Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
4 commentaires notés  
[?]



Kraftwerk
Autobahn
Page  1 | 2 |

le 12 Juin 2020 par YANN 77

Je suis en train de l'écouter, non sans à priori vu que je n'aime absolument pas l'électro… Puis finalement ce n'est pas la cata annoncée… ça s'écoute plutôt gentiment.
Je trouve quand même le premier morceau, "Autobahn" long au bout d'un moment… Je lui préfère largement la seconde face que je trouve finalement plus intéressante.
Vais-je oser continuer dans la discographie? :)

Pas de note, vu que je ne sais absolument pas par quel bout le prendre...

le 29 Mai 2020 par ARP2600


Flebelebeleb.

Non, plus sérieusement. Ma KE, comme celle de Ralf und Florian, sont peut-être un peu excessives. C'est aussi l'idée des KE, on peut se permettre de troller un peu (voire beaucoup pour certains chroniqueurs qu'on ne citera pas ;) ).
Il n'en reste pas moins que je n'aime guère Autobahn, auquel je ne mettrai jamais plus de deux. Pour moi, il ne vaut guère mieux que les deux premiers albums du groupe, si on excepte le fameux single. A bien l'écouter maintenant, je concède une certaine cohérence du concept. Ainsi, Kometenmelodie, ce sont les phares des voitures adverses la nuit, ce qui colle avec ces montées et descentes très monotones, et on doit aussi reconnaître que tout ceci préfigure le volet synthpop de la new wave... il n'y a aucun mystère là-dedans, tous les groupes importants de new wave on fait du Kraftwerk, et on peut même intégrer The Man Machine et Computer World à ce courant. Mais je n'aime quand même pas, les sonorités sont décevantes par rapport à Ralf und Florian.
D'autre part, avec trois fois rien (un seul synthé pourri ! ), Cluster a obtenu quelque chose de très propre sur Zuckerzeit. Ensuite, c'est le groupe le plus bizarre que j'ai chroniqué alors je ne reprocherai jamais à personne de ne pas accrocher. C'est de la musique abstraite, alors que Kraftwerk est décidément un groupe de musique pop, il est donc assez hasardeux de les comparer objectivement.
Si l'influence de Kraftwerk sur la techno est un fait, ils n'ont paradoxalement pas fait grand chose de proche de cette musique, là où Cluster et Göttsching, plus répétitifs et abstraits, en faisaient déjà presque en 1974. Pour moi, Zuckerzeit, c'est presque déjà un disque d'IDM, Aphex Twin n'a pas inventé grand chose à mon sens...
Mais Autobahn, bah je le trouve moche et pas riche du tout. Je ne vois pas en quoi ce serait révolutionnaire par rapport au reste de la très grande musique de la miraculeuse année 74, même au sein de la seule musique électronique... Aqua, Phaedra, Zuckerzeit, Musik von Harmonia, Cosmic Jokers, tout ça est plus intéressant musicologiquement qu'Autobahn, et de loin à mon sens.

le 28 Mai 2020 par LEO


Par rapport aux deux premiers albums plutôt hésitants et expérimentaux, le 33-tours Ralf & Florian faisait une réelle incursion dans la musique électronique. Cependant, c'est avec Autobahn que KRAFTWERK fait un grand pas en avant car ce disque est autant la fin d'un chapitre que le début d'une autre période pour la formation qui devient quatuor à partir de là.
Le morceau-titre "Autobahn" montre un réel changement de direction chez KRAFTWERK, dû en grande partie à la présence du chant dans la musique du groupe qui lui confère une couleur un peu plus 'pop' si l'on peut dire et un caractère bien plus accessible (même si la compo avoisine les 23 min et que les voix ne sont pas toujours très justes !). Certes, on peut trouver cette longueur excessive mais personnellement cela ne m'a jamais gêné car même si cette suite est très monolithique, elle contient assez de passages bien distinctifs pour ne pas lasser l'auditeur jusqu'au bout. Qui plus est, je trouve cette évocation sonore d'un voyage sur l'autoroute tout à fait réussie et convaincante !
Le son de KRAFTWERK n'est pas encore totalement électronique à cette époque puisqu'on peut y entendre à nouveau la flûte de Florian Schneider ainsi que la guitare et un violon tenus par Klaus Roeder (ou Röder selon les sources) qui ne fera pas long feu dans la formation, contrairement au percussionniste Wolfgang Flür (arrivé à la fin de l'année précédente et qui tiendra son rôle jusqu'en 87). Cette longue suite est finalement peu représentative de ce quatrième album car toutes les compos à suivre sont instrumentales et un peu plus hermétiques, mais la face B n'est pas en reste car les deux parties de "Kometenmelodie" et le sombre "Mitternacht" continuent cette exploration en territoire électronique. Ce dernier morceau est en quelque sorte un précurseur du futur "The Hall of Mirrors" que le groupe enregistrera deux ans plus tard. Il reste tout de même un soupçon de krautrock dans le champêtre "Morgenspaziergang". Certes, le lent "Kometenmelodie 1" est pauvre musicalement et a tendance à traîner en longueur avec son atmosphère à deux de tension mais il faut plutôt le prendre pour ce qu'il est : un prélude à "Kometenmelodie 2" qui reprend le schéma de base du précédent avec sa mélodie simpliste mais plus enjouée cette fois-ci, et qui malgré son caractère limité, m'est plutôt sympathique et en tout cas bien plus supportable que (Désolé ARP2600 si je te froisse !) Zuckerzeit de Cluster qui m'ennuie prodigieusement. Je n'y trouve rien d'accrocheur et ne vois pas bien en quoi cet album serait "immense" par rapport à Autobahn. Je n'y entends que des instrumentaux assez quelconques et anodins avec une mise en son somme toute très banale. Bref, Zuckerzeit et plus spécifiquement Cluster me laissent de marbre, mais il en faut pour tous les goûts comme on dit !
Ce quatrième album de KRAFTWERK est perfectible mais je lui trouve un charme certain qui ne s'est pas évaporé avec les années (sans doute aussi parce que je l'ai découvert à l'époque et que l'aspect nostalgique l'emporte, mais pas que !).
Pour moi, ce sera donc un bon 3,5/5 que j'arrondis généreusement à 4/5.

le 23 Janvier 2013 par ARP2600

Eh oui, j'ai eu, et j'ai toujours, une vieille compile de ce genre, où les morceaux étaient effectivement rejoués. C'était un de nos premiers cd, forcément. Là-dedans, un monceau de Jarre et de Vangelis (les tubes, bien sûr), Autobahn, Mammagamma d'APP, Moments in love d'AON, The Chase de Moroder et quelques autres scies. Et rien de Tangerine Dream :(.
Je vois avec une certaine satisfaction que je ne suis pas le seul à ne pas aimer l'album Autobahn. Dark Schneider, je peux te dire que le fait de bien connaître la musique krautrock/électro du début des années 70 ne change rien à mon opinion, que du contraire, ma KE (qui est plutôt une chronique en fait) dit à peu près la même chose que ce que tu as dit...
Il suffit d'écouter Zuckerzeit de Cluster pour voir qu'on pouvait avoir du son à l'époque. Ou dans une moindre mesure Phaedra de TD ou Aqua d'Edgar Froese... parmi les groupes phares du genre, Autobahn me semble être le moins bon disque de 1974.

le 23 Janvier 2013 par IEN

@ Dark Schneider
A noter que les compilations "synthétiseur " de l'époque n'étaient pas composées de versions originales des oeuvres, mais étaient réarrangées par Ed Starink.
D'où peut-être la différence entre la version que tu connaissais et celle de cet album.













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod