Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


GOD IS AN ASTRONAUT - Age Of The Fifth Sun (2010)
Par SEIJITSU le 19 Janvier 2011          Consultée 1425 fois

Que faut-il espérer du post rock aujourd’hui ? Je vais vous le dire : rien. Entre le recyclage des formules posées par les précurseurs du genre et un constant immobilisme musical absolument gonflant, j’ai perdu tout espoir de trouver un groupe original dans ce style.
Je vais même vous faire une confidence : je crois que je déteste le post-rock. Ou du moins, je déteste ce qu’il est devenu. C'est-à-dire une musique d’ascenseur fade et aseptisée qui se contente de plaquer ses mélodies mièvres (merci SIGUR ROS) sur des compositions dépouillées… Ou devrais-je dire, vides.

Alors à quoi peut bien servir le dernier album de GOD IS A ASTRONAUT ? Un groupe très réputé chez les amateurs du genre, mais les quelques contacts que j’ai eu avec leur musique ne m’ont pas motivé à écouter un de leurs albums… jusqu’à aujourd’hui. Grâce à cette merveilleuse invention qu’est la boite à demande des lecteurs, me voilà en train d’écrire une bafouille sur ce groupe qui ne m’a jamais suffisamment intrigué pour m’attarder sur lui.
Voilà une bonne occasion de le faire et je ne suis guère surpris. Ce trio irlandais joue un post-rock très classique. Des guitares cotonneuses qui ne visent jamais l’agression (à part sur un titre : « Age of Fifth Sun »), des nappes de claviers, des courts passages ambient… Et des bidouillages électroniques. Ce dernier point pourrait sauver ce groupe de la banalité et malheureusement non. La recherche de nouvelles sonorités est inexistante. Les boites à rythmes remplacent régulièrement la batterie et c’est à peu près tout… Sauf sur « In the Distance Fading ». Il y a sur ce morceau, une idée, une seule idée. La seule que je considère excellente et qui ne sera pourtant pas répétée, voir mieux, exploitée sur le reste de l’album. Les rythmiques électroniques s’enflamment subitement vers la fin du titre pour se transformer en une sorte de Glitch hystérique. Le mélange entre ces rythmes, inhabituels pour un groupe de post-rock, et les guitares aériennes, aboutit à un résultat étrange qui aurait mérité d’être plus poussé.

Le reste ne représente que peu d’intérêt, puisque c’est du déjà entendu. L’album ne manque pourtant pas de qualités. « Worlds in Collision » est un chouette morceau à la fois planant et énergique (c’est contradictoire et c’est voulu). « Parallel Highway » avance tranquillement et se révèle bien bonne avec ses guitares acoustiques et ses nappes mélodiques. « Shining Through » convainc avec ses explosions instrumentales plutôt puissantes. Seul le morceau titre est mauvais. Le groupe cherche à imiter MOGWAI en se montrant bien plus acéré que sur le reste de l’album. Ce titre détonne du reste du disque et se révèle être un échec, tout simplement parce qu’il manque singulièrement d’agressivité (surtout comparé aux débuts du groupe précédemment cité).

Et c’est justement ça qui sauve l’album de la pire des notes. Les Irlandais ne font rien, mais alors rien d’original, mais ils connaissent leur formule sur le bout des doigts. Une nappe de claviers par ci, du piano mélancolique sans être trop mièvre par là. Quelques passages ambient bateau, mais qui permettent de varier les plaisirs. Les presque 50 minutes de ce Age of the Fifth Sun se boivent comme du petit lait. Et si on aime suffisamment leur musique, on peut replonger dedans facilement pour y découvrir quelques nouveaux détails sonores.

J’étais parti pour casser un album, me voilà en train de vanter ses qualités tel un vendeur de cuisine chez Castorama. Mais ne vous y trompez pas, si je suis clément avec ce disque chétif et peu intéressant, c’est tout simplement parce qu’il n’est pas nul. Les gens qui souhaitent du bon post rock teinté d’ambient iront du côté de LABRADFORD. Ceux qui trouvent que cela manque de guitares qui hurlent, se tourneront vers MOGWAI. Et les gens qui aimeraient un peu plus d’audace dans les arrangements électroniques, écouteront TORTOISE.
Age of the Fifth Sun est une bande son honnête, qui fera rêvasser les moins difficiles d’entre nous. Mais qui sera aussitôt oublié une fois l’album terminé.

J’en attends bien plus de la part d’un disque de post rock. Surtout en 2010.

A lire aussi en POST-ROCK par SEIJITSU :


SOUTHPACIFIC
Southpacific (1998)
Au royaume du post-rock, les sourds sont rois.




GODSPEED YOU ! BLACK EMPEROR
F♯a♯∞ (1997)
In the beginning…


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



Non disponible


1. Worlds In Collision
2. In The Distance Fading
3. Lost Kingdom
4. Golden Sky
5. Dark Rift
6. Parallel Highway
7. Shining Through
8. Age Of The Fifth Sun
9. Paradise Remains



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod