Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2010 Turn Ons
 

- Membre : Supergrass

The HOTRATS - Turn Ons (2010)
Par A.T.N. le 23 Juin 2010          Consultée 1062 fois

Deux membres de Supergrass, et non des moindres, font l’école buissonnière. En 2009, Gaz Coombes (chanteur et guitariste) et Danny Goffey (batterie) laissent leurs camarades sur le carreau pendant la récré, se renomment en Hotrats (nouvel emprunt à Zappa, après le titre de l’album de 1997) et s’en vont enregistrer avec le producteur Nigel Godrich un album de reprises. Oui, môssieur Nigel Godrich, rien que ça.

L’ambiance de ces pistes correspond à ce qui nous saisit lorsqu’on sèche les cours avec un pote : une impulsion un peu coupable, l’impression de braquer une banque avec un complice. Les Hotrats reprennent donc des titres de leurs idoles, un peu dans la veine du Pin Ups de Bowie. Pas de thématique, de hiérarchie… mais ici, surtout pas de basse ni de claviers (ou presque). Les artistes repris sont pour la plupart des icônes (Pink Floyd, Doors, Kinks, Beastie Boys, Lou Reed, Costello, Cure, Roxy Music…) mais les chansons le sont beaucoup moins, à l’exception du Cure ou du Beastie Boys. Exemple avec « Bike », qui date du Floyd période Barrett, et qui n’a pas marqué les esprits. Le disque permet donc de (re)découvrir quelques morceaux sympathiques enfouis dans un petit grenier de notre mémoire, et de noter avec plaisir que ces deux trentenaires désormais accaparés par la vie familiale n’ont absolument rien perdu de leur fraîcheur.

L’exercice est réjouissant, comme si les White Stripes les avaient inspirés dans ce format contraignant qui oblige à remplir l’espace intelligemment sans multiplier riffs inutiles ou cymbales parasites par peur du vide.

Pourtant, on en trouve rapidement les limites. A quoi bon reprendre un titre, si c’est pour le jouer à l’identique ? L’original se voit évidemment revitalisé, car le son des Kinks du Village Green Society (1968) n’est évidemment pas le même que celui d’excellents pop-rockeurs de 2010, mais cela semble parfois la seule différence… Les fans de Supergrass (dont je fais partie depuis le premier jour !) sont ravis, bien sûr : entendre de bonnes chansons avec la voix de Gaz, son attaque de six cordes, et les roulements de Danny, c’est un bonheur. Qu’il s’agit de ne pas bouder. Ce « Lovecats » est moins abouti que chez Robert Smith, évidemment (ah, la contrebasse jazz de Phil Thornalley), mais il sautille et percute davantage. « I Can’t Stand It » est également dépoussiéré – et encore, on pourrait dire lissé, ce qui n’est pas la même chose, l’original de Lou Reed garde des aspérités finalement un peu plus intéressantes. Roxy Music perd en glam ce que les Hotrats lui apportent en énergie. Mais ces petites différences méritaient-elles un disque ?

Pour les accros à Supergrass, certainement. Les deux comparses sont en pleine forme, et ont trouvé une certaine homogénéité dans les chansons qu’ils revisitent. Cet exercice de style un peu insouciant s’écoute donc très bien, et on se surprend à admirer la musicalité dont ils font preuve en l’absence de bassiste. Certains passages sont carrément bluffants, comme ce « (You Gotta) Fight For Your Right To Party » des Beastie Boys, où ils transforment le hip-hop d’origine en le passant à l’essoreuse d’Oxford, héritière des Who : riffs bien sculptés, descentes de toms, et surtout création d’une mélodie. Une vraie transformation, une appropriation. La classe.

Pour ceux qui n’aiment pas Supergrass ou qui connaissent mal, en revanche, l’album ne présentera pas un intérêt fou. Les versions proposées ici ne sont pas d’une originalité qui mérite un gros coup de projecteur – à part, donc, pour le Beastie Boys.

Cette évasion hors de Supergrass, la volonté de faire des reprises plutôt que des titres originaux, tout cela sentait l'essoufflement. Confirmation en mai dernier, avec l'annonce de la fin du groupe, qui nous dira adieu le 11 juin 2010 à Paris. Merci les gars, nous nous sommes tant aimés !

A lire aussi en ROCK par A.T.N. :


FFS
Ffs (2015)
Deux univers se rejoignent pour nous éclater




SUPERGRASS
In It For The Money (1997)
Condensé de fraîcheur, énergie, talent !


Marquez et partagez





 
   A.T.N.

 
  N/A



- Gaz Coombes (voix, guitares)
- Danny Goffey (batterie)


1. I Can't Stand It
2. Big Sky
3. The Crystal Ship
4. (you Gotta) Fight For Your Right (to Party!)
5. Damaged Goods
6. Love Is The Drug
7. Bike
8. Pump It Up
9. The Lovecats
10. Queen Bitch
11. E.m.i
12. Up The Junction



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod