été un scandale?
Lorsque je regarde les paroles, il reprend quatre couplets de "La Marseillaise" à l'identique, il me semble qu'il n'y a pas de déformations par rapport à l'originale...
Les gens étaient-ils choqués par ce refrain qui répète simplement le titre de la chanson???
C'est juste à cause de ça???
Perso, je trouve "La Marseillaise" de Léo Ferré bien plus provocatrice encore.
Que n'ai-je pas compris?

Merci par avance Monsieur!

Clansman57





Le 06 Avril 2020 par BRADFLOYD

On a du mal, aujourd'hui, à comprendre pourquoi la chanson avait fait scandale à l'époque. Si l'on se remet dans le contexte (1979, ce n'est jamais "que" 34 ans après la fin de la 2GM, 25 ans après la fin de la guerre d'Indochine et 17 ans après la fin de la guerre d'Algérie), nombre de personnes scandalisées l'ont été parce qu'elles avaient soit combattu et vu des camarades morts au combat durant ces conflits, soit eu des membres de leurs familles décédés dans ces circonstances. Toucher à ce symbole attaché à leurs sacrifices était impensable. La fronde a commencé par les parachutistes du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pau et a gagné toutes les casernes jusqu'au moment où Gainsbourg est allé à la rencontre de ces derniers et a expliqué, avec la contrition nécessaire, ce qu'il avait fait. Résultat, la polémique s'est éteinte d'elle-même et notre trublion a eu une place d'honneur dans les popotes régimentaires, se faisant de nombreux potes parmi les militaires. Et les flics par la même occasion. Provocateur, mais pas tant que cela. Et un vrai chouette type. Il avait aussi le respect des morts aux combats.




Le 02 Octobre 2019 par Clansman57 (visiteur)

Je ne connais pas Gainsbourg sur le bout des doigts, mais lorsque je me penche sur les paroles, j'ai l'impression que c'est à partir (et après) de sa relation avec Jane Birkin qu'il a commencé à se muter en un personnage beaucoup plus sulfureux et provocateur.
On dirait qu'elle y est pour quelque chose!





Le 02 Octobre 2019 par François (visiteur)

Peut-être avait-il aussi le "vin mauvais" (Ringer, Houston, le billet de banque)...




Le 05 Octobre 2019 par Fred (visiteur)

@ François : Comme dit si bien Verlaine au "vent mauvais"…
Bon, allez, "je m'en vais"...





Le 05 Octobre 2019 par Nono (visiteur)

@FRed : Et moi j'ai des "vents mauvais" quand je bois du verlaine... Heu pardon... de la verveine.
OK... Je sors ---





Le 06 Octobre 2019 par Fred (visiteur)

Ceci dit, SG était déjà un provocateur au début de sa carrière médiatique (« Les sucettes » en 1965, « Je t'aime, moi non plus » en 1967, « 69 année érotique »), il avait déjà ce côté sulfureux. Mais, en même temps, il s'agissait d'un personnage très ambivalent, avec un côté conservateur très marqué. Né dans les années 20, cultivé, il semblait n'avoir qu peu d'estime pour lui même et son art, qu'il qualifiait d'ailleurs de « mineur », en comparaison à la musique Classique ou à la peinture (dont il aurait aimé vivre au début de sa carrière). Il s'agissait sans aucun doute d'un être torturé et sensible, notoirement déjà porté sur l'alcool à 20 ans. Dans un premier temps musicien tourné vers le Jazz, il décide, au début des années 60, « de se lancer dans l'alimentaire », selon ses propres termes. Tout était déjà dit ! Par conséquent, Clansman57, JB n'a rien à voir avec cela, d'autant plus qu'elle l'a quitté à cause de ses excès de plus en plus marqués et parce qu'elle commençait à en avoir peur. La dérive de SG était déjà fortement entamée à cette époque, marquée par un alcoolisme chronique. Ce que Chamfort semble dire, c'est que son entourage professionnel l'aurait poussé à aller encore plus loin sur le chemin de la provoc', afin d'accéder à un plus grand succès commercial dont Gainsbourg semblait déplorer lui-même qu'il n'était pas à la hauteur de ses propres attentes. La page de Wikipédia consacrée à SG dit, je cite, dans un passage considéré comme « ne citant pas assez ses sources » que SG « offensé par les propos calomnieux dans les articles de presse à son encontre, notamment au sujet de La Marseillaise, et se sentant artiste incompris, se réfugia dans la vie des milieux noctambules et interlopes ». Évidemment, je ne suis pas d'accord avec ce passage non sourcé et largement trop hagiographique à mon avis : Gainsbourg et son entourage avaient recherché la provoc' et obtenu le succès grâce à cette chanson. L'objectif était donc atteint. Certes, SG a pu être déstabilisé par certaines critiques, mais c'est, à mon avis, la pente sur laquelle il était déjà depuis des années et sur laquelle il a été encouragé à s'engager davantage par son entourage professionnel qui a provoqué sa déchéance progressive. Le succès commercial fut d'ailleurs, et également par la suite, fulgurant en France, mais dans les conditions que l'on sait : SG était devenu une épave à la fin de sa vie, dont les médias se servaient d'ailleurs d'une manière parfaitement cynique, car sa présence sur un plateau et les frasques qui allaient en découler faisaient automatiquement monter l'audience : il s'agissait de vilement flatter le caractère voyeur du téléspectateur, qui fut d'ailleurs parfaitement assouvi, confère les épisodes du billet de 500, W.Houston, C. Ringer, les émission de Pollack etc, etc... C'est une histoire un peu triste, finalement, celle de Serge Gainsbourg. Ce qui n'en fait pas moins l'un des meilleurs auteurs de variété française à ce jour.




Le 06 Octobre 2019 par Nono (visiteur)

@Fred : Donc ce serait bien cela : Serge aurait été manipulé par les média (bien davantage que lui prétendait les manipuler), ils "jouaient" sur son alcoolisme chronique pour lui faire dire et faire n'importe quoi !... Il est vrai que, même si Serge était ambivalent, je ne peux pas croire en une telle dichotomie entre le type hagard, vulgaire et provocateur qu'il était à la TV, et le gentleman doux, sensible, intelligent (même à la fin) qu'il était en privé. Il y avait forcément une manipulation quelque part !




Le 06 Octobre 2019 par Fred (visiteur)

… et pour étayer mes dires, "Aux armes…" est l'album le mieux vendu de SG (575 600 exemplaires), devant "Love on the beat" (546 100). A comparer aux 100 000 de "Melody Nelson" ou de "l'Homme à la tête de choux", aux 20 600 de "Vu de l'extérieur" (terrible échec !).




Le 02 Octobre 2019 par Nono (visiteur)

@Fred, ces révélations ne me surprennent pas vraiment et confirment ce que j'imaginais : je suis quasiment certain que Gainsbourg est devenu comme ça, par influence et non de son propre-chef. Evidemment c'était un malin et il aimait titiller les gens, mais de là à se muter aussi radicalement en un double "démoniaque"... Je suis sûr que son entourage professionnel (industrie du disque notamment) l'a poussé à ça, ce qui prouve que Serge était assez influençable. Et quand il répondait aux questions concernant ce qu'il était devenu, ça semblait quelque chose qui lui échappait, comme s'il n'arrivait pas à répondre, comme si c'était "le destin". Un destin qui lui avait été élaboré par ses pairs ?...




Le 01 Octobre 2019 par Fred (visiteur)

Effectivement, Nono, et peu à peu Gainsbourg s'est muté en Gainsbarre, le roi de la provoc'. Avec l'issue que l'on connaît, hélas.
Alain Chamfort explique très bien qu'aigri devant son manque de succès commercial et poussé par son entourage professionnel de l'époque (Alain Levy…), Gainsbourg a misé sur la carte de la provoc', avec le succès commercial que l'on sait… et la déchéance progressive qui en fut le corollaire.





Le 01 Octobre 2019 par Nono (visiteur)

Et comme notre artiste a pigé que le scandale est rémunérateur, il a poursuivi après avec Evguenie Sokolov, Dieu et Juif, Lemon incest, Love on the beat, des trucs comme ça.
Il disait d'ailleurs : "Quand vous secouez un peu les gens, il en tombe plein de trucs : des papiers, de la monnaie, etc."





Le 30 Septembre 2019 par Fred (visiteur)

Provocation à la petite semaine pour faire parler de lui.
Pourquoi ? Mais rien que le titre du morceau pour commencer et son je-m'en-foutiste "Et caetera !", le rythme lascif du reggae, le ton décalé…
Rien de vraiment "subtil", juste un bon coup médiatique pour faire le "buzz" ( and "business" : rien de tel pour stimuler les ventes).





Le 21 Septembre 2019 par Le Baron (visiteur)

Effectivement, le fait de chanter la Marseillaise sur un rythme reggae a deplu à la droite conservative, d'autant plus que les musiciens (Sly, Robbie et les autres) étaient jamaïcains, noirs, et portant des dreadlocks. Pas leur tasse de thé.
Il y a aussi le fait que ni Gainsbourg ni les choristes ne chantent jamais le refrain en entier, mais uniquement "Aux armes, et caetera".
Or, pour l'anecdote, Gainsbourg avait acheté un manuscrit de la chanson. C'est là qu'il a découvert que Rouget de Lisle n'a écrit le refrain qu'une seule fois en entier. Dans la suite du manuscrit, il écrit... "Aux armes, et caetera", ce qui a évidemment beaucoup plu à Gainsbourg.





Le 21 Septembre 2019 par Nono (visiteur)

@Clansman57 : En fait, c'est simplement le fait d'avoir "osé" toucher à un symbole sacré (qu'on a l'habitude de chanter au garde-à-vous avec un certain recueillement) qui a fait scandale. Gainsbourg aurait pu la chanter en mode hard-rock, ou bien avec un orchestre symphonique, ou en variété, ou en fado, que ça n'aurait rien changé !
Pour Ferré c'est différent :il portait une étiquette politique bien déterminée "anti-système" donc il pouvait gueuler ce qu'il voulait, les gens s'en moquaient.





Le 21 Septembre 2019 par Clansman57 (visiteur)

Oui, ça doit être ça, la reprise de cet hymne au caractère guerrier en mode reggae, donc décontracté...
Certaines personnes ont dû trouver ça insultant ou déplacé:)
C'est vrai que le résultat est décalé par rapport à l'originale.
Assez subtil en fait!

Merci Nono!





Le 21 Septembre 2019 par Nono (visiteur)

Non évidemment, en soi la reprise de Gainsbourg est fidèle à l'originale textuellement... mais c'est Gainsbourg le provocateur... et forcément, même avant d'avoir fait quoi que ce soit, les gens ont commencé à lui chercher des poux.
Gainsbourg savait parfaitement comment titiller tout en restant "en sécurité" : ici pas de provoc textuelle mais une adaptation reggae et une certaine ironie dans sa manière de chanter, ont suffi à faire grincer des dents (ou plutôt comme il disait : "à fait grincer des dentiers").


Le 05 Mai 2011


Serge GAINSBOURG - AUX ARMES ET CAETERA

Bonjour, je suis en 3eme et j'ai Histoire de l'art cette année, alors je souhaiterais savoir quel a été le compositeur de "Aux armes et caetera", la date et le lieu de sa production. Merci d'avance




Le 24 Juin 2011 par stroup (visiteur)

Et l'anecdote de "et caetera" : il regardait (Serge Gainsbourg) les paroles de la Marseillaise dans un dictionnaire car il ne connaissait pas les paroles, et un moment il était indiqué "etc", il a trouvé bon (et collant à son style provocateur) de mettre etc aussi.




Le 05 Mai 2011 par JOVIAL

Composée par Serge Gainsbourg, sur une reprise de la Marseillaise elle-même composée par ce bon vieux Claude Joseph Rouget de Lisle, enregistrée à Kingston (Jamaïque) en 1979 ...

Wikipédia n'est pas ton ennemi, tu peux l'utiliser, tu auras certainement plus de réponses.








1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod