Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK CELTIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2006 Pogonoz
 

- Style : Merzhin, Epsylon

DAVIKEN - Pogonoz (2006)
Par GEGERS le 6 Janvier 2009          Consultée 1958 fois

Il y a des groupes fusées éphémères qui existent le temps d’un album mais qui prennent néanmoins le temps de marquer leur temps d’une empreinte indélébile. C’est le cas des Tourangeaux de DAVIKEN dont l’unique album, paru en 2006, est également porteur d’un tout nouveau concept : le pogonoz, mélange (vous l’aurez compris), de pogo et de fest-noz. Groupe monté « pour la déconne », selon ses musiciens. Pour la déconne peut-être, mais pour le bonheur de nos oreilles, ça c’est certain.

Car sa musique, DAVIKEN la triture, la remet constamment en cause. Si la base de cette dernière est un rock/punk direct et sans compromis, le groupe sait également se faire plus rock alternatif et plus folk. Sans oublier bien entendu ces flûtes, bombardes et autres instruments qui donnent à ce Pogonoz cette touche celtique de plus en plus à la mode. Et dès le premier morceau, impossible de ne pas rentrer dans la danse. « Les Pieds En Eventail », concentré d’énergie punk, est un titre festif, hymne à la paresse (« Mais moi j’veux qu’on m’foute la paix, les pieds en éventail et la bière au frais ») et gentille critique du rythme de vie métro/boulot/dodo. « Forever Gwenadu » vient immédiatement contraster avec le morceau précédent à grands renforts d’accordéon et de guitares acoustiques, pour nous narrer une journée épique avec sa dulcinée en Bretagne sous la pluie… Car le groupe, non content de proposer des mélodies imparables, possède aussi une plume intéressante et propose des paroles évocatrices (même si pas toujours subtiles) qui renforcent la qualité de cet opus.

Les titres s’enchaînent, plus ou moins festifs. Visiblement concerné par le problème de l’alcoolisme, DAVIKEN consacre deux morceaux à ce thème (« Passer La Nuit » et « Dernière Goutte »), aux mélodies plus sombres mais toujours autant inspirées. Alors que « L’Homme Sandwich », à la mélodie très celtique, se veut un peu moins convaincant, « Madame » est une vraie petite perle de composition et d’écriture, critique peu objective de la vie de couple (« Et tous les jours c’est la même chose, monsieur subit, madame dispose »), un vrai délice à écouter et réécouter. Et l’on arrive enfin à cette huitième piste, « Pogonoz », qui donne son nom à l’album. Célébration de cette merveilleuse invention qu’est cette danse, « Pogonoz » mêle Punk-Rock furieux et cornemuse endiablée, mélange détonnant et imparable, qui ne peut décemment pas laisser insensible.

Passant du coq à l’âne (un peu comme votre serviteur dans cette chronique), DAVIKEN n’hésite pas à enchaîner avec un titre disco totalement délirant (« La bonne copine »), description peu élogieuse d’une amie blonde à forte poitrine (« La bonne copine, c’est pas une lumière mais c’est vraiment une bonne affaire « : quelle finesse !), pour terminer sur deux titres moins convaincants : « Intermittent », rock alternatif sombre doté d’arrangements électroniques, et « E-Monde », ballade Folk-Rock tout juste sympathique.

Et la fusée repartit sans crier gare, laissant derrière elle cervicales abîmées et genoux en compote. Car si cet album de DAVIKEN n’est pas exempt de faiblesses, il est doté d’une énergie communicative qui ne peut que séduire. Un indispensables pour les amateurs de MERZHIN ou du MATMATAH des débuts.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


DARE
Belief (2001)
Ambiances aor et celtiques...




LAST AUTUMN'S DREAM
Level Eleven (2015)
Métronome


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. Les Pieds En éventail
2. Forever Gwenadu
3. Dernière Goutte
4. Jacuzzi
5. Passer La Nuit
6. Madame
7. L'homme Sandwich
8. Pogonoz
9. Un Homme Au Dessus De Tout Soupçon
10. La Bonne Copine
11. Intermittent
12. E-monde



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod