Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO-SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Aloe BLACC - Good Things (2010)
Par MANIAC BLUES le 29 Mars 2011          Consultée 854 fois

Après avoir commencé une carrière de rappeur au milieu des années quatre-vingt dix, Aloe Blacc s’est depuis peu reconverti à la soul revival. Le succès de « I Need A Dollar » l’a propulsé sur le devant de la scène soul contemporaine. Loin d’être nostalgique de l’âge d’or de la soul, Aloe Blacc ne renie pas pour autant certaines influences Motown des années soixante-dix. Good Things associe à la fois des thèmes contemporains et un son relativement authentique (par rapport aux autres productions mainstream actuelles).

« I Need A Dollar » a tout pour plaire : la voix chaude et posée d’un jeune chanteur, un chœur énergique, une section rythmique dynamique et des cuivres qui pour une fois ne sonnent pas comme du toc. En phase avec les difficultés économiques et sociales actuelles, ce morceau introduit le disque avec chaleur. Ce R&B calibré aux mélodies diablement efficaces emporte sans difficulté l’adhésion et s’impose comme le hit du disque. Mais la qualité de ce premier titre a malheureusement tendance à occulter le reste de cet album un peu inégal.

Parmi les douze autres titres qui composent Good Things, seuls quelques uns attirent l’attention. En effet, la ballade « Green Lights », le funky « Hey brother », le hip-hop de « Miss Fortune », la reprise tout à fait étonnante de « Femme Fatale » des Velvet Underground rehaussent sensiblement la qualité de cette œuvre pas toujours très convaincante. A force de proposer une soul hybride tiraillée entre diverses influences funk, hip hop, pop, R&B et rock, Good Things ne dégage pas de réelle unité. Et c’est le principal reproche que l’on peut faire à ce disque qui manque sans doute de cohérence et de consistance.

Aloe Blacc rend une copie propre, un peu trop même. Parfois, des arrangements surfaits et l’interprétation transparente d’Aloe Blacc n’aident pas à mettre en valeur des compositions comme « Good Things », « Life So Hard » ou « Take Me Back ». « You Make Me Smile » et « If I » s’écoutent agréablement d’une oreille distraite. Aloe Blacc chante malheureusement de manière trop molle sur « Mama Hold My Hand ». Et l’on n’est pas vraiment renversé par les stéréotypes pop de « Loving You Is Killing Me ». Autant dire que la désillusion est grande car Aloe Blacc portait en lui beaucoup d’espoirs dans le renouveau de la soul.

En définitive, Aloe Blacc propose quelques très belles choses. Mais cette soul revival qui s’élève tout de même au dessus du marasme de la plupart des productions actuelles a malheureusement tendance à se transformer en soul tiédasse. Parfois un peu frileuse, la voix d’Aloe Blacc manque surement d’intensité. Mais, on ne crache pas sur la soupe pour autant, même si celle-ci a un arrière goût de déception.

A lire aussi en SOUL par MANIAC BLUES :


James BROWN
Live At The Apollo (1963)
Jaaaaammms Brooooooooown!!!




Aretha FRANKLIN
Aretha Now (1968)
Caviar et champagne


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



Non disponible


1. I Need A Dollar
2. Green Lights
3. Hey Brother
4. Miss Fortune
5. Life So Hard
6. Take Me Back
7. Femme Fatale
8. Loving You Is Killing Me
9. Good Things
10. You Make Me Smile
11. If I
12. Mama Hold My Hand
13. Politician



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod