Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
4 commentaires notés  
[?]



Paul Mccartney
Chaos And Creation In The Backyard
Page  1 |

le 10 Décembre 2018 par LEO


Je reviens vers Chaos And Creation In The Backyard douze années après ma dernière écoute et mon jugement reste toujours le même, je n'aime pas du tout cet album ramollo qui a l'air pourtant d'emballer les foules !
Le seul titre que je retiens toujours est le poppy "Fine Line" et puis c'est tout. d'ailleurs celui-ci est placé judicieusement en ouverture pour faire illusion mais tous les autres morceaux (excepté le correct "Promise To You Girl") ne sont que des ballades avachies sans intérêt.
En plus, Nigel Godmich (comme j'aime à le surnommer) n'apporte rien à McCartney en tant que réalisateur. il s'est juste contenté d'approuver ou surtout de refuser certaines compos de Paulo, dont certaines (bien meilleures) finiront sur le successeur Memory Almost Full, mais concernant la production proprement dite, Macca aurait pu faire le boulot tout seul comme un grand.
Pour moi Paul a fait carrément mieux dans les 70's avec les Wings et également dans les 90's sur ses albums Off The Ground et Flaming Pie.
Ce Chaos And Creation In The Backyard est un album hautement surestimé pour ce qui m'apparaît personnellement comme l'un des plus insignifiants de sa discographie !

le 09 Octobre 2014 par RAMON


Petite précision:
Paul McCartney n'a bricolé que deux fois des disques à la maison, la première en 1970 avec l'album McCartney et la seconde en 1980 et le volume "2". Mais à chaque occasion il a complété son travail en studio.

Macca a vieilli et pour la première fois ça s'entend sur disque et pas seulement parce qu'il règne un doux parfum de mélancolie dans cet opus représenté par une pochette qui découvre son auteur jeune homme, jouant de la guitare dans l'arrière cour de sa maison. Ca c'était avant. Avant le succès, le phénoménal triomphe de qui vous savez, avant la reconnaissance artistique aussi.
"Friends To Go" en est une fabuleuse illustration avec ce titre qui n'est pas simplement dédié à George Harrison, lequel connaissait bien l'arrière cour de la photo, cette chanson c'est DU George tout court. Depuis le thème dédié à la mémoire de l'ami, jusque dans le texte, dans sa mélodie, dans ses arrangements et dans son interprétation: "All Things Must Pass"…
Et puis il y a les géniales "Jenny Wren" et "English Tea" aux mélodies délicieusement surannées et toujours cette mélancolie enveloppante…
Parfois on songe à Ray Davis avec cette suite de chroniques qui sonnent tellement "British"qu'il est impossible de douter de la nationalité de son auteur/compositeur et (presque) unique interprète.
On a beaucoup comparé "Chaos…" avec les deux premiers albums de Macca quand il est paru". Passons vite fait sur l'éponyme, un truc bricolé qui contenait deux trois perles dont une est devenue un classique, et évoquons "Ram"un chef d'oeuvre qui a nécessité l'emploi de pas mal de musiciens, avec des moments intenses et orchestrés.Mais sans aucun classique dedans. Ici l'intensité est plus soyeuse et les orchestrations moins fournies.
La ligne qui sépare le création du chaos est ténue nous chante Paulo, postulat existentiel qui pourrait s'appliquer pour celles qui séparent l'éblouissant du fumeux, le fou du génie, le bon grain de l'ivraie ou encore le psychopathe de l'homme politique. Et ça remplit son office.
De l'entrainant "Fine Line" jusqu'à "Anyway" qui nous renvoie au Curtis Mayfield de "People Get Ready",Chaos… est plutôt calme comme son nom ne l'indique pas. Macca reste un génie de la mélodie, servi ici par un réalisateur exigeant avec la Star, c'est avéré, mais avant tout avec lui-même parce que le moins qu'on puisse dire c'est que l'écrin destiné à servir ces divines mélodies fait lui-même partie de l'oeuvre, cela sans jamais recourir au moindre artifice.
"I've only got two hands" en bonus est bien sympa ce qui ne gâte rien.

McCartney vieillit et se fait remettre en question. Ici il apporte la plus belle des réponses en trois quarts d'heure souvent magiques, alors on pardonne aisément les moments un peu plus faibles du disque…comme avant.

le 24 Août 2006 par MACCA


Le meilleur album de McCartney depuis RAM. Tout y est excellent, rien à jeter, même l'instrumental caché de la fin de l'album.
64 ans et toujours en super forme le Macca !

le 23 Juin 2006 par LEO


Désolé, mais rien n'y fait! Je l'ai bien écouté plusieurs fois de suite, puis laissé de côté pour y revenir un peu plus tard..... mais non! Je n'accroche absolument pas à cet album de Macca, comme je n'accrochais pas non plus à "Driving Rain" sa précédente livraison en studio. Franchement, je n'arrive pas à trouver un morceau qui se détacherait du lot, mis à part le 1er titre : le sympathique "Fine Line". Pour le reste....... je m'ennuie ferme à l'écoute de ces compos sans émotions et dont les mélodies ne sont pas des plus mémorisables et mémorables! (un comble sur un disque de McCartney!!!). Non, pour moi, son dernier grand disque restera le formidable "Flaming Pie" de 1997.
En attendant que Paulo nous ponde un nouveau Chef d'Oeuvre (si jamais il nous en ressort un!), moi je me délecte des superbes albums du Canadien Ron Sexsmith dont justement Macca a fait l'éloge dans les médias. Jetez donc une oreille sur son petit dernier "Time Being", vous m'en direz des nouvelles. Il regorge de mélodies toutes plus belles les unes que les autres, et là on se dit que si Paul prenait sa retraite un des ces quatre, et bien la relève est d'ores et déjà assurée! P.S. au fait.... à quand une revue complète de la disco du génial Ron Sexsmith qui a quand même déjà sorti 10 albums?!

le 21 Janvier 2006 par THE SOULFORGED


Un album finement ouvragé, avec des moments quand même plus privilégiés que d'autres: "Jenny Wren", "English Tea", "A Certain Softness" et, pour mon côté fleur bleue qui ne s'est finalement pas totalement fané, malgré l'action corrosive de trop nombreuses filles malveillantes, "This Never Happened Before". C'est de la bonne étoffe. Peut-être un petit peu trop sucré pour moi quand même, si bien que je ne l'écoute qu'assez rarement, finalement. Je le sors pour l'heure du thé, of course.













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod