Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUES FOLKLORIQUES  |  DVD

Questions / Réponses (2 / 1)
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Membre : Didier Squiban
- Style + Membre : Carlos Nuñez , Dan Ar Braz , Alan Stivell

NUIT CELTIQUE - Nuit Celtique (2002)
Par MR. AMEFORGEE le 27 Décembre 2004          Consultée 9894 fois

Le Stade de France, le 15 et 16 mars, à l’occasion de la Saint Patrick, la célèbre fête irlandaise, proposait un immense rassemblement d’artistes de musique celtique, pour un show de grande ampleur, à grands renforts d’effets de lumière et de son. De nombreuses formations de musique traditionnelle ont répondu présent, et viennent des quatre coins des terres celtiques : bagadoù, danseurs, batteries, chœur et pipe-bands, en provenance d’Ecosse, d’Irlande, du Pays de Galles et de Bretagne. Leurs performances constituent le gros du spectacle, mais on n’oubliera évidemment pas la présence des solistes, des « stars » qui viennent pimenter la prestation : Yann-Fañch Kemener, Carlos Nuñez, Gilles Servat, Dan Ar Braz, Elaine Morgan et Rita Connolly.

Le concert est plutôt plaisant et les interprétations des têtes d’affiche sont souvent très intéressantes : Yann-Fañch Kemener ouvre le bal de sa voix si particulière, avec une chanson a capella, mélancolique et solennel (c’est ce qu’on appelle une gwerz donc), après une courte introduction en voix off sur le monde des celtes (et où il me semble reconnaître, c’est amusant, une mélodie de Vangelis…). La prestation de Carlos Nuñez, avec son groupe, est également excellente. On se rend compte que l’artiste est non seulement un virtuose, mais il possède aussi un très bon contact avec le public et une chaleur communicative indéniable. Il interprète A Costa de Galicia et Aires de Pontevedra, déjà joués avec l’Héritage des Celtes, ainsi que l’Andro de la Saint Patrick.

Autre passage de très grande qualité, bien que trop court, celui du pianiste Didier Squiban, qui, comme à son habitude, nous offre une improvisation jazz au piano d’un célèbre thème breton (Iroise). Grand moment d’émotion. C’est d’ailleurs assez impressionnant de voir un stade tout entier suspendu aux notes limpides et cascadantes d’un piano seul.
On appréciera également, un peu plus tard, Gilles Servat qui interprète de sa profonde voix grave deux grands classiques du répertoire (Maro Eo Ma Mestrez et la Blanche Hermine), avant que Dan Ar Braz ne prenne le relais de sa guitare lyrique, accompagné par les musiciens de son Héritage des Celtes (Borders of Salt, Green Lands, Call to the Dance). Elaine Morgan le rejoint pour chanter sur un classique de l’Héritage et sa prestation est tout à fait sympathique. Le dernier grand moment est finalement l’intervention de Rita Connolly, qui (en)chante véritablement, de sa voix douce et sensible, une ballade de toute beauté (A’ghrian).

En ce qui concerne les prestations folkloriques, en costumes, s’il vous plaît, mon appréciation est un peu moins bonne, même si l’ensemble reste de qualité : un premier passage, entre Yann-Fañch Kemener et Carlos Nuñez, où l’on voit successivement des batteries, le Bagad de Lann Bihoué, ainsi que plusieurs pipe-bands et danseurs irlandais, se révèle un peu ennuyeux. Il faut dire que les sections cornemuses/bombardes/percussions, bien qu’intéressantes, nous servent en général une musique assez aride, qu’il est difficile d’apprécier sur une durée trop longue (Je vois d’ici les puristes me tomber dessus. Je ne dis pas que je n’aime pas, mais il faut reconnaître qu’un bagad seul, c’est comme de l’alcool pur : on parvient rapidement à la gueule de bois et aux trous dans l’estomac…). Cela dit, il y a de bons moments : les chœurs gallois, qui sont eux, accompagnés par un piano, proposent des chants plutôt réussis. Et finalement, la seconde partie des prestations traditionnelles est meilleure que la première. Les mélodies y sont plus accrocheuses et l'eau-de-vie décapante des cornemuses passe en définitive beaucoup mieux.

Ensuite, j’ai peut-être une petite récrimination, due à la topologie même du lieu : en effet, la foule, se situant uniquement dans les gradins, paraît moins échauffée que pour un match de foot. Elle participe un peu, certes, mais on aurait peut-être pu s’attendre à mieux. Les organisateurs auraient peut-être dû offrir des bouteilles de cidre aux spectateurs à l’entrée du stade.

Visuellement, les décors sont somptueux, cela va sans dire. Les musiciens et les danseurs, habillés en costume, contribuent également à rendre le spectacle total. La seule faute de goût, et d’importance, revient à Elaine Morgan, qui interprète sa chanson dans un merveilleux survêt’ Reebook, rouge vif. Je ne saurais vous dire si il est d’époque, mais en tout cas, il me tire un large sourire empreint d’ironie à chaque fois…

Le montage, quant à lui, est très professionnel et adopte un rythme ni trop lent, ni trop rapide, et use des différents types de transition, cut, fondu enchaîné, avec aisance. Dans le même ordre d’idée, le réalisateur utilise toute la gamme de l’échelle des plans, du gros plan saisissant la main d’un soliste dans l’exercice de son instrument ou un regard concentré, tendu par l’effort, au plan d’ensemble offrant une vision surplombante du stade et de la foule. De ce côté-là donc, il n’y a aucune critique négative à faire.

Le dvd propose également diverses bonus, d’un intérêt certes limité, mais toujours bon à prendre, comme un très rapide portrait des différents artistes présents ce jour-là, le montage de la scène ou encore l’histoire de la Saint Patrick.

En conclusion, il s’agit donc d’un dvd live plutôt intéressant, à conseiller quand même aux amateurs de démonstrations folkloriques, car la prestation des stars du monde celtique ne constitue pas la majeure partie du spectacle. Mais bon, l’ensemble passe plutôt bien : les artistes solistes sont souvent excellents, véritablement le clou du spectacle, et les musiques de bagadoù et autres pipe-bands tiennent malgré tout la distance. Ajouter à cela les jeux d’ombres et de lumières et la qualité du montage, et vous aurez entre les oreilles un bon petit dvd qui vous montrera que la musique celtique a encore de beaux restes et qu’elle peut encore brasser des foules gigantesques sans pâlir face à que Johnny.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MR. AMEFORGEE :


Loreena MCKENNITT
To Drive The Cold Winter Away (1987)
Une voix sublime pour passer l'hiver




Alan SIMON
Excalibur, Le Concert Mythique (2000)
La légende des celtes en live


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



- Yann-fañch Kemener (chant)
- Carlos Nuñez (gaïta, flûte)
- Didier Squiban (piano)
- Dan Ar Braz (guitare, chant)
- Gilles Servat (chant)
- Rita Connolly (chant)
- Elaine Morgan (chant)
- Batteries
- Pipes-bands
- Bagadoù
- Danseurs
- Choeurs Gallois


1. Yann-fañch Kemener
2. Batteries
3. Bagad De Lann Bihoué
4. Pipe-bands Et Danseurs
5. Carlos Nuñez
6. Didier Squiban
7. Pipe-bands, Orchestre D'harmonie Et Choe
8. Bagadoù Avec Dan Ar Braz Et Gilles Serva
9. Final Avec Rita Connolly



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod