Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ASHRAM - Shining Silver Skies (2006)
Par VOLTHORD le 10 Janvier 2007          Consultée 2178 fois

Alors qu’EQUILIBRIUM a de manière générale davantage tendance à nous servir des musiques plus sombres qu’autre chose, voilà qu’aujourd’hui le label portugais nous offre un peu de lumière.

Un ciel étincelant et pleurant quelques légères larmes argentées. Quoi, je m’aide trop du titre ? Peut être, mais pourtant c’est bien ça qui reste de chaque écoute de « Shining Silver Skies ». De la clarté, de la mélancolie. J’aurais presque arrêté ma chronique sur ces deux seuls adjectifs si je n’avais pas eu quelque part le devoir d’en dire plus.

ASHRAM est un trio Italien voguant depuis une demi-décennie sur la vague des nouvelles musiques ambiantes, romantiques, néo-classiques diraient certains, assez loin d’ELEND, CHAOSTAR, SOPOR AETERNUS car loin d’être aussi obscur, plus proche des dérives poétiques et baroque d’un CAPRICE, avec peut être le perfectionnisme en moins (si on parle d’un album comme Sister Simplicity, qui au passage est superbe). Ici, pas de gros orchestre, juste un piano, un violoncelle, un violon, une guitare acoustique plus complémentaire qu’autre chose, et un chant masculin doux et suave assez peu commun dans le genre.

Chaque instrument semble se matérialiser. Le piano, c’est cette pluie incandescente d’ « All’Imbrunire » ou « Elizabeth », plus intense sur les notes graves. Cette même pluie que les cordes pincées s’accaparent de temps à autre (« Maria and the Violin's String » par exemple). Cette mélancolie par toutes petites vagues que je lierais, peut-être maladroitement mais tant pis, avec celle qui s’échappe des mélopées d’ERIK SATIE.
Les violons, plus éloquents, peut être aussi un peu plus clichesques dans leurs effets, se font porte-parole d’une voix oscillant entre plaintes langoureuses et nuées immatérielles. Le premier morceau de l’album est un excellent exemple (et quel morceau aussi!)

Mais comme qui dirait, regarder des nuages trop longtemps, ça use.
Et si la musique de ASHRAM a une capacité à nous transporter dans les airs avec douceur et légèreté, elle se fait quelque peu pénible en fin de compte, car jamais renouvelée. Peut être est-ce aussi ce côté un peu déjà-vu des parties de violon, et ce côté un peu trop discret, quasi superficiel des accompagnements et arpèges à la guitare. Ou est ce tout simplement cette légèreté qui finit par devenir harassante ? Ou la fin d’album moins pertinente…

Avec ce second album, ASHRAM m'apparaît comme une révélation. La révélation d’une musique tout simplement belle, aussi humide que chaleureuse, à l’instrumentation élémentaire, qui mérite encore quelques approfondissements à mon avis. A découvrir impérativement pour les fans de musique romantique et aérienne, qui, peut être, pour le coup, ne tomberont pas tout à fait d’accord avec moi sur cette note qui est, somme toute, quand même un peu sévère.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE :


Anthony PHILLIPS
Missing Links Iv : Pathways And Promenades (2009)
Liens manquants mais toujours jolis




LED ZEPPELIN
Kashmir : Symphonic Led Zeppelin (1997)
Le plomb transformé en or


Marquez et partagez





 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Luigi Rubino (piano)
- Sergio Panarella (chant)
- Alfredo Notarloberti (violon)
- Leonardo Massa (violoncelle, guest)
- Martina Mollo (piano, guest)


1. 5 Steps...
2. Maria And The Violin's String
3. Sweet Autumn (part Ii)
4. Lullaby
5. Il Mostro
6. All'imbrunire
7. Last Kiss
8. Elizabeth
9. For Each And Every Child
10. Tango Para Mi Padre Y Marialuna
11. Lady
12. Shining Silver Skies
13. Rose And Air
14. Ultimo Carillon



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod