Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


FOXY SHAZAM - The Church Of Rock And Roll (2012)
Par MR. AMEFORGEE le 12 Octobre 2012          Consultée 1385 fois

En 1991, Freddie Mercury meurt assassiné par un agent dormant du KGB. Sur la planète rock, c’est la stupeur et la tristesse. Elizabeth 2 écourtera même ses vacances au camp nudiste du Cap d’Agde, La Rose dans le Vent, pour revenir faire une allocution télévisée à la BBC : « I have lost a sister today », confiera-t-elle, « my heart is crying like a river ». Dans une interview non publiée donnée à un magasine bulgare équivalent du Journal de Picsou, le meurtrier expliquera : « j’ai agi pour des raisons mystérieuses ». Dans le plus grand secret, Marie Curie, alors membre honoraire du Front de Libération des Nains de Jardin Transsexuels, dépêche un de ses assistants pour récupérer le corps du chanteur à la morgue royale du Sussex. La grande scientifique a su percer les secrets de la vie en perçant les secrets de la radioactivité : depuis, dans son laboratoire, elle mène des expériences à base de plutonium, de radium et de sélénium.

En 2012, c’est la crise. Le demi-frère siamois du Pape Benoît XVI, Pie XII et demi, aussi surnommé la Folle des Carpates et dont le train-train quotidien roule sur des rails de coke, lance un appel d’offre : pour contrecarrer les forces du Mal, il veut qu’on lui bâtisse une église de rock n’ roll, quelque chose de grandiose, qui tabasse sa mère et déboîte les cubitus. Pour la mère Curie, c’est une opportunité. Les caisses sont vides, même l’uranium s’appauvrit. Dans une cuve nourricière de protéines, de sels minéraux, de sucres et de vitamines, enrichie de liquide vaisselle, le clone de Freddie Mercury prend enfin vie. Il est l’élu. Foxy Shazam est né.

La concurrence va cependant être rude. Axl Rose est aussi sur l’affaire, en train de préparer Chinese Democracy 2, et pour lequel il s’est adjoint le concours de Shredder, l’ancienne némésis des Tortues Ninjas, qui se prend désormais pour un guitar hero, et de Théodule de Saussure, le seul cannibale dyslexique à manger du cérumen.

Foxy Shazam doit donc sortir le grand jeu. Moustache immarcescible, grosses guitares, chœurs de stade, basse claquante, et bien sûr, inévitable mascara testiculaire propre au glam-rock. Le chanteur, Freddo Mercuro, fait le show, papillonne, transpire, exsude ses phéromones. Poudré de fard velu, il fait le farfelu. Sous une pluie de riz au curry, imite le Mercury, endosse la chasuble du père curé. Construit pierre à pierre, c’est du fun en barre. C’est grandiloquent, ça oscille entre tartuferie et tartiflettes, sous des tonnes de crème fouettée, mais toujours garantie 0% de matière grasse. Les morceaux sont des fusées, explosent précocement entre deux et quatre minutes, éclaboussent les rideaux. Les débuts sont prometteurs, deux clés de voûte qui ouvrent les portes : « I Like It », plus maousse que Mickey, et « Holy Touch », plus queenien que l’arène. Une ballade légère « Forever Together » adoucit les mœurs. Comme un apéro avant une nuit à l’opéra, « The Streets » rend hommage à Nietzsche et à Delarue : « The streets is where I's born / And the streets is where I'll die / Until then the streets is where I'll be ». « The Temple » flirte avec le metal avant de se payer un break presque planant. On ressort de la visite plutôt content, mais un peu frustré aussi. C’est accrocheur, ça ne se prend pas la tête, mais il manque un petit quelque chose. Aucun titre n’est vraiment tubesque. Aucun ne met vraiment la Vierge à genoux. On tape des mains, on bouge la tête, on remue des chevilles, mais pas de quoi devenir fou de la messe. Il n’y aura pas de révolution, de schisme, de nouveau clergé. C’est le simple orgasme du missionnaire.

Ni basilique, ni cathédrale, The Church of Rock and Roll est, comme le pâté, une bonne église de campagne. Jusqu’à ce jour, on ignore la réponse de Pie XII et demi, aux dernières nouvelles, il chassait la morue dans un safari satanique en Bavière. Marie Curie sonnera-t-elle les cloches de ses ouailles, c’est la question qui se pose. Il y a de la matière, même si l’épiphanie fait défaut. Mais c’est tout de même kiffant de savoir Freddie Mercury ressuscité. Que ses prières nous accompagnent pendant qu’on festoie sous les lueurs de l’aube de la fin du monde. En attendant, un certain Vladimir P. nourrit de sombres projets… mais ceci est une autre histoire.

A lire aussi en GLAM-ROCK :


SLADE
The Amazing Kamikaze Syndrom (1983)
Les kamikazes du rock




Elton JOHN
Don't Shoot Me (i'm Only The Piano Player) (1973)
En attendant le suivant...


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



- Eric Nally (moustache, chant)
- Sky White (claviers)
- Daisy (basse)
- Loren Turner (guitare)
- Alex Nauth (cor)
- Aaron Mcveigh (batterie)


1. Welcome To The Church Of Rock And Roll
2. I Like It
3. Holy Touch
4. Last Chance At Love
5. Forever Together
6. (it's) Too Late Baby
7. I Wanna Be Yours
8. Wasted Feelings
9. The Temple
10. The Streets
11. Freedom



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod