Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne indisponible  [?]

Virgin Prunes
If I Die, I Die
Page  1 |

le 23 Juin 2020 par RICHARD


J'enfonce des portes ouvertes (ceci limite la douleur à l'épaule), mais cet album est forcément dans les univers sombres un classique. C'est un statut amplement mérité. Il faut dire que les Irlandais avec cette batcave fondatrice ont donné ses lettres de noblesse à l'outrance, à la folie théâtralisée. Léo, tu as raison sur ce second degré qui irrigue l’œuvre des Prunes et de tout ce courant. Il suffit de voir dans l'hexagone les Tétines Noires ou Deadchovsky pour se dire que les corbeaux ne sont pas nécessairement tristes. C'est un disque culte, mais si ce terme est souvent galvaudé.

le 23 Juin 2020 par LEO


Ayant revisité tout récemment Only Theatre Of Pain de Christian Death, j'ai tenté également un essai avec If I Die, I Die des VIRGIN PRUNES, que je n'avais plus entendu depuis au moins vingt ans (ça n'est pas le record des trente années comme avec l'album précédent mais on s'y approchait à grands pas...).
Si la réécoute de l'album Only Theatre Of Pain m'a laissé de marbre, j'ai en revanche pris un certain plaisir avec ...If I Die, I Die ! j'y ai même retrouvé certaines sensations comme lorsque je l'avais écouté à l'époque de sa sortie (et qui m'avait incité à aller voir la formation en concert au début de l'année 83). pourtant tout comme dans l'album de Christian Death, le chant des deux principaux protagonistes y est assez paroxystique, incantatoire et au bord de la folie. quand au style musical pratiqué, il est là aussi plutôt barré et sombre, mais au contraire de l'album de Christian Death qui est glauque tout du long, on y décèle une grande théâtralité et une espèce de second degré qui donne peut-être pas de la légèreté mais qui créé comme une sorte de distance et évite de se prendre trop au sérieux à l'inverse de Rozz Williams et sa bande. la musique y est également bien plus dépouillée et aérée et en fin de compte bien plus lisible et surtout plus variée et accrocheuse malgré quelques passages bien arides comme sur le tribal et punky "Caucasian Walk".
J'ai aussi l'impression que la production de Colin Newman a beaucoup aidé à arrondir les angles dans le son du groupe sur ce disque car lorsque l'on compare avec les morceaux inclus en bonus sur la version CD, on se rend compte du fossé qui sépare ces titres (et aussi ceux du coffret Heresie paru la même année) de ceux produits par Newman pour le 33 tours d'origine. on y retrouve d'ailleurs certains gimmicks de guitare et de claviers qu'utilisait le producteur sur ses albums en solo ou chez Wire. rien n'a jamais été spécifié à ce sujet sur la pochette mais je soupçonne fortement Colin Newman d'avoir joué quelques parties de claviers et de guitare tant le style et le son est très proche de ce que faisait le chanteur/guitariste. parmi ces bonus en CD, le single "Pagan Lovesong" (et sa face B "Dave-Id Is Dead") co-produit par Virgin Prunes et Nick Launay, fait la transition entre le côté abstrait, brut et expérimental des débuts et l'aspect plus Post-punk/New Wave/Gothique et un brin plus accessible de ...If I Die, I Die.
Au final, cet album se réécoute plutôt agréablement et facilement et j'en ai apprécié quasiment tous les titres (à l'exception du casse-burnes "Caucasian Walk" que je trouve très répétitif, ainsi que de tous les bonus inutiles hormis le sympathique "Pagan Lovesong" que j'aime bien), en particulier l'envoûtant "Ulakanakulot"/"Decline And Fall" en ouverture, le vaporeux "Bau-Dachöng", l'électro-New-waveux et dansant "Baby Turns Blue" et le quasi-pop "Ballad Of The Man".
J'avoue tout de même que ce n'est pas spécialement un album que je repasserai régulièrement à présent car certains de mes goûts musicaux ont pas mal changé avec les années, mais bon, pourquoi pas à l'occasion..... !
Un bon 4/5 pour cette re-découverte après toutes ces années.

le 19 Septembre 2018 par RICHARD


C'est album est purement un monument batcave. Il détruit littéralement le cerveau. Cette folie alliée à un féroce humour noir n'en est que plus fascinante.. Gavin Friday et Guggi ont été maintes fois copiés mais jamais égalés. C'est une splendide invitation au bal de l'absurde.













1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod