Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ufo, House Of Leaf
- Style + Membre : Thunder

The UNION - The Union (2010)
Par GEGERS le 1er Novembre 2010          Consultée 1371 fois

Union
Nom Féminin
(bas latin unio, du latin classique unus, un seul)
Relation existant entre deux ou plusieurs choses, deux ou plusieurs personnes qui forment un ensemble

L'union fait la force, l'union sacrée, blablabla. Après tout, pourquoi être plusieurs permettrait-il d'être plus convaincant ? Certains s'en sortent très bien dans leur solitude, et les exemples sont légion. Les musiciens seraient-ils comme nous, pauvres êtres mortels, à la recherche d'une quelconque âme sœur, d'un être à la fois suffisamment semblable pour aller dans leur direction et suffisamment différente pour les compléter et leur apporter une plus-value ? Il y a en musique, cette quête de la « combinaison parfaite » qui prend tout son sens à l'écoute de ce premier album éponyme de THE UNION.

Il faut dire que les membres du groupe ne sont pas les premiers venus : Luke Morley a pendant 20 ans usé ses cordes de guitare sur les riffs du groupe hard rock/bluesy Thunder, avant que le combo ne décide de prendre une retraite bien mérité à l'été 2009. Peter Shoulder a pour sa part été l'excellent chanteur et guitariste du groupe blues rock Winterville. Des goûts communs qui poussent les bonhommes à se fréquenter, puis finalement à s'associer pour donner naissance à ce premier bébé album aux allures de lune de miel.

Le mariage est consommé, l'union prend son envol. « Watch the river flow » en pose les bases. Une guitare acoustique introduit un gros riff teinté de blues à la Thunder, puis la voix puissante et pleine de groove de Peter Shoulder vient se poser sur l'ensemble pour un résultat imparable et délectable. Riches de leurs expériences passées, les deux artistes combinent leur talent et leur savoir-faire pour accoucher de ce titre servant de parfaite introduction dans l'univers du combo. Plus subtil et distillant de douces ambiances de saloon enfumé, « Easy street » et ses intonations blues vient enfoncer le clou et prouver que THE UNION n'est pas le groupe d'un seul titre.

Car là est la grande force de cette union. Si le groupe est loin de réinventer la roue (mais que reste-t'il à explorer en matière de blues-rock ?), il a à cœur de proposer des compositions de qualité, témoignant d'un travail intense et d'une inspiration sans faille. Qu'ils soient de tempo rapide, se rapprochant d'un hard rock burné (« Step up the plate ») ou d'un rythme plus lent, laissant aux ambiances le temps de s'installer et rapprochant des racines du style (« Holy roller », « Black monday », « Amazon » qui prouve que Luke Morley est un grand fan de Robert Johnson), les morceaux qui composent l'opus valent surtout par le talent combiné de leurs deux auteurs. Car si l'on imagine fort bien Danny Bowes (chanteur de feu Thunder) pousser ses vocalises sur chacun des titres de l'album, comment rester insensible à cette vois puissante et pleine de groove d'un Peter Shoulder au sommet de son art ? Son seul organe parvient à toucher l'auditeur comme une flèche en plein cœur, et participe activement à la réussite de l'album.

Et puis, il y a ces ballades. Au nombre de deux, elles illuminent l'opus d'une splendeur bienfaisante. Introspective et dotée d'une ambiance quasi-céleste, « Savior » constitue la première de ces deux perles. Plus légère, « Come rain, come shine » aurait pu être chantée par un hobo sur un des trains parcourant inlassablement l'ouest des Etats-Unis. Un harmonica, une guitare sèche et cette voix plaintive et puissante constituent le climax de la collaboration fructueuse entre Morley et Shoulder.

Ne souffrant quasiment d'aucun temps faible, ce premier album de THE UNION témoigne d'une parfaite entente entre ses deux auteurs qui, s'ils se révèlent autant productifs que dans leurs précédents groupes respectifs, ne devraient pas tarder à donner à nouveau de leurs nouvelles. Indispensable en tout cas pour les amateurs de blues-rock bien ficelé et inspiré !

A lire aussi en BLUES-ROCK par GEGERS :


Ben HARPER
Burn To Shine (1999)
Chef d'oeuvre, deuxième du nom




Ben HARPER
Live From The Montreal International Jazz Festival (2010)
Alchimie scénique...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Peter Shoulder (chant, guitare)
- Luke Morley (guitare)


1. Watch The River Flow
2. Easy Street
3. Saviour
4. Step Up To The Plate
5. Holy Roller
6. You Know My Name
7. Come Rain Come Shine
8. Black Monday
9. Amazon
10. This Time Next Year
11. Lillies
12. The Space Between Us



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod