Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO ROCK/FUSION  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Clint Mansell

POP WILL EAT ITSELF - This Is The Day...this Is The Hour...this Is This! (1989)
Par SEIJITSU le 1er Mai 2011          Consultée 1481 fois

Tout le monde se fiche de PWEI et tout le monde a tort. Déjà parce qu’il était l’un des groupes les plus créatifs de la fin des années 1980, début 1990. Et parce qu’il s’agit du groupe de Clint Mansell, qui sera mieux connu plus tard pour être le compositeur de la BO de Requiem for a Dream. PWEI c’est donc son ancien groupe, donc c’est culte. Mais la mention culte, je m’en méfie comme de la peste. En écoutant le deuxième album de cette bande, j’aurais pu m’attendre à un disque bateau, donc inintéressant, ou tout simplement mauvais. Mais ce n’est pas le cas, car PWEI est un groupe déjanté, né du clash de mouvements musicaux apparu vers la fin des années 1980, autrement dit : la fusion.

Si le mouvement avait le vent en poupe à l’époque, PWEI n’a eu droit qu’à une minuscule part de ce succès. Quand on voit le gros foutoir que constitue chacun de leurs disques, où des tas de styles musicaux se croisent, on comprend un peu pourquoi ces types font peurs. Oui, ils font peurs, parce qu’ils sont aussi ridicules à mort. Que ce soient leurs costumes ou leurs clips déjantés à la LADY GAGA (je sens que je vais me faire des ennemis). Des dingos fascinés par l’esthétique cyberpunk, le côté plastoc en plus (et ne dit-on pas souvent que le plastique, c’est fantastique ? Haha). Crash Bandicoot propulsé en l’an 2154. Voilà c’est ça PWEI, ce n’est pas compliqué.

Musicalement, il s’agit toujours de ce cross-over de genres mais cette fois, bien plus rock et surtout industriel que sur Box Frenzy. Il y a encore une fois ces rythmiques et ce flow hip hop. Les guitares heavy sont de la partie, sans parler de ce sampling forcené apte à concurrencer les BEASTIE BOYS de la même époque. This Is the Day... C’est aussi, mais surtout, des tubes. « Wise Up! Sucker », techno rock à faire pâlir le meilleur de l’alternative dance. Le rap rock dévastateur « Radio P.W.E.I. ». L’hilarant « Not Now James, We're Busy... » où James Brown en prend pour son grade, à cause de ses quelques problèmes avec la justice. Parfois, on est pas si éloigné du trip-hop avec une pièce comme « Inject Me », à cause des rythmes hip hop bien trop lents pour se la jouer rappeur. Les nouvelles sonorités industrielles sont étonnamment bien intégrées à leur mixture, alors que le groupe n’avait jamais touché à ça auparavant.

Bref, du rock de dancefloor à la fois crétin et intelligent. Crétin parce que c’est du grand n’importe quoi quand on s’aperçoit que les STOOGES sont passé à la moulinette du sampling. Ainsi que le « Funky Town » de LIPPS, INC sur un seul morceau (« Def.Con.One »). Je soupçonne même que les riffs et les soli de guitares ne soient pas d’eux, mais il n’existe malheureusement aucune information sur le net à ce sujet. Mais ce rock est aussi intelligent, car malgré l’aspect bordélique que peut avoir leur musique à la première écoute, tout est à sa place et réussit à atteindre son objectif les mains dans les poches : l’efficacité.

Le rock au service de l’efficacité oui, enfin, si on les considère comme un groupe de rock. La présence des samples étant particulièrement importante, sans parler des interludes qui font parfois penser à ce que sera l’abstract hip hop quelques années plus tard. Je vous l’avais dit que ces types étaient en avance sur beaucoup de monde. Les interludes justement, qu’on trouve régulièrement sur majorité des disques de rap (tiens donc), servent de transitions et permettent de rendre tout cela cohérent. Difficile de les critiquer surtout qu’ils sont encore empreints de l’humour si particulier de ces britons.

Voici donc le sommet artistique de cette formation. Tout simplement parce que cette dernière trouve le parfait équilibre entre ses prétentions de fusion et sa capacité à sortir des tubes imparables.
On trouvera à redire sur les quelques rides que ce disque a eues depuis sa sortie. Mais elles ne font qu’accentuer le charme de cet album unique en son genre.
Un album hors norme pour un groupe hors norme. C’est logique quand on y pense.

A lire aussi en ROCK par SEIJITSU :


SUEDE
Head Music (1999)
Nouveau changement d’habit, nouvelle réussite.




PRIMAL SCREAM
Vanishing Point (1997)
Dérapage dans la nuit


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



Non disponible


1. Pwei Is A Four Letter Word
2. Preaching To The Perverted
3. Wise Up! Sucker
4. Sixteen Different Flavours Of Hell
5. Inject Me
6. Can U Dig It?
7. The Fuses Have Been Lit
8. Poison To The Mind
9. Def.con.one
10. Radio P.w.e.i.
11. Shortwave Transmission On 'up To The Minuteman Nin
12. Satellite Ecstatica
13. Not Now James, We're Busy...
14. Wake Up! Time To Die...
15. Wise Up! Sucker' (12' Youth Mix)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod