Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Muddy Waters , Buddy Guy

Otis SPANN - The Blues Never Die! (1964)
Par MANIAC BLUES le 24 Septembre 2012          Consultée 828 fois

Enregistré à Chicago le 21 novembre 1964, The Blues Never Die ! n’est pas vraiment un album solo d’Otis Spann. En fait, il partage l’affiche avec James Cotton. Ces deux légendes, respectivement pianiste et harmoniciste, font ou faisaient tous les deux partie du groupe de l’empereur du Chicago Blues, Muddy Waters (James Cotton quitte le groupe en 1964, tandis qu’Otis Spann reste fidèle à Muddy jusqu’à sa mort en 1970). Ici, ils se répartissent équitablement les rôles : ils chantent sur les chansons qu’ils ont composées de leur main, James Cotton s’offrant tout de même le luxe d’interpréter deux reprises. Cette heureuse et étonnante complicité est à l’origine de ce superbe album, brillant et varié d’un bout à l’autre.

Accompagnés d’un groupe de très haute volée, les deux hommes rivalisent de sensibilité, de talent et d’inspiration. En pleine période de blues revival, ils ont raison d’être optimiste quant à l’avenir du blues sur le fameux « The Blues Never Die », qui propose un duel très émouvant entre le piano et l’harmonica, tandis qu’Otis Spann dévoile ses talents cachés de chanteur. Plus allègre, « I Got A Feeling » dégage une énergie grisante grâce à un rythme et des paroles enthousiastes. Qui a dit que les bluesmen étaient de vieux rabat-joies déprimés ? James Cotton prouve le contraire avec le jouissif « Feelin’ Good », enregistré la même année que le fameux « I Feel Good » de James Brown. Sur une rythmique de feu, Cotton hurle sa joie de vivre et son envie de danser le boogie. Ce morceau de blues brillant, inspiré par Junior Parker et John Lee Hooker sera repris notamment par Magic Sam quelques années plus tard. James Cotton fait également preuve d’originalité avec le titre intimiste « One More Mile To Go », illuminé par une guitare d’une rare sensibilité.

En terme de composition, Otis Spann est loin de rougir devant son complice James Cotton. Tout en décontraction, « After Awhile » impose sans difficulté un rythme hypnotisant, doublé d’une mélodie addictive. Et quand il s’agit de suivre la grande tradition du Chicago Blues, les deux comparses se montrent tout aussi inspirés, que ce soit avec la reprise de « Dust My Broom », immense succès d’Elmore James, ou avec des titres du calibre de « Straighten Up, Baby » ou « Come On ».

Fort heureusement, Otis Spann et James Cotton se passent le micro sans que la cohérence de l’album en pâtisse. Bien au contraire, cette collaboration renforce la cohésion et la diversité de The Blues Never Die ! Entre la composition excitante d’Otis Spann, « Must Have Been The Devil », l’instrumental « Lightin’ » et le méga standard « I’ m Ready » de Willie Dixon, la fin d’album est représentative de l’excellence de ce disque, véritable classique du Chicago Blues. Original, varié, inspiré, exceptionnellement bien interprété, The Blues Never Die ! est très chaudement recommandable.

A lire aussi en BLUES par MANIAC BLUES :


MAGIC SAM
West Side Soul (1967)
Tout simplement magic




Jimmy DAWKINS
Blisterstring (1977)
Blues


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- Otis Spann (piano, chant)
- James Cotton (harmonica, chant)
- James Madison (guitare)
- 'dirty Rivers' (guitare)
- Milton Rector (basse)
- S.p. Leary (batterie)


1. The Blues Never Die
2. I Got A Feeling
3. One More Mile To Go
4. Feelin' Good
5. After Awhile
6. Dust My Broom
7. Straighten' Up, Baby
8. Come On
9. Must Have Been The Devil
10. Lightin'
11. I'm Ready



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod