Recherche avancée       Liste groupes



      
SPOKEN DUB   |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Brain Damage Meets Vibronics, High Damage

BRAIN DAMAGE - Short Cuts (2008)
Par MARTIN le 24 Février 2013          Consultée 927 fois

« Concept Album », terme un peu abstrait et souvent pompeux qui accompagne la promotion de l'album de tel ou tel groupe, qui aurait par exemple imaginé une histoire qui suit astucieusement le déroulement de l'album. Ou alors un disque basé sur un thème bien précis (ex : la haine, la souffrance ou l'amour pour les plus fous, à l'instar du dernier ARCHIVE). La plupart du temps, si l'on ne sait pas qu'il s'agit d'un Concept Album, ça n'est pas l'écoute dudit album qui vous le révélera. Mais ici, avec le très justement nommé Short Cuts de BRAIN DAMAGE, impossible de passer à côté du parti pris de la formation stéphanoise, basé autour d'une idée simple : 1 titre = 2 minutes. Pari osé et tenu sur 24 titres qui respectent tous ce précepte, à quelques secondes près.

Drôle d'idée, surtout que BRAIN DAMAGE a ses racines encrées dans un style qui a plutôt l'habitude de développer ses atmosphères dans des titres à rallonge. De l'électro-dub compressé, il y avait de quoi craindre. Et pourtant, Short Cuts est bien plus qu'un simple exercice de style. « L'art naît de contraintes », nous disait André Gide, et le bougre n'a pas tort : la richesse de l'album est étonnante, la profondeur surprenante, et la qualité et la finition de chaque titre assez folle. Quarante-huit minutes qui vous plongeront dans l'univers très personnel du duo.

L'album débute sur une série de titres au potentiel émotionnel fort, dessinant un ensemble assez nostalgique et rêveur, dans un climat embué et onirique réellement unique. On y trouve des pistes comme Mi Nismo Voda ou Trupy, installées dans une sorte de mélancolie confortable et chaleureuse très poignante. Cette première partie est fondée sur une base Dub aux influences multiples, avec l'intervention de divers instruments, tel des guitares de tout type, du piano, des violons, des samples déstructurés... Tout s'enchaîne logiquement, et vous voilà happé dans un voyage dans les profondeurs de l'imagination fertile de BRAIN DAMAGE, voyage qui ne tarde pas à devenir bien plus inquiétant pour ne pas dire dérangeant.

En effet, la piste "Sta" arrive bien vite avec ses violons stridents et sa rythmique martial, implacable, suivi d'un "Toxine" encore un peu plus oppressant. La suite est du même ton, et vous fait passer par des titres de Hip-Hop assez glacials, des expérimentations technoïdes endiablées... Le tout est recouvert de divers crépitements perturbateurs, mais conserve une esthétique à la fois sobre et majestueuse propre à tout l'album. Short Cuts se conclut sur quelques titres plus sereins, pas vraiment joyeux certes, mais qui font l'effet d'une accalmie après une belle tempête. On y trouve le hip-hop spatial de "Plot/Propose" ou encore l'apaisant "Wie Lange Noch" et sa voix d'opéra. De quoi redescendre doucement d'un voyage pour le moins singulier, qui n'en finira pas de vous distiller ses secrets et subtilités au fil des écoutes. Short Cuts propose un univers d'une densité rare (trop dense diront certains) et d'une variété folle. Variété encore accentuée par la présence de divers samples de voix récoltés par le groupe lui-même aux quatre coins du monde. On pourra entendre des enfants chanter une comptine, de la poésie balkanique, des Mcs désinvoltes, une Allemande qui semble s'énerver sur une techno très dépouillée... Short Cuts est pour le moins dépaysant.

Il est à souligner enfin que la production et le mixage ont bénéficié eux aussi d'une attention de tout les instants, pour un son détaillé et possédant beaucoup de relief. Un son très précis, mais pas dénué de cette touche organique qui a fait la signature et une partie de la réputation du groupe.

Pour chipoter, on ne peut s’empêcher de remarquer que cette contrainte des 2 minutes par titres, qui donne cette impression de richesse sonore à Short Cuts, en est malgré tout une limite. L’enchaînement trop régulier des titres finit par fatiguer et par oppresser l'auditeur, et difficile de ne pas ressentir une petite frustration pour certains titres que l'on aurait aimé voir se développer sur deux ou trois minutes de plus.

Short Cuts est néanmoins une belle réussite, à conseiller à tout amateur de musique, même les plus réfractaires au Dub, puisqu'il dépasse allègrement les limites du genre pour former une musique atypique qui s'est affranchie de toute catégorisation. C'est un album à part dans une discographie elle-même à part, au sein d'une scène toujours aussi surprenante. Une expérience assez exigeante qui ne plaira pas à tout le monde, mais, ami lecteur à la recherche d'un peu d'originalité pour alimenter votre mange-disque/lecteur mp3/youtube (honte sur vous et vos descendants dans ce dernier cas), n'hésitez pas à y hasarder une oreille, il se pourrait bien qu'elle vous remercie sous peu.

A lire aussi en DIVERS par MARTIN :


RJD2
Deadringer (2002)
Universel




ZENZILE
Electric Soul (2012)
Un retour au premier plan


Marquez et partagez





 
   MARTIN

 
  N/A



- Raphael Talis
- Martin Nathan


1. Parce Que J'en Ai Marre
2. Bok ! (broj1) / Feat Lamija
3. The Palm Reader Is On Acid / Feat Xavi Angulo
4. Mi Nismo Voda (broj 1) / Feat Asmir Sabic
5. Children Of Palakkad / Feat Children Of Palakkad
6. Mundhu / Feat Mohammed El Amraoui
7. Trupy (czesc 1) / Feat Priest Maken
8. Sta? / Feat Lamija
9. Toxine
10. Sterile (part 2) / Feat Black Sifichi
11. Tic Tac Tic / Feat The Real Fake Mc
12. Armer Kopf / Feat Angeline Bouille
13. Mi Nismo Voda (broj 2) / Feat Asmir Sabic
14. Bok ! (broj 2) / Feat Lamija
15. Le Silence / Feat Mika Pusse
16. Le Vacarme / Feat Mika Pusse
17. Ulla / Feat Black Sifichi
18. Trupy (czesc 2) / Feat Priest Maken
19. Tight Ass Dati / Feat Black Sifichi
20. Plot - Propose / Feat Labwaste
21. Pursuit Of X / Feat Giovanni Marks
22. Meine Ruhe / Feat Angeline Bouille
23. Wie Lange Noch ? / Feat Angeline Bouille
24. Le Jazz De Pépé / Feat Mika Pusse



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod