Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
6 commentaires notés  
[?]



Van Der Graaf Generator
Still Life
Page  1 | 2 |

le 07 Mai 2020 par FRANçOIS


Pareil que Clansman. Autant j'aime assez "Pawn Hearts" (et je l'écoute encore), autant je n'ai pas accroché à "Godbluff" ni à ce "Still Life" (les deux autres "magnum opus" du groupe, visiblement). Ce chant déclamatoire s'avère un peu pénible à la longue.

le 11 Mars 2020 par CLANSMAN57


Au final, je dis non, ce n'est pas pour moi la musique que pratique ce groupe.
"Pawn Hearts" reste celui que j'arrive à apprécier, même si je dois admettre ne plus l'écouter du tout.
Sur "Godbluff" et "Still Life", la magie n'opère pas sur moi.
Pour tout dire, je m'ennuie beaucoup à leur écoute...
Une désagréable sensation qu'il ne s'y passe pas grand chose.

C'est le seul groupe estampillé Progressif que j'ai complètement lâché.

le 16 Août 2016 par CLANSMAN57


Aussi peu évident que "Godbluff", "La Rossa" et "Childlike Faith..." sont celles que j'aime le moins.
J'ai du mal à rester captivé pendant toute leur durée, malgré des qualités évidentes.

"Pilgrims", "Still Life" et "My Room" sont splendides.

le 22 Décembre 2011 par BODU

Une traduction (gratos of course) de "Still life" ?
Par une ancienne étudiante en anglais reconvertie dans le journalisme puis dans plein de trucs honorables mal payés

NATURE MORTE

(l’expression « Still life » est très polysémique : c’est aussi « grand calme », celui de l’être ou des eaux profondes)

La citadelle* résonne de mille voix, maintenant éteintes,
« Que sommes-nous devenus ? Qu’avons-nous choisi d’être ?
Maintenant, toute histoire est réduite aux lettres de nos noms
— rien ne pourra jamais être pareil
Maintenant les Immortels sont là.

A l’époque le choix semblait pourtant raisonnable,
d’exploiter toute l’énergie vitale
sans la peur de la mort,
Mais bientôt nous avons compris que l’ennui et l’inertie n’étaient pas négatifs,
simplement la seule loi à notre portée,
et que les morts sont volonté et mots, comme les vivants.

Parvenir à être immunisé contre l’âge, la peur, la fin —
oh pourquoi fais-je semblant ?
notre essence se distille
et toutes les saveurs familières s’écoulent,
et même si notre intégrité est préservée,
nous voici nus,
traversant les millions d’années,
aussi près du rire que des larmes…
La vie, si l’on conçoit qu’elle n’est faite que de respiration, d’alimentation, de défécation, de baise,
et boire, vomir, dormir, s’enfoncer de plus en plus,
et en fin de compte tuer le temps -—
lequel n’a plus aucun sens.

Retirez la peur de la mort, et tout ce qu’il nous reste est un cercle d’illusions
Maîtrisons chaque souffle monotone, et même si on est finalement assommé par cette extase interminable,
C’est toujours l’anneau par lequel on espère s’engager
À épouser la fille qui nous donnera tout, à jamais
C’est fou, et tout simplement
Cela ne suffit pas

Quelle est cette douleur si sourde et diffuse
Au point que jamais mes yeux ne se ferment sans ressentir sa présence ?
Quel noir désespoir réclame des limites aux éléments de l’infini ?
Si nous avons tiré profit, comment maintenant payer le prix ?
Qu’avons-nous marchandé, qu’avons-nous perdu ?
Qu’avons-nous laissé à l’abandon, sans même se rappeler son existence ?

Quelle chance aujourd’hui de tenir fermement la corde
En défiant la mort et le temps ?
Tout ce que nous avions est parti,
Tout ce pourquoi nous avions peiné, et que nous avions préféré aux choses terrestres
Révèle maintenant les sons creux des faux espoirs et de la fausse délivrance

Mais maintenant le lit nuptial est fait, la dot est réglée
Les créatures de l’Eternité, édentées et hagardes
Me souhaitent la bienvenue entre les draps
Pour m’accoupler avec son corps desséché – ma femme
À elle pour toujours, à elle pour toujours, à elle pour toujours
Dans la vie immobile.


* Le terme désigne aussi le réduit d’un cuirassé, or la thématique sous-marine est très présente dans son œuvre – et l’enfermement d’une manière générale, en soi-même, dans la passion, la schizophrénie, la douleur d’être soi — ah ben il nous facilite pas les choses –. Finalement j’ai conservé le terme le plus courant (à prendre au sens propre ou figuré).

le 01 Mars 2009 par SMOUTHY


Van Der Graaf Generator... Avec un nom comme ça on sait pas trop à quoi s'attendre avant de déballer l'objet, et je ne m'attendais certainement pas à un tel résultat. Un album tout simplement splendide, bluffant, énorme, enfin tout ce que vous voulez quoi (et encore ces mots ne sont pas assez fort pour représenter l'album). Rien que pour la voix de Peter Hammill cet album vaut le coup (c'est dingue comment ce type arrive à moduler sa voix dans tous les sens, et du coup à faire passer un panel d'émotions assez bluffant). Et la ligne de sax au début de My Room, c'est trop la classe ! Le titre qui, je trouve, ressort le plus du reste de l'album (mais alors de peu parce que tout est génial) est Childlike Faith In Childhood's End, surtout pour la rythmique en fait que je trouve trop bien avec ses changements de tempo.
Dommage que la version live de Gog soit de si mauvaise qualité, sur des versions où l'enregistrement est plus propre (comme lors du live que l'on peut voir sur le site Fab Channel) on se rend contre que cette chanson elle est trop bien aussi ! Et on peut voir aussi sur ce live que Peter il doit être pas mal exigent envers les autres musiciens du groupe vu comment le batteur est méga concentré (surtout sur la fin du morceau).
Bref un album à posséder absolument, qui fait partie des meilleurs albums de rock progressif qu'il m'ait été donné d'écouter.













1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod