Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rem
- Membre : Natalie Merchant

10,000 MANIACS - In My Tribe (1987)
Par MARCO STIVELL le 17 Juin 2012          Consultée 973 fois

Le 10,000 MANIACS des débuts connait une première défection en 1986 lorsque John Lombardo décide de quitter le groupe. Il part fonder John & Mary avec sa petite amie, un duo folk. C'est Peter Asher, ancien producteur de James Taylor et Linda Rondstadt entre autres, qui s'occupe de ce nouveau disque des MANIACS, In my Tribe. Cet album, bien servi par une production idéale pour l'époque sans trop forcer sur la mode, se révèle en tous points excellent et essentiel. Tout ? Ouais mec, toutes les chansons... ou presque.

Commençons par le négatif, en citant le seul écueil du disque : "My Sister Rose". Malgré une musique sympathique (inspirée des îles comme "Daktari"), le titre comporte parfois des arrangements à la limite du kitsch. Ce qui ne suffit pas à enlever de points à la note de cet excellent album. Album qui contenait aussi une reprise de Cat Stevens à l'origine, "Peace Train", enlevée après que le barbu ait fait sa bourde en ce qui concerne l'écrivain Salman Rushdie.

In my Tribe est une fois de plus la preuve que 10,000 MANIACS allie des textes lourds de sens et une légèreté musicale de manière fort plaisante. Ces textes parlent de problèmes sociaux, les enfants dont on abuse ("What's the Matter Here ?"), ou qui sont illétrés ("Cherry Tree"), de guerres ("Gun Shy"), de l'environnement ("A Campfire Song")... Tout ces problèmes majeurs de l'humanité qui justifient pleinement l'emploi de ce titre, très représentatif des idéaux contestataires de Natalie Merchant et de son groupe.

Musicalement, ce disque est donc "presque" au top. "What's the Matter Here ?" possède une intro sans fioriture, directe, avec un riff de guitare clean très plaisant. La chanson a des allures tubesques, et vient nous conforter dans l'idée que ce In my Tribe est l'album de la maturité, de même que l'orientation est plus pop-rock. Le tempo est lent, mais l'efficacité est de mise. Robert Buck offre un solo très mélodique. Les arpèges cristallins du pont séduisent tout autant. "Hey Jack Kerouac" est encore plus tubesque, c'est un peu le "Losing my Religion" de 10,000 MANIACS. On sent que le groupe trouve ici un parfait équilibre entre efficacité et densité. Le groove est gentillet, Buck plante un solo tout en sobriété, l'orgue distille le tout, bref excellent.

"Like the Weather" est un peu plus organique, avec une partie de congas et des claps qui lui donnent une identité presque entre world et musique eighties (sans synthés, encore une fois). "Cherry Tree" est lancé sur le même tempo que "Hey Jack Kerouac" et excelle également de par son côté direct et mélodique, même si on reste dans un univers propre au groupe. La mandoline et le solo de clavier viennent ajouter un peu de parfum exotique. "A Campfire Song" rejoint les hits du disque, tout en possédant en plus la force de la voix de Michael Stipe, invité presque de rigueur.

"The Painted Desert" représente une première chanson à ambiance, celle-ci étant très forte. Natalie chante à son habitude, mais la musique parait d'essence plus folk encore. C'est pour moi la meilleure chanson du disque. La nappe d'orgue est toute simple, mais magnifique, tout comme la chanson. "Don't Talk" lui aussi installe une sacrée ambiance, cette intro est magistrale. On rejoint les tempi de "What's the Matter Here ?" et consorts pour les refrains. Le solo de guitare est tout simple, mais son dédoublement est très appréciable. "City of Angels" est une autre chanson à très forte ambiance, assez planante malgré la rythmique bien présente. L'essence folk ressort bien encore une fois. Enfin, "Verdi Cries" commence au piano seul et se révèle d'emblée un chef d'oeuvre avec cet arrangement très fin de cordes. Natalie y dévoile toute sa fragilité.

Vraiment un excellent album, qui vaut bien ses 5 étoiles de par la maturité aussi bien de ses engagements que de sa musique pop-rock folk très efficace, parfois envoûtante (pour ne pas dire tout le temps).

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


SIMPLE MINDS
Street Fighting Years (1989)
Un grand, grand album !

(+ 1 kro-express)



Peter GABRIEL
I (1977)
Débuts à tâtons

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Natalie Merchant (chant)
- Robert Buck (guitares, mandoline, pedal-steel guitare)
- Steven Gustafson (basse)
- Dennis Drew (claviers)
- Jeremy Augustyniak (batterie, percussions)
- + Michael Stipe (chant)
- Don Grolnick (piano)
- David Campbell (arrangement des cordes)
- Dennis Karmazyn (violoncelle)
- Bob Magnusson (contrebasse)
- Novi Novog (violon alto)


1. What's The Matter Here
2. Hey Jack Kerouac
3. Like The Weather
4. Cherry Tree
5. The Painted Desert
6. Don't Talk
7. Peace Train
8. Gun Shy
9. My Sister Rose
10. A Campfire Song
11. City Of Angels
12. Verdi Cries



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod