Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Agora Fidelio (341)

AGORA FIDELIO - Le Troisième Choix (2006)
Par BARZ le 21 Mars 2007          Consultée 3075 fois

Après deux albums aux ambiances feutrées, les mélodistes d'Agora Fidelio reviennent avec ce troisième disque, toujours aussi mélodique et pointilleux. Ce qui faisait la particularité et la richesse des deux premiers albums ("Une Histoire De Chair" et "Altitude Zéro") de ce quatuor toulousain était la méticulosité mélodique mariée à une voix planante fabriquant une atmosphère très hypnotique sur certains morceaux. Ici, la recette est presque la même, mais le groupe s'autorise des envolées qu'il ne se permettait pas avant, on vient à en penser que leur expérience scénique n'y est pas pour rien là-dedans...

Faisant leur petit bout de chemin depuis plus de cinq ans, le groupe mené par Milka s'est avant tout établi une réputation sur scène, ses albums ayant fait relativement peu parler d'eux. Dans Le Troisième Choix, cette expérience scénique semble avoir porté ses fruits puisque les morceaux paraissent être parfaitement construits pour la scène. Les ambiances sont très soignées - souvent très mélancoliques - et les envolées en fin de morceaux sont récurrentes le long de l'album. Le groupe reste ainsi totalement décomplexé et tout comme avant, les morceaux durent rarement moins de cinq minutes, marquant un fort contraste avec le reste de la scène française qui semble en ce moment tout faire dans la précipitation et dans les décibels sans réellement prendre son temps de créer des univers personnels. C'est sans doute l'aspect le plus louable d'Agora Fidelio, en offrant des morceaux comme "Palatina", "On sème" ou "Puisqu'on n'est pas mort", ils montrent qu'ils sont capables de s'investir et de construire une bulle à l'intérieur de laquelle ils s'enferment et invitent l'auditeur, prenant le risque de provoquer quelques longueurs parfois...

Effectivement, pour éviter ce sentiment de longueur qui peut apparaître au détour d'une chanson, il est nécessaire de s'investir dans l'écoute de l'album. J'entends par là qu'il est indispensable d'écouter l'album et non de l'entendre. Le mettre en fond sonore serait comme regarder sa belle-mère droit dans les yeux pendant qu'elle parle, sans entendre un seul mot de ce qu'elle dit. Un temps de cerveau disponible est alors de rigueur pour se passer cet album, ce qui peut être un défaut comme une qualité. Défaut puisque l'écoute se fait plus rare, qualité car cela montre que c'est un disque travaillé et compliqué.

Malheureusement, qui dit écoute attentive, dit attention un peu plus portée sur les paroles et sur la voix. Les textes du Troisième Choix sont terrifiants. Le groupe s'avère être spectateur d'un monde qui part totalement à la dérive, en décrit les aspects les plus tristes et cruels sans vraiment vouloir s'immiscer pour y donner un rayon de lumière et laisser entrevoir un espoir. Dans le monde qu'ils décrivent, il n'existe plus de communauté, l'individualisme est roi et tout y est totalement déshumanisé. Milka et les siens semblent baisser les bras et laisser l'auditeur face à ce monde qui est censé être le sien et dont il doit se sentir responsable. Dans la lignée de Noir Désir par cet aspect d'immersion totale dans son époque, Agora Fidelio prend le chemin du pessimisme et refuse de laisser entrer la lumière. Un univers bien sombre qui en devient même très pesant par moments, faisant culpabiliser celui qui cherche à s'y introduire et le dégoûtant presque d'y être venu.

C'est sans doute à cause de cette vision très noire des choses que l'écoute du troisième album d'Agora Fidelio est difficile. Les ambiances et la qualité des musiques et des chansons sont présentes, mais le manque d'enthousiasme peut faire défaut. Déception évidemment très personnelle, puisque certains la préfèrent glauque, la musique.

A lire aussi en ROCK par BARZ :


The GREEN OLIVE
The Green Olive (2006)
Pour se déhancher à l'apéro...




MATMATAH
Rebelote (2001)
Drug, sex, rock&roll, à la française

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   BARZ

 
  N/A



- Pim (batterie)
- Milka (chant, triton)
- Jouch (guitare, choeurs)
- Akira (basse)


1. Une époque Formidable
2. Palatina
3. Ma Violence
4. Finir à Paris
5. Laisse Moi Me Perdre (feet. Prohom)
6. Mourir
7. De La Non Nécessité Du Courage
8. L'enfance (deuxième Acte)
9. Puisqu'on N'est Pas Mort
10. à Blanc



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod