Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Blink 182

+44 - When Your Heart Stops Beating (2006)
Par DENKO le 11 Novembre 2007          Consultée 2240 fois

Blink-182… Considéré par certains comme la référence punk-rock de la dernière décennie, et par d’autres comme la décadence du mouvement vers un style plus « popisé ». Et bien, sachez, fans ou non, que Blink n’est pas mort ! +44 (pour la petite histoire, il s’agit de l’indicatif téléphonique du Royaume-Uni, lieu où a été proposé pour la première fois le projet) a déboulé, après plusieurs mois d’attente et quelques concerts, et c’est pour notre plus grand… désarroi. Effectivement, l’icône de Blink-182, Mark Hoppus, et son pote le batteur Travis Barker, décident de former le groupe un an après le split de Blink. La question qui se pose d’entrée, c’est bien sûr de savoir si ce nouveau groupe fait également office de nouveau départ ? La réponse est mitigée.

D’entrée de jeu, « Lycanthrope » sonne la charge. On a le droit à une chanson tout à fait convenable, énergique, pas vraiment exceptionnelle en soi, mais de bon augure pour la suite de l’album. Malheureusement quelque chose cloche. En fait, ce n’est pas difficile de trouver ce qui sonne faux, dès les premiers accords on a le droit à notre réponse : +44 se pose dans la suite logique du dernier album de Blink-182.
Mark Hoppus est reconnaissable à mille lieues à la ronde, tandis que l’approche pop initialisée sur « Blink-182 » en 2003 est ici encore plus en évidence. « Baby, Come On » joue la carte romantico-punky si je puis dire, et ne se détache absolument pas du reste de l’album. Un album assez homogène, dans le sens où les sonorités sont récurrentes, un chant monotone et pas vraiment de prise de risque.

Pourtant, dans plusieurs des démos du groupe, Carol Heller avait participé à quelques titres comme « No, It Isn’t » ballade formaté mais efficace, et amenait le « + » qu’il manquait à ce 44 en posant délicatement ses lignes de chant. Malheureusement, le seul chant de Mark fut préféré, rendant la piste bien plus fade qu’à l’origine.
Mais Carol refait surface sur la bonne surprise de ce « When Your Heart Stops Beating », j’ai nommé « Make You Smile ». Chanté en duo avec Mark, le morceau est interprété à merveille, piano et mélodie imparable à l’appui. Le potentiel est donc là ! Pourquoi ne pas avoir réitéré la performance, pas forcément dans un duo mais sur quelques apparitions ? Extrêmement décevant de n’avoir relégué Carol Heller qu’à une « guest voice » alors qu’elle aurait eu entièrement sa place sur l’ensemble de l’album.

Le titre éponyme à l’album, « When Your Heart Stops Beating », est très dansant et plaît aux premières écoutes. Mais on s’en lasse rapidement, car le morceau est dépourvu de profondeur et trop formaté FM. Cependant, on éprouve quelques bons moments durant l’écoute du disque. Je pense notemment à « Little Death », une ballade bien tournée, quelque peu classique mais empreinte d’un certain charisme, ou encore « 155 » qui innove dans la musique de Blink… Euh, +44, avec un thème au clavier disco sentant bon les années 80 ! La petite « Interlude » est aussi la bienvenue, même si elle ne marque pas de rupture. En bref, l’album alterne ballade ou couplets calmes avec des passages plus énervés afin de revendiquer un aspect punk-rock, qui n’existe pas ou quasiment pas. « Weatherman » cache un potentiel, on sent effectivement une recherche dans la structure et la composition, mais elle est gâchée par une certaine banalité. Il en est de même pour « Lillian ». Concernant « Cliff Diving » et « Chapter XIII », il n’y a pas grand-chose à dire si ce n’est que ces chansons sont de purs produits estampillés Blink-182.

Finalement, +44 se savait attendu au tournant, ce qui a joué des tours à la bande. Sous pression, le groupe n’a pas su se démarquer de son passé, et peine à trouver une quelconque identité, qui aurait pu émerger avec l’introduction de Carol Heller dans la troupe. +44 voulait jouer la sûreté, je crois qu’on ne pouvait pas mieux faire tant « When Your Heart Stops Beating » semble se situer dans la continuité de la discographie de Blink-182. Du coup, on assiste à trop peu de prises de risques, les ambiances qu’auraient dû créer les nappes de claviers ne ressortent jamais, et afin de toucher un public large pour son premier disque, l’album se veut très pop, délaissant complètement le punk (pourtant revendiqué par le groupe). Cela laisse donc un goût amer… La comparaison avec Blink est inévitable, et les fans ne seront pas du tout déroutés. Ce n’est pas avec cette galette que Mark et Travis feront oublier Blink-182. Dommage, car les rares idées nouvelles font souvent mouche.
Je me laisse tout de même à penser que cet album n’est là que pour rassurer les fans et ainsi s’approprier un public de toute façon déjà acquis. La suite au prochain épisode…

A lire aussi en PUNK-ROCK par DENKO :


BLINK 182
Enema Of The State (1999)
L'invention du pop-punk !




BILLY TALENT
Billy Talent (2003)
Le renouveau du punk !


Marquez et partagez





 
   DENKO

 
  N/A



- Mark Hoppus (chant, basse)
- Shane Gallagher (guitare)
- Craig Fairbaugh (guitare)
- Travis Barker (batterie, synthé)


1. Lycanthrope
2. Baby Come On
3. When Your Heart Stops Beating
4. Little Death
5. 155
6. Lilian
7. Cliff Diving
8. Interlude
9. Weatherman
10. No, It Isn't
11. Make You Smile
12. Chapter Xiii



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod