Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO ROCK/INDUS/RAP...  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Clint Mansell

POP WILL EAT ITSELF - Dos Dedos Mis Amigos (1994)
Par SEIJITSU le 5 Mai 2011          Consultée 1101 fois

Après des années de bons et loyaux services, POP WILL EAT ITSELF est sur le point de raccrocher, par manque de succès… et la désaffection des fans pour l’album précédent ne va pas arranger les choses.
Dos Dedos Mis Amigos marque aussi un revirement finalement prévisible, puisque PWEI décide d’oublier sa parenthèse sur The Looks or the Lifestyle. Ils reviennent vers un style plus fusion en réincorporant leurs sonorités indus et les couplets rap qui avaient disparu entre temps.

Si le mélange était casse-gueule sur le papier, ils ont toujours réussi à jongler entre les différents styles pour atteindre une alchimie qui n’a que rarement marché chez beaucoup d’autres groupes similaires. Le détail qui surprend, c’est cette nouvelle orientation presque sombre. « Ich Bin Ein Auslander » est un tube c’est vrai. Mais il est bizarrement plus grave qu’auparavant… Du moins en apparence : le clip montre un groupe qui n’a pas perdu son légendaire sens de l’autodérision (le clip de « R.S.V.P. » confirmera ça).
Ici, un grain de sable grippe la mécanique si bien huilée auparavant. La production de certains titres laisse à désirer. On a l’impression qu’ils hésitent entre ce nouvel aspect brut et pessimiste, et leur côté délirant qui les a toujours caractérisés par rapport à une tripotée d’autres groupes.
Les voix sont filtrées et modifiées. Elles font sans cesse des clins d’œil au metal industriel comme celui de MINISTRY, qui fait des ravages à l’époque. Même si PWEI les parodie régulièrement.

Soyons honnêtes, « Kick to Kill », « Underbelly » mais surtout « Fatman » sont faibles. Pas seulement à cause de cette orientation peu convaincante mais parce que ce groupe nous a habitués à bien mieux. Entre les sonorités criardes tellement exagérées qu’elles en deviennent agaçantes, les murs de guitares brouillons et les mélodies quelconques, ce sont ces trois morceaux qui plombent l’album. Étrangement, le reste est de bonne facture et le groupe retrouve son niveau habituel (c'est-à-dire proche de l’excellence) sur la deuxième face. « Cape Connection » est un morceau de techno rock incroyable, « Everything's Cool » une parenthèse rock indus martial imparable et « Babylon », une superbe conclusion trip hop / ambient que beaucoup de formations seraient incapables de produire.

L’inspiration est, malgré tout, en baisse et c’est cette deuxième partie de l’album qui rehausse considérablement le niveau. La production confuse a aussi une part de responsabilité dans ce disque en demi-teinte. Le groupe avait réussi à transcender ce problème sur leur meilleur album, car les effets restaient extrêmement bien exploités et on finissait par s’accommoder à cette production parfois brouillonne.

PWEI se dissoudra deux ans plus tard et disparaîtra dans l’indifférence totale. Clint Mansell est sans doute le membre qui aura le mieux réussi sa carrière ensuite, puisqu’il se reconvertira dans la musique de film avec le succès qu’on lui connaît (les BO de Requiem for a Dream ou encore The Fountain).

Une disparition regrettable car Clint Mansell s’apprêtait à collaborer avec Trent Reznor (ex-génial leader de NINE INCH NAILS) pour leur prochain album. Un sixième album qui ne sortira pas car jamais terminé. Des démos dorment sans doute dans les cartons du label de Trent Reznor et ce n’est pas sûr que nous les auront un jour.
Le groupe s’étant reformé récemment pour une série de concert, un hypothétique nouvel album est prévu. Mais cette fois-ci, avec un line up complètement défiguré sans sa tête pensante : Clint Mansell, et sans aucun doute, leur principal moteur créatif.

Il n’y a plus qu’à espérer que ce retour réactive l’intérêt général pour cette formation oubliée qui aurait mérité un peu plus de lumière sur ses travaux. Il ne reste plus qu’à espérer des rééditions de leurs albums, surtout qu’ils n’ont pas un seul déchet dans leur discographie.

A lire aussi en ROCK par SEIJITSU :


SUEDE
Coming Up (1996)
Continuité artistique et renaissance commerciale




POP WILL EAT ITSELF
Cure For Sanity (1990)
Retour vers le futur


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



Non disponible


1. Ich Bin Ein Auslander
2. Kick To Kill
3. Familus Horribilus
4. Underbelly
5. Fatman
6. Home
7. Cape Connection
8. Menofearthereaper
9. Everything's Cool
10. R.s.v.p.
11. Babylon



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod