Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Spirit
- Style + Membre : The Jimi Hendrix Experience

Randy CALIFORNIA - Kapt. Kopter And The (fabulous) Twirly Birds (1972)
Par LONER le 23 Décembre 2006          Consultée 3708 fois

Randy California, avouez que le patronyme a de quoi faire sourire. Mais, lorsqu’on sait qu’il appartient au guitariste de Spirit, groupe psyché de la fin des années 60, et que ce surnom lui fut attribué courant 1966 par Jimi Hendrix en personne, quand le jeune Randy avait été engagé pour jouer avec Jimi James & The Blue Flames, on a déjà moins envie de rire.
Et lorsque ce projet solo atterrit entre nos mains, l’envie nous passe complètement, remplacée par une interrogation pressante : pourquoi ? Pourquoi un tel génie de la guitare n’a-t-il pas obtenu plus de reconnaissance ? Difficile de répondre. Le fait qu’il n’ai enregistré que quatre albums crédités à son nom entre 1972 et 1997, année de son accident mortel, y est peut-être pour beaucoup. Toujours est-il que son génie n’est plus à prouver, et sur « Kapt. Kopter & The (Fabulous) Twirly Birds », il rayonne littéralement.

Randy California a toujours prétendu être le dépositaire de l’âme du maître Jimi. A l’écoute de « Downer », on comprend où il voulait en venir : ce morceau est une véritable cathédrale sonique, un bûcher de fuzz, un monument entièrement dédié à la seule guitare électrique. L’ex-Spirit se livre à un exercice des plus périlleux, enchaînant les acrobaties avec une virtuosité incomparable. Et cette manière qu’il a de tordre le riff, de le hanter, et ce dans la plus pure tradition hendrixienne. A croire qu’il était habité par le chaman cherokee lui-même.
Les morceaux suivants ne viendront pas dissiper cette impression. Officiant dans un registre plus apaisé, «Devil » propose, en plus d’un refrain inoubliable, une véritable panoplie de toutes les possibilités de l’instrument à six cordes.
Quant à « I Don’t Want Nobody », le riff qui le constitue est tout simplement monstrueux et la section rythmique y fait des miracles. Signalons d’ailleurs au passage que sous les pseudonymes Clit McTorius et Henry Manchowitz se cachent Noël Redding et Mitch Mitchell ! Simple coïncidence ou signe du destin ? A d’autres le soin de décider.

La deuxième partie de l’album est essentiellement constitué de reprises, et pas des moindres : « Day Tripper » et « Rain », toutes deux des compositions des Beatles, sont magnifiées, « Things Yet To Com » des Mamas & Papas, s’étend sur plus de huit minutes et s’achève dans la folie la plus pure. Et que dire de « Mother and Child Reunion » de Paul Simon, sinon que c’est une vraie merveille ?
Tout dans cet album mérite d’être couvert d’éloges. L’intensité qui se dégage de l’ensemble est absolument incroyable, chaque morceau, depuis « Downer » jusqu’à « Rainbow », est un véritable joyau. Seule ombre au tableau : le nombre trop restreint de compositions signées California. Voilà peut être la seule chose qui m’empêche de classer cet opus dans le cercle très fermé des albums de légende.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par LONER :


HAWKWIND
Hawkwind (1970)
Les débuts des pionniers du space-rock

(+ 1 kro-express)



The BESNARD LAKES
Are The Dark Horse (2007)
Joyau noir au coeur du brasero


Marquez et partagez





 
   LONER

 
  N/A



- Randy California (chant, guitare)
- Henry Manchovitz (batterie)
- Clit Mctorius (basse)
- Tim Mcgovern (chant, batterie)
- Charlie Bundy (chant, basse)
- Roger Dollarhide (rire affreux ! !)


1. Downer
2. Devil
3. I Don't Want Nobody
4. Day Tripper
5. Mother And Child Reunion
6. Things Yet To Come
7. Rain
8. Rainbow
- bonus Tracks - Réedition Cd
9. Walkin' The Dog
10. Live For The Day
11. Rebel



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod